• Cher Lecaer,

    Aujourd'hui, nous vous proposons la quatrième vidéo de notre série "Water Wars" , coproduite avec Standing Rock, la Great Plains Water Alliance et l' Oceti Sakowin , soulignant pourquoi nous résistons au pipeline Dakota Access (DAPL). Lorsque la compagnie pétrolière a forcé DAPL à traverser nos terres natales, elle a affirmé que nous, les autochtones en première ligne, avions été consultés. Mais ce terme en est venu à signifier moins que rien pour nous. Ce qui est requis en vertu du droit international et ce qui devrait être une procédure opérationnelle standard avec des projets comme DAPL est quelque chose de beaucoup plus substantiel que la "consultation" - et c'est notre consentement libre, préalable et éclairé.

    Loi LakotaAttention : « Consultation » n'est pas une norme adéquate. Nous n'avons jamais donné notre consentement pour que DAPL menace notre eau et nos terres natales.

    Peu importe ce qu'ils pensent au siège de la compagnie pétrolière, ce n'est plus le Far West sauvage. Il y a des règles. Ce pipeline fonctionne illégalement, sans permis fédéral. Ici, à l'ère moderne, je pense que la plupart d'entre nous conviendront également que non signifie non, et qu'il est essentiel d'obtenir le consentement des personnes concernées avant d'agir. Le concept de consentement libre, préalable et éclairé (ou CLIP) est en fait codifié dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Et sous le président Obama, les États-Unis ont promis de reconnaître le droit que nous détenons en tant que premiers habitants de la nation d'avoir notre mot à dire sur ce qui arrive à nos patries. 

    La « consultation » est une imposture. Nous envoyer des e-mails nous informant qu'un pipeline est sur le point d'être foré sous notre seule source d'eau potable fraîche est inadéquat, et s'attendre à ce que nous nous tenions à l'écart et que cela se produise est tout simplement insensé. Je suis reconnaissant qu'en tant que partenaire de ce mouvement, vous résistiez avec nous. S'il vous plaît, continuez à soutenir l' Oceti Sakowin , et ensemble, vainquons DAPL une fois pour toutes.

    Wopila tanka — Merci de soutenir la justice autochtone !
    Chase Iron Eyes
    Codirecteur et avocat principal
    The Lakota People's Law Project

     

     

     


    votre commentaire
  • Cette newsletter , je l'ai reçu en Février et décidé aujourd'hui de vous la partager, car il est bon de savoir ou en sont les luttes . Les vidéos sur les news ne sont pas vision nables directement ?? donc quand les retrouve sur leurs sites je les intègres aux textes 

    Cher Lecaer,

    J'espère que vous êtes en sécurité et que vous gardez espoir malgré les horribles événements mondiaux qui se déroulent. L'invasion russe de l'Ukraine souligne une fois de plus à quel point il est important que les peuples du monde entier restent souverains et libres de toute tyrannie. Mon cœur va à tous ceux qui souffrent maintenant d'une autre guerre inutile et sanglante.

    Cela vous réconfortera peut-être de savoir qu'il y a de bonnes nouvelles cette semaine en provenance de Standing Rock. Ce mercredi, les chefs tribaux de toute la nation Great Sioux auront l'occasion de s'asseoir avec les travaux civils de l'armée américaine et de faire part de nos préoccupations concernant le pipeline Dakota Access (DAPL). Après des années de résistance #NoDAPL tombée dans l'oreille d'un sourd - comme l'a souligné la présidente de Standing Rock, Janet Alkire, dans notre nouvelle vidéo, coproduite avec la tribu - l'armée a finalement tendu la main à Standing Rock. C'est un tournant potentiel, même si nous gardons nos attentes modestes. 

    Loi LakotaRegardez :  Dans notre nouvelle vidéo, Janet Alkire, présidente de Standing Rock Sioux Tribe, discute de l'importance de la contribution tribale et de l'obtention de notre consentement pour des projets comme DAPL.

    Nous nous attendions à l'origine à ce que l'Army Corps of Engineers publie sa déclaration d'impact environnemental (EIS) DAPL plus tôt ce mois-ci. Mais c'est maintenant en attente, en attendant notre prochaine conversation sur ce dangereux pipeline. Cette occasion de faire en sorte que les responsables gouvernementaux appropriés écoutent vraiment nos préoccupations se fait attendre depuis longtemps.

    Bien sûr, étant donné la longue histoire de promesses non tenues par le gouvernement américain aux peuples autochtones, je prends tout avec un grain de sel et je ne célébrerai pas prématurément. Nous devons continuer à nous tenir prêts à protester contre l'EIS, s'il devait éventuellement être publié sous une forme qui ne répondait pas entièrement à nos préoccupations. 

    À l'heure actuelle, je suis heureux de dire que nous avons un effet de levier supplémentaire. La rencontre avec Civil Works aura lieu dans le contexte d'une énorme victoire pour Standing Rock à la Cour suprême la semaine dernière. Les juges ont mis fin à la tentative de DAPL de contourner le processus de surveillance environnementale. 

    La solidarité reste primordiale si nous voulons atteindre notre objectif de mettre fin à DAPL une fois pour toutes. Alors que des personnes de nombreux pays se sont réunies pour notre stand NoDAPL original en 2016 et 2017, la réunion de mercredi réunira des dirigeants de tout l' Oceti Sakowin - notre grande nation sioux. Bien entendu, nous vous ferons part des résultats de cette conversation. Alors, s'il vous plaît, continuez à rester avec nous. Nous devons rester vigilants, solidaires et prêts à agir.

    Wopila tanka — ma profonde gratitude pour votre amitié !
    Chase Iron Eyes
    Codirecteur et avocat principal
    The Lakota People's Law Project

     

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • ►  jour de la Terre

     

    Cher Lecaer,

    Je vous souhaite un joyeux Jour de la Terre ! Voici un anniversaire (contrairement à certains autres) que je pense que nous pouvons tous célébrer. Nous nous soucions tous profondément d' Unci Maka , notre grand-mère Terre, et lorsque j'ai rejoint l'équipe de Lakota Law il y a quelques mois, c'est en partie parce que cette organisation n'a jamais peur de s'attaquer aux plus gros problèmes environnementaux du pays indien et au-delà. Big Oil - qui tue sciemment ce monde et ment au public depuis des décennies - doit être tenu pour responsable. Notre méthodologie pour y parvenir ne s'arrête pas à résister aux pipelines. Nous entendons mettre fin complètement à l'extraction nuisible .

    Je vous exhorte à suivre tout le travail de l' Institut Romero - qui abrite à la fois Lakota Law et Let's Green CA! , une initiative à l'échelle de l'État qui vise à faire de la Californie un modèle d'action climatique équitable. Vous verrez que nous avons une approche efficace et à plusieurs volets pour gagner la justice environnementale. 

    Loi LakotaVoici cette vue trop familière d'une autre raffinerie de pétrole crachant des saletés toxiques dans l'atmosphère. C'est pourquoi nous réprimandons les pollueurs et travaillons à l'adoption d'une législation verte.

    Cette semaine, Let's Green CA! Célèbre une grande victoire avec le passage du SB 1230 du Comité du Sénat de Californie sur la qualité de l'environnement. Le personnel de Romero - en partenariat avec la militante légendaire Dolores Huerta et la Fondation Dolores Huerta - a travaillé très dur pour faire de cette législation sur les transports propres une réalité, à partir de zéro. Parrainé par la sénatrice d'État Monique Limón, le projet de loi réduirait rapidement les émissions de gaz à effet de serre, réduirait la pollution atmosphérique toxique et soutiendrait les emplois verts en accélérant une transition juste vers des voitures propres dans le plus grand État de notre pays et la cinquième plus grande économie du monde. J'applaudis notre programme sœur!

    Pendant ce temps, l'équipe juridique de l'Institut Romero rédige une plainte pénale RICO (Racketeer Influenced Corrupt Organization Act) de 300 pages contre les six principales compagnies pétrolières faisant actuellement des affaires en Californie. Il est conçu pour stimuler les dépôts par les procureurs généraux des États et les procureurs américains contre les entreprises, leurs PDG, les dirigeants, les principaux actionnaires et financiers, et l'American Petroleum Institute, qui a conspiré avec les dirigeants pétroliers pour mentir au public américain sur les dangers connus des fossiles. les émissions de carburant causant le changement climatique. Je vous encourage à regarder cet excellent nouveau documentaire de PBS Frontline pour en savoir plus.

    Comme vous pouvez le constater, nous ne prenons pas nos responsabilités envers Unci Maka à la légère. Notre façon Lakota n'est pas de regarder ce que nous pouvons faire pour nous-mêmes, mais de nous demander comment nous pouvons être au service de nos proches - y compris ce monde magnifique qui nous tient tous dans ses bras. Alors, aujourd'hui, célébrons-la. Ensuite, chaque jour à partir de maintenant, assurons-nous que nous faisons mieux avec elle.

    Wopila tanka — merci de vous battre pour la justice environnementale !
    Decora Hawk
    Field Organisateur
    Le projet de droit populaire Lakota

    Projet de loi populaire Lakota

     

     

    Projet de droit populaire Lakota
    547 South 7th Street #149
    Bismarck, ND 58504-5859

     

    Le Lakota People's Law Project fait partie de l'Institut Romero, un centre juridique et politique à but non lucratif 501(c)(3). Tous les dons sont déductibles des impôts.

     

     
     
     

     


    votre commentaire
  • La semaine dernière, la discrimination raciale contre les Autochtones a de nouveau fait son apparition dans le Dakota du Sud. Sur Facebook, Connie Uhre, propriétaire d'un hôtel non autochtone à Rapid City, a proclamé : "Nous n'autoriserons plus aucun Amérindien sur la propriété." Sa nouvelle politique est apparemment entrée en vigueur immédiatement, car les clients autochtones se sont vu refuser l'hébergement immédiatement après.

    Il n'y a tout simplement pas de place pour ce type de discrimination et de ségrégation en 2022. Veuillez rejoindre la tribu Standing Rock Sioux et dire au procureur général américain Merrick Garland d'ouvrir une enquête par le ministère de la Justice (DOJ) et de poursuivre à la lettre de la loi.

     

    Observez et agissez : J'ai rejoint une paire d'actions directes contre la politique hôtelière raciste de Connie Uhre. Sur la photo : le chef Bear Cross, un chef spirituel Oglala, parle et chante lors du rassemblement.

    Je veux que vous sachiez que nous attendons du DOJ qu'il fasse son travail ici. Standing Rock a soumis sa propre lettre à AG Garland et fait un suivi pour s'assurer que nous sommes écoutés. Votre voix peut vraiment aider à faire la différence ! Et nous ne nous contentons pas d'écrire et d'appeler. Nous sommes également sur le terrain en force.

    Samedi dernier, ma petite famille - y compris mon onci (grand-mère) Madonna Thunder Hawk - est arrivée à Roosevelt Park pour le rassemblement "Indians Allowed" à Rapid City. Il ne fallut pas longtemps avant que des parents de tous âges commencent à remplir les espaces d'herbe verte. Des drapeaux fouettaient le vent et je pouvais voir que tout le monde était là : Cheyenne River, Standing Rock, Rosebud, Crow Creek et l'American Indian Movement. 

    Ceux qui ont été invités à prendre la parole ont raconté comment nos ancêtres nous guidaient et comment nous devons nous souvenir de leurs sacrifices. Lorsque le nom de Tasunke Witko a été prononcé, la chanson de Crazy Horse a traversé l'air et des trilles et des cris de guerre se sont élevés vers le ciel. J'ai eu des frissons.

    Avant le début de la marche, ma sœur Cante Heart m'a tendu un mégaphone. "Faisons-le, ma sœur", a-t-elle dit, et cela m'a donné un sentiment de nostalgie. Alors que nous descendions la rue Lacrosse, la route était bordée d'autres parents les poings en l'air.

    Loi Lakota

     

    J'ai porté le mégaphone à mes lèvres. « Il faut rappeler à Rapid City sur quel terrain ils se trouvent ! À qui appartient la terre ? » La foule scandait. "NOTRE TERRE!" « À QUI EST LA TERRE ? "NOTRE TERRE!" Alors que nous nous dirigions vers le Grand Gateway Hotel, les klaxons des voitures des supporters ont retenti. J'ai de nouveau parlé dans le mégaphone : « Rapid City, vous êtes sur OCETI SAKOWIN LAND ! Votre racisme n'est pas le bienvenu ici ! Mes proches scandaient encore une fois avec moi : « Fini le RACISME ! Plus de RACISME !"

    Alors que nous approchions du Grand Gateway Hotel, j'ai poussé un dernier cri : « Connie Uhre, tu es en terre indienne ! Votre avis d'expulsion a été PUBLIÉ ! Et alors que nous remplissions le parking, j'ai regardé avec fierté une bannière d'avis d'expulsion accrochée au panneau Grand Gateway.

    Loi Lakota

    Ce fut une journée merveilleuse et un rappel de la force que nous pouvons avoir lorsque nous nous rassemblons dans la solidarité. Je vous demande donc de nous rejoindre, où que vous soyez. Veuillez écrire au procureur général et lui dire d'enquêter. Nous ne sommes plus dans les années 1950, et nous avons maintenant une législation sur les droits civils - appuyée par des années de jurisprudence - qui stipule qu'aucun propriétaire d'entreprise ne peut faire de discrimination fondée sur la race. Nous refusons de laisser cette terre glisser vers l'époque où la couleur de la peau d'une personne semblait plus importante que le contenu de son caractère.

    Wopila tanka — merci pour votre amour et votre solidarité !
    Decora Hawk
    Field Organisateur
    Le projet de droit populaire Lakota

    Projet de loi populaire Lakota

     

     

     


    votre commentaire
  • ►  Message du chef Arvol Looking Horse

     

    UN MESSAGE DU CHEF Arvol Looking Horse 
    Une « maladie de l'esprit » s'est installée chez les dirigeants mondiaux et de nombreux membres de notre communauté mondiale, avec leur conviction qu'une solution de représailles et de destruction des peuples apportera la paix.
    Dans nos prophéties, il est dit que nous sommes maintenant à la croisée des chemins : Soit nous unissons spirituellement en tant que nation mondiale, soit nous sommes confrontés au chaos, aux catastrophes, aux maladies et aux larmes des yeux de nos proches. Nous sommes la seule espèce qui détruit la source de vie, c'est-à-dire la Terre-Mère, au nom du pouvoir, des ressources minérales et de la propriété des terres. Utiliser des produits chimiques et des méthodes de guerre qui font des dégâts irréversibles, alors que la Terre Mère se fatigue et ne peut pas supporter plus d'impact de la guerre.
    Je vous demande de vous joindre à moi dans cette entreprise. Notre vision est que les peuples de tous les continents, quelles que soient leurs croyances dans le Créateur, se réunissent comme un seul à leurs lieux.
    Le chef Arvol Looking Horse est le gardien de la 19e génération de la pipe sacrée du veau de buffle blanc et le chef spirituel des Lakota, Dakota et Nakota Oyate, connus sous le nom de Grande Nation Sioux. Il travaille à concilier la médecine traditionnelle et la médecine occidentale depuis les années 1970, et admet que c'est toujours un combat.
     
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Cher (moi) ,

    Mes salutations à vous de la Nation de Standing Rock. Aujourd'hui, je vous invite à vivre quelque chose de merveilleux : la semaine prochaine,  le Big Sky Documentary Film Festival accueille la première mondiale en ligne de "OYATE" - un tout nouveau long métrage documentaire produit par Films with a Purpose and Irrelevant Media, en association avec le Lakota Projet de loi populaire. Big Sky a également gracieusement rendu le film disponible pour visionnement en ligne en même temps, et vous pouvez acheter votre billet pour le regarder aujourd'hui.

    Loi Lakota

    Regardez, c'est moi et Phyllis Young dans "OYATE!" Veuillez cliquer ici pour regarder la bande-annonce  de ce documentaire sincère et habilement réalisé, et achetez vos billets pour la première sur la même page.

    Nous voulions nous assurer que vous ayez l'opportunité de regarder cette première spéciale avec nous ! Veuillez noter que le film sera disponible via Big Sky pour une durée limitée. Je vous invite à acheter votre billet dès maintenant, puis à marquer votre calendrier pour vous rappeler que la fenêtre de diffusion en continu s'ouvre le 25 février à 9 h PST. Après cela, vous aurez environ trois jours pour commencer à regarder et encore 24 heures pour terminer.
     
    Maintenant que vous avez tous ces détails importants, laissez-moi vous en dire un peu plus sur notre implication et ce que vous verrez. À la suite des manifestations à Standing Rock en 2016 et 2017, notre équipe Lakota Law a travaillé en étroite collaboration avec les producteurs Brandon Jackson, Emil Benjamin, Sandra Evers-Manly et Jennifer Martel des tribus Cheyenne River et Standing Rock Sioux, pour dire cela. puissante histoire de résistance. Vous passerez du temps avec Phyllis Young, moi et ma fille Tokata, la secrétaire américaine à l'Intérieur Deb Haaland du peuple Laguna Pueblo et bien d'autres voix autochtones plus puissantes.

    Loi Lakota

    Voici une photo promotionnelle de la secrétaire Haaland et d'autres sœurs dans la lutte pour la justice autochtone. Ce film est vraiment magnifiquement tourné.

    Comme vous le savez, notre lutte #NoDAPL à Standing Rock est devenue un point d'inflexion pour les droits humains et la justice environnementale, un cri de ralliement pour que les peuples autochtones du monde entier prennent position contre des siècles de vol de terres, de pauvreté imposée et d'effacement culturel. « OYATE » communique avec succès nos réflexions, en tant que militants, organisateurs et politiciens autochtones, sur cette histoire compliquée.

    Loi Lakota

    Lakota Law a aidé les cinéastes en fournissant des interviews exclusives, des images d'archives et une perspective. Les réalisateurs ont fait un travail fantastique en utilisant un mélange d'outils de narration pour tisser tous les éléments harmonieusement et pour vous immerger complètement dans nos visions du monde. Le résultat final est une chose de beauté, ambitieuse dans sa portée et, en même temps, personnelle et intime. Je pense que vous aurez beaucoup de plaisir à regarder, et j'espère que vous le trouverez éclairant. Vous pourrez peut-être acquérir une nouvelle compréhension de nos luttes pour la souveraineté et la justice - et vous rencontrerez même des chiens de rez-de-chaussée ! Alors, s'il vous plaît, regardez la bande-annonce, puis rejoignez-nous pour cette première passionnante. J'ai hâte d'entendre vos commentaires.

    Wopila tanka — merci et bon visionnage.
    Chase Iron Eyes
    Codirecteur et avocat principal
    The Lakota People's Law Project

    Projet de loi populaire Lakota

    Loi Lakota

    Projet de droit populaire Lakota
    547 South 7th Street #149
    Bismarck, ND 58504-5859

     

    Le Lakota People's Law Project fait partie de l'Institut Romero, un centre juridique et politique à but non lucratif 501(c)(3). Tous les dons sont déductibles des impôts.

     

     


    votre commentaire
  • ►  Clyde Bellecourt

    Clyde Bellecourt (© cbs58.com)

    CLYDE BELLECOURT, COFONDATEUR DU MOUVEMENT
    DES INDIENS AMÉRICAINS, EST MORT À l’ÂGE DE 85 ANS
    PAR ERIN HASSANZADEH (SITE WEB DE CBS MINNESOTA - WCCO,

    MINNEAPOLIS, 11 JANVIER 2022)

    (TRADUIT DE L’ANGLAIS ET ANNOTÉ PAR ISMÈNE TOUSSAINT)
    Dans tout le pays, on se souvient du militant autochtone
    américain Clyde Bellecourt (1), qui vient de mourir à l’âge de
    85 ans.
    En 1968, il avait cofondé le Mouvement des Indiens Américains
    (American Indian Movement, AIM) (2) pour aider les siens à
    défendre la souveraineté tribale et d’autres droits civils. La

    passion et l’oeuvre de sa vie s’étaient étendus bien au-delà de
    son État d’origine, le Minnesota.
    Un feu cérémoniel brûle, tandis que de nombreux Autochtones
    sont aux prises avec la perte d’une légende. Pour la militante
    Lisa Bellanger (3), Clyde Bellecourt était « un oncle » (4). Un
    homme connu sur le plan international, mais qui était pour
    beaucoup comme un membre de la famille.
    « Partout dans le monde, j’entends des gens l’appeler oncle
    explique-t-elle. Sans lui, je ne serai réellement pas qui je suis... »
    Lisa Bellanger est aujourd’hui directrice exécutive du
    Mouvement des Indiens américains.
    « Vous savez, le mouvement a créé un éveil au niveau national
    dans notre peuple », précise-t-elle.
    Clyde Bellecourt passa ses débuts à patrouiller les quartiers en
    s’efforçant de stopper les brutalités policières. Finalement, il
    codirigea le Conseil de la police en relations communautaires
    (Police Community Relations Council). De l’instruction au
    conseil juridique, en passant par la formation professionnelle et
    les soins médicaux, Clyde Bellecourt a voyagé à la fois à
    proximité et au loin pour pousser au changement et à l’équité.
    « Cela n’a jamais été juste un job pour lui, c’était un mode de
    vie », ajoute la directrice exécutive.
    Il a fourni un dernier effort pour extirper les mascottes racistes
    des équipes sportives — quelque chose que la lieutenante-
    gouverneure du Minnesota, Peggy Flanagan, a souligné lors de
    la déclaration qu’elle a effectuée à son sujet à CBS Minnesota-
    WCCO.
    « Le Pays indien a bénéficié du militantisme de Clyde

    Bellecourt, a-t-elle reconnu, il a ouvert la voie pour tant d’entre
    nous. »
    « Vous savez, concernant ses petits-enfants, il faudra s’assurer
    qu’à la fin, leurs descendants obtiennent l’équité... », reprend
    Mme Bellanger.
    Clyde Bellecourt lui avait demandé de porter son message :
    « Reste à la table. Tu dois continuer à travailler. Tu ne peux pas
    abandonner. Nous ne pouvons pas être seulement une voix
    silencieuse. Nous devons être là pour nous exprimer. »
    Il avait aussi rencontré des leaders dans le monde et parlé dans
    le cadre des Nations Unies.
    Lisa Bellanger conclut en disant qu’il s’est éteint chez lui, dans
    sa famille, après une longue bataille contre le cancer.
    Article paru le 11 janvier 2022 sous le titre « Clyde Bellecourt dies » dans
    le site web de CBC Minnesota-WCCO, minnesota.cbslocal.com,
    https://minnesota.cbslocal.com/2022/01/12/clyde-bellecourt-dies

    Clyde Bellecourt | Project Humanities

    Clyde Bellecourt

    (© Humanities Project - Arizona State University)

    NOTES
    1. Clyde Bellecourt (Neegonwayweedun, « le Tonnerre avant la
    tempête ; 1936-2022). Leader, défenseur des droits civils,
    éducateur et enseignant autochtone américain. Né sur la réserve
    ojibwée de White Earth (Terre Blanche, nord-ouest du
    Minnesota), il grandit dans la pauvreté et, suite à de menus
    larcins, fut placé à l’âge de 11 ans dans une maison de
    correction, la Red Wing State Training School (l’École
    professionnelle d’État de Red Wing). Cinq ans plus tard, il
    rejoignit ses parents, qui avaient été déplacés à Minneapolis
    dans le cadre de l’Acte de délocalisation des Indiens (Indian
    Relocation Act, 1956), lequel promettait faussement à ces
    derniers des emplois, de meilleures conditions de logement, et
    un bon accueil de la part de la population blanche urbaine. À 25

    ans, grâce aux militants George Mitchell, Dennis Banks, Eddie
    Benton-Benai et Russel Means, il découvrit la spiritualité,
    l’histoire et la langues ojibwées, et en 1968, fonda avec eux le
    Mouvement des Indiens américains (American Indian
    Movement, AIM) : celui-ci avait pour objectif de réveiller la
    conscience et l’identité des Autochtones, ainsi que de
    sensibiliser la population et le gouvernement américains aux
    piètres conditions de vie de ces peuples. Le jeune homme s’y
    révéla particulièrement actif en co-créant des écoles et des
    organismes destinés à aider les siens dans une variété de
    domaines : éducation, logement, santé, recherche d’emploi,
    droits juridiques, lutte contre les addictions et l’errance,
    prévention de la violence, etc. En 1972, il co-organisa la marche
    sur Washington (District of Columbia, D.C.), intitulée « la Piste
    des Traités brisés » (The Trail of Broken Treaties), afin d’attirer
    l’attention du gouvernement sur le non-respect des traités. Un an
    plus tard, il participa aux 71 jours d’Occupation de Wounded
    Knee sur la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), ancien
    théâtre du massacre des Sioux de 1890, qui, prise d’otages à
    l’appui, avait pour but de dénoncer la corruption des dirigeants
    politiques tribaux. Après avoir miraculeusement survécu à une
    blessure par balle sur la réserve de Rosebud (même État), il se
    rendit en 1977 aux Nations Unies pour exposer les mauvais
    traitements subis par les Autochones. Tout en se dévouant à leur
    bien-être, il ne cessa, le reste de sa vie, de mener ou de se
    joindre à des manifestations contre la violence et le racisme.
    Époux de Peggy Sue Holmes, il était père de quatre enfants et
    grand-père de nombreux petits-enfants.
    2. Le Mouvement des Indiens Américains (American Indian
    Movement, AIM) fut fondé en 1968 à Minneapolis (Minnesota)
    par George Mitchell, Dennis Banks, Eddy B. Banai et Clyde
    Bellecourt, pour défendre les droits des Autochtones. Au
    nombre de leurs revendications figuraient la restauration des
    traités brisés, la restitution des terres, la souveraineté tribale, la
    conservation de leurs cultures, ainsi que des conditions d’accès

    décentes aux soins médicaux, au logement et à l’éducation. Le
    mouvement se signala par l’occupation de plusieurs endroits :
    l’île d’Alcatraz (Californie), de novembre 1969 à juin 1971 ; le
    Bureau des Affaires indiennes à Washington (District de
    Columbia, DC), en novembre 1972, pendant une semaine ; et en
    février 1973, par un siège de 71 jours accompagné d'une prise
    d’otages dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), théâtre
    du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890). Le 25 juin
    1975, lors d'une commémoration de ce génocide sur les mêmes
    lieux, une fusillade qui fit deux victimes parmi les agents
    fédéraux entraîna l'arrestation arbitraire du militant Leonard
    Peltier (31 ans), puis sa condamnation pour meurtres à la prison
    à perpétuité. Malgré sa scission en deux factions depuis 1993, le
    mouvement continue aujourd’hui à préserver les intérêts des
    Autochtones et à faire vivre leurs pratiques culturelles et
    spirituelles.
    Lisa Bellanger (Young Links Woman ou « Femme aux jeunes
    liens » ; 1961-). Enseignante, défenseure des droits civils et
    leader autochtone américaine. D’origine asnishinabée et
    ojibwée, elle naquit sur la réserve de White Earth (Terre
    Blanche), dans le nord-ouest du Minnesota. Sa mère était
    Patricia Bellanger (1943-2015), cofondatrice en 1968 du
    Mouvement des Indiens Américains (American Indian
    Movement, AIM), qui l’initia très tôt à sa culture : chasse,
    cueillette, danses, cérémonies, etc. Adolescente, elle mit sur
    pied un club indien dans le collège pour Blancs qu’elle
    fréquentait à Minneapolis, St. Paul Open School, et y organisa
    un cours sur l’histoire indienne américaine pour tenter de pallier
    le racisme dont elle avait souffert dans son enfance. Elle
    effectua également des études à l’école alternative Heart of the
    Earth (Coeur de la Terre), qui avait été créée en 1972 par Clyde
    Bellecourt (1936-2022), un des fondateurs de l’AIM. Une fois
    adulte, elle participa à de nombreuses manifestations de défense
    des Autochtones contre la violence, le racisme, etc., et devint

    aussi une protectrice de l’eau. Elle est aujourd’hui directrice
    exécutive de l’AIM, plaçant « la guérison et la spiritualité au
    centre de ses actions », selon le vœu de son mentor Clyde
    Bellecourt.
    4. Appellation à la fois affectueuse et respectueuse qu’on donne
    à un aîné autochtone, même s’il ne fait pas directement partie de
    la famille.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • "The Sky Grizzly. Badger Two Medicine area, Blackfeet Reservation, 400 Blackfeet âgés de 3 à 80 ans se rassemblent sous la forme d'un grizzli pour déclarer le caractère sacré de leur terre et envoyer un message au gouvernement qu'ils ne veulent pas que cette terre être blessé de quelque manière que ce soit." 

     

     

     


    votre commentaire
  • Larry Sellers est un acteur américain né le 2 octobre 1949 à Pawhuska, Oklahoma, et mort le 9 décembre 2021 à l'âge de 72 ans . Plus connu en tant que Nuage Dansant dans la série Docteur Quinn, femme médecin. Il joue également « l'indien zarbi à moitié à poil » dans le film Wayne's World 2

    il était d'origine Osage, Cherokee et Lakota

    ►  décès de Larry Sellers

    ►  décès de Larry Sellers

     

     

     


    2 commentaires
  • File:Woundedknee1891.jpg - Wikimedia Commons

    Charnier à Wounded Knee
    (Dakota du Sud, 29 décembre 1890)

    LA PRESSION MONTE POUR QUE LE PRÉSIDENT DES
    ÉTATS-UNIS, JOE BIDEN, RETIRE LES MÉDAILLES
    D’HONNEUR REMISES À DES SOLDATS POUR LE MASSACRE
    DE WOUNDED KNEE (1890)
    PAR L’ÉQUIPE DU SITE WEB NATIVE NEWS ONLINE (9 NOVEMBRE
    2021)

    (TRADUIT DE L’ANGLAIS PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Plus tôt ce mois-ci, 17 membres du Congrès ont adressé
    une lettre au président Joe Biden, le pressant d’user de
    son autorité pour retirer les médailles d’honneur qui
    furent données aux soldats ayant participé au massacre
    de Wounded Knee.
    Cette requête est l’oeuvre des sénateurs des États-Unis
    Elizabeth Warren (démocrate, Massachusets), Jeff

    Merkeley (idem, Oregon), Kaiali’i Kahele (idem,
    Hawaï), et de 14 autres législateurs.
    « Le 29 décembre 1890, des soldats de l’armée
    américaine abattirent sans pitié des centaines d’hommes,
    de femmes et d’enfants lakotas à Wounded Knee, sur la
    réserve indienne de Pine Ridge, dans le Dakota du Sud,
    écrivent-ils. Par la suite, cet événement devint célèbre
    sous le nom de « massacre de Wounded Knee. »
    Honneur militaire le plus élevé au pays, la médaille
    d’honneur est attribuée au nom du Congrès pour l’esprit
    de chevalerie qui surpasse l’appel du devoir. Depuis des
    décennies, les Autochtones américains veulent que ces
    médailles d’honneur soient retirées : leur sentiment est
    que les actes qui furent commis contre des hommes, des
    femmes et des enfants lakotas innocents, étaient tout sauf
    « chevaleresques ».
    « Plus de 130 ans se sont écoulés depuis le massacre de
    Wounded Knee et pourtant, les actions de l’armée
    américaine et l’octroi de 20 médailles d’honneur aux
    perpétrateurs de cette tuerie demeurent une honte
    persistante sur la nation, ajoutent les membres du
    Congrès. Pour les familles et les descendants de ceux qui
    furent exterminés, le retrait de ces 20 médailles
    d’honneur aurait un impact profond et durable – le choix
    du gouvernement fédéral ayant été de continuer à
    permettre qu’on accorde ces honneurs biaisés. Il est plus
    que temps d’enlever cette tache de l’histoire de notre
    nation et nous vous demandons de le faire. »
    Avant d’être élu président le 15 janvier 2020, l’ancien
    vice-président Joe Biden s’était engagé par le biais d’une
    déclaration écrite au Forum présidentiel autochtone

    américain des Quatre directions et des tribus du Nevada,
    à soutenir le retrait des médailles d’honneur qui avaient
    été distribuées pour le massacre de Wounded Knee.
    Il y rappelait ceci : « la médaille d’honneur du Congrès
    est la plus haute distinction de notre nation, elle
    récompense la chevalerie au combat, ainsi que la défense
    des idéaux et des principes les plus élevés de notre
    nation. Qu’elle ait été décernée pour le massacre de
    centaines d’Autochtones américains sans armes, dont des
    femmes et des enfants, est odieux pour ces idéaux vrais,
    et rabaisse ce que cette distinction représente d’intégrité
    et de sacrifice personnel pour tous ceux qui l’ont reçue. »
    En septembre 2021, la Chambre des représentants a inclu
    un amendement dans la loi d’Autorisation de la Défense
    nationale (Defense Authorization Act) pour l’année
    fiscale 2022, découlant de la loi relative à l’Enlèvement
    de la tache (Remove the Stain Act ; HR 2226), qui
    demande le retrait des médailles d’honneur.
    Article paru dans le site Web Native News Online, November,
    9 th , 2021, Pressure Mounts on President Biden to Revoke the
    Medals of Honor for the Wounded Knee Massacre | Currents
    (nativenewsonline.net)

     

     

     


    votre commentaire
  • Comment « Killers of the Flower Moon » de Martin Scorsese change la vie dans une petite communauté à la frontière du Kansas


    votre commentaire
  • Cher Ami ,

    Ce fut une semaine d'action incroyable ici dans ce qu'on appelle maintenant le Minnesota contre le pipeline de la canalisation 3. La grande nouvelle que nous avons pour vous est que nous avons formé un partenariat avec le Camp Migizi (ce qui signifie Eagle en Ojibwe), l'un des cinq camps originaux dirigés par des Autochtones ici le long de la ligne 3. Nous fournirons l'organisation, les médias sociaux, la production vidéo, soutien financier et gestion de la presse à leur égard. Et puis, hier soir, dans l'un de nos premiers efforts pour documenter l'action directe du camp, mon collègue co-directeur, Dan Nelson, a été arrêté !

    Dans notre nouveau blog complet , nous discutons de la proposition de loi nationale pour sévir contre ceux d'entre nous qui exercent notre droit de manifester au premier amendement, et nous vous offrons la possibilité d'agir dès maintenant avec vos sénateurs américains. Dans la vidéo d'accompagnement (avertissement de déclenchement - brutalité policière de première ligne), des militants du camp Migizi sont violemment arrêtés alors qu'ils se présentent pour accueillir d'autres protecteurs de l'eau libérés de prison.

    Loi LakotaLisez, regardez et agissez dès maintenant : Ne laissez pas le gouvernement fédéral reculer et sanctifier les États et les forces de l'ordre dans leurs actions violentes et antidémocratiques contre les protecteurs de l'eau !

    Heureusement, Dan a été libéré, et nous n'avons pas manqué une miette pour soutenir le Camp Migizi — qui est dirigé par la guerrière bispirituelle (c.-à-d. LGBTQ2S) Taysha Martineau de la bande Fon Du Lac du lac Supérieur Chippewa. Cela semble être la bonne façon pour nous, en tant qu'alliés, d'être actifs en première ligne. Nous respectons et valorisons le leadership de Taysha et le dévouement du camp à prendre des mesures directes. La ligne 3 avance à un rythme effréné sur plusieurs rivières, et les organisateurs s'efforcent toujours d'amener toutes les personnes et les ressources dont nous avons besoin pour venir en première ligne. Pendant ce temps, des accusations forgées de toutes pièces et des mesures de libération sous caution draconiennes exacerbent la pression exercée sur mes collègues militants. Il est temps d'agir maintenant.

    Tout cela se déroule dans le contexte de notre urgence climatique mondiale et de la répression des manifestations à l'échelle de l'État – y compris la mesure extrême du Dakota du Sud de sanctifier le meurtre des militants des pipelines. Nous ne pouvons pas laisser les mêmes tactiques être utilisées à l'échelle nationale. Veuillez lire notre blog et agir pour prévenir la violence contre les protecteurs de l'eau en disant à vos sénateurs de voter non HR 1374.

    Wopila tanka — merci d'être avec nous, nos parents Anishinaabe et notre grand-mère Terre !
    Chase Iron Eyes
    Co-directeur et avocat principal
    The Lakota People's Law Project

     

    Attention les vidéos dans leurs news ne s'ouvrent pas ,je recherche les originaux merci de votre compréhension 

     Plus d'infos  migizi-camp-vs-line-3-the-last-battle-for-humanity/

     

    Hier, Enbridge a tiré leur pipeline indésirable de la ligne 3 sous nos eaux sacrées. La terre, le riz sauvage, le poisson, le peuple -- tout dépend de ces eaux. Nos cœurs sont brisés par la violence endurée par l'eau et notre peuple, alors que tous les niveaux du gouvernement américain continuent d'ignorer leur propre Constitution et leurs obligations conventionnelles envers Red Lake. Plus de 600 600 personnes ont été arrêtées en essayant de #StopLine3 -- C ' est un coup, mais nous ne reculons pas.
    Pour la terre, pour les traités, pour nos futures générations -- nous allons #StopLine3. Vous nous rejoignez ? linktr.ee/HelpStopLine3

     

     

     

     


    votre commentaire
  • du site d'ISMENE TOUSSAINT

     
    Tableau de Leonard Peltier

    « JE M'AUTORISE À CROIRE QUE JE PEUX VIVRE ASSEZ LONGTEMPS POUR FRANCHIR LES PORTES DE CETTE CAGE DE BÉTON ET D'ACIER...»

    PAR LEONARD PELTIER1 (26 JUIN 2021)

    (TRADUIT DE L'ANGLAIS ET ANNOTÉ PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Salutations, mes proches,

    Une année s’est écoulée depuis que j’ai eu la possibilité de vous écrire.

    L’an passé a été tellement dur pour nous tous. Nous avons perdu deux de nos plus grands hommes. En décembre, mon frère Tom Poor Bear (Tom Pauvre Ours)2, du Covid, et à présent, nous avons perdu mon frère et mon enseignant, le Chef Leonard Crow Dog (Leonard Chien-Corbeau)3. Tous deux étaient à l’origine et au cœur du Mouvement des Indiens Américains (Indian American Movement)4, et ils étaient bien sûr en charge des traités.

    C’étaient deux grands hommes, qui ont tant fait pour notre peuple, et le monde semble très différent aujourd'hui, sans eux.
    Les souvenirs que j’ai d’eux sont clairs, forts, et je leur porte le plus haut respect.

    Je sais que le Covid a été dévastateur et qu’il a causé de grandes souffrances en Pays indien : je prie pour que tout cela se termine.
    J’envoie mes sincères condoléances et mon amour à tous nos gens, qui ont perdu des proches et des amis l’année dernière.

    Et ma sœur Belva5 nous a quittés, elle aussi. C'était une puissante protectrice de l’eau et une vétéran de Wounded Knee. Elle n’a jamais arrêté de travailler pour les gens et pour moi... même si elle était très malade. Je lui suis reconnaissante de l’amour et du soutien qu’elle m’a apportés ces dernières années.
    J’envoie mon amour et mes condoléances à toute sa famille et à tous ses amis, ainsi qu’à son peuple d'Oglala, en cette triste période.

    Comme pour moi... l’an passé, la prison a été presque constamment confinée à cause du Covid et de la violence des gangs. Cela a été dur pour moi et pour ceux qui sont entreposés (sic) ici. C'était presque comme si nous avions été dans un trou pendant des mois... Presque.

    J’ai plein espoir qu’on finisse par ramener le Covid sous contrôle. Et que les choses iront mieux pour notre peuple dans les jours et les mois à venir.

    Je voudrais adresser des prières de réconfort à mon frère Edgar Bear Runner (Edgar Coureur d’Ours)6, qui se bat à son tour contre cette maladie.

    Je suis si fier de mon jeune frère Kevin Killer7, qui, je le sais, sera un directeur tribal fort et honnête pour le peuple lakota oglala. Je lui envoie mes prières et mon soutien pour le dur travail qu’il a entrepris, et aussi ma gratitude pour le sacrifice qu’il fait pour notre peuple.

    Je m’autorise à redevenir plein d’espoir et à croire que je peux vivre assez longtemps pour franchir les portes de de cette cage de béton et d’acier... Mes problèmes de santé continuent à s’accumuler mais j’essaie très fort de prendre soin de moi dans cet endroit, de façon à ce que je puisse vivre suffisamment longtemps pour sortir d’ici sur mes deux pieds.

    Je suis profondément reconnaissant à tous ceux d’entre vous qui se sont rassemblés chaque année pour se souvenir de moi et de tout ce qui avait été perdu et gagné le 26 juin 19758.
    Je dis « Merci » à tous mes chers amis, qui continuent à organiser cette journée annuelle. Aux coureurs, aux cavaliers, et bien-sûr aux aînés qui viennent encore.

    J’espère qu’un jour, je pourrai être là avec vous, que je pourrai chanter, prier et manger avec vous tous.

    Je demeure votre Frère et garderai mon espoir vivant pour vous tous.

    Doksha (Salutations)

    Leonard

    Site du Comité international pour la défense de Leonard Peltier (International Leonard Peltier Defense Committee) : https://www.whoisleonardpeltier.info/

    NOTES

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord), ce membre des Nations sioux lakota, anishinabée et chippewa, d'ascendance métisse canadienne française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), dans le réveil de la fierté autochtone et des revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

    2. Tom Poor Bear (Tom Pauvre Ours ; 1954-2020). Leader de la Nation Sioux lakota-oglala aux États-Unis. Né à Chicago (Illinois), il grandit sur la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud) et intégra dès l'âge de 16 ans le Mouvement des Indiens Américains (American Indian Movement ; fondé en 1968). En novembre 1972, il s’enfuit du pensionnat pour en rejoindre les membres, qui occupèrent une semaine durant le Bureau des Affaires indiennes à Washington (District of Columbia, DC), pour tenter de régler la question des traités qui avaient été brisés au fil de l’Histoire. En 1999, suite au meurtre de son frère et de son cousin, il commença à lutter contre la vente d’alcool aux Autochtones de Pine Ridge et de Whiteclay (Nebraska), et parvint quelques années plus tard à faire fermer les magasins de bière de cette ville. Au cours de sa vice-présidence de la Nation lakota, il s’illustra notamment en organisant des marches destinées à rendre justice aux deux membres de sa famille assassinés, ainsi qu’aux Autochtones qui étaient battus en toute impunité par des Blancs. Il participa également à des manifestations contre le projet d’implantation du pipeline Keystone XL, qui lui valurent plusieurs arrestations et un emprisonnement à Washington. En 2004, lors d’un meeting du président des États-Unis à Denver (Colorado), il réussit à attirer son attention sur ce sujet : en 2015, Barrack Obama devait rejeter l'entreprise controversée, mais sa décision fut renversée par son successeur, Donald Trump. Tom Poor Bear mourut du coronavirus (Covid-19) le 13 décembre 2020 à l’hôpital de Greeley (Colorado) et fut enterré à Wounded Knee (Dakota du Sud), qui avait été le théâtre du massacre des Sioux en 1890.

    3. Leonard Crow Dog (Leonard Chien-Corbeau ; 1942-2021). Chef spirituel sioux lakota sicangu (Brûlé), homme-médecine de la 6e génération des Crow Dogs, et conseiller tribal. Fils de l’homme-médecine Henry Crow Dog (1899-1985), il naquit sur la réserve de Rosebud (Dakota du Sud) et étudia la langue et les traditions de son peuple auprès de son père et des aînés oglalas. En 1970, devenu le leader spirituel du Mouvement des Indiens américains (American Indian Movement, AIM), qui, fondé deux ans plus tôt, avait sonné le réveil de la culture et des revendications autochtones, il joua un rôle majeur en son sein : participation à la grande marche sur Washington, D.C. (The Trail of The Broken Treaties, La Piste des traités brisés), destinée à attirer l’attention du président des États-Unis sur les problèmes de ses compatriotes (1972) ; organisation de manifestations contre les crimes haineux perpétrés à l’égard des Lakotas ; mise en forme de projets de loi, tels l’Acte d’auto-détermination et d’éducation des Indiens (1975) et l’Acte de liberté religieuse des Indiens américains (1978), pour ne citer que quelques-unes de ses actions. En 1973, il conduisit les négociations entre les autorités fédérales et les militants de l’AIM qui, après avoir pris des otages, occupèrent 71 jours durant le théâtre du massacre des Sioux (1890), Wounded Knee, sur la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Deux ans plus tard, il y fut arrêté après la fusillade qui avait opposé la police et les Autochtones venus commémorer le même génocide, faisant deux morts parmi les agents fédéraux, et écopa de deux années de prison pour cause de « solidarité » avec les siens. À partir des années 1980, il dirigea de nombreuses cérémonies dans les tribus de sa région et du Sud-Ouest, dont celle des Navajos, à Big Mountain (la Grande Montagne, Arizona), remettant notamment à l'honneur la danse du Soleil et celle des Esprits (Ghost Dance). 

    4. L'American Indian Movement (AIM ; le Mouvement des Indiens Américains) fut fondé en 1968 à Minneapolis (Minnesota) par George Mitchell, Dennis Banks, Eddy B. Banai et Clyde Bellecourt, pour défendre les droits des Autochtones. Au nombre de leurs revendications figuraient la restauration des traités brisés, la restitution des terres, la souveraineté tribale, la conservation de leurs cultures, ainsi que des conditions d’accès décentes aux soins médicaux, au logement et à l’éducation. Le mouvement se signala par l’occupation de plusieurs endroits : l’île d’Alcatraz (Californie), de novembre 1969 à juin 1971 ; le Bureau des Affaires indiennes à Washington (District de Columbia, DC), en novembre 1972, pendant une semaine ; et en février 1973, par un siège de 71 jours accompagné d'une prise d’otages dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), qui avait été le théâtre du massacre des Sioux de Wounded Knee en 1890. Le 26 juin 1975, lors d'une commémoration de ce génocide sur les mêmes lieux, une fusillade qui fit deux victimes parmi les agents fédéraux entraîna l'arrestation arbitraire du militant Leonard Peltier (31 ans), puis sa condamnation pour meurtres à la prison à perpétuité. Malgré sa scission en deux factions depuis 1993, le mouvement continue aujourd’hui à préserver les intérêts des Autochtones et à faire vivre leurs pratiques culturelles et spirituelles. 

    5. Il s'agit de Belva Matilda Janis, née en 1958 à Miami (Oklahoma) et décédée en novembre 2020 à Joplin (Montana), soit à l'âge de 62 ans. Cette membre lakota oglala du Mouvement des Indiens Américains (American Indian Movement, AIM ; fondé en 1968), mère de deux enfants, n'avait que 17 ans lorsque elle fut plongée dans la tragédie connue sous le nom d' «Incident d'Oglala» : le 26 juin 1975, lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890) sur la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), le meurtre de deux agents fédéraux provoqua une fusillade entre les Autochtones et les autorités policières, qui dura toute la journée. Elle aboutit à la condamnation arbitraire à la prison à perpétuité de Leonard Peltier (1944-), militant de l'AIM, dont Belva M. Janis devait soutenir la cause sa vie durant.

    6. Edgar Bear Runner (Edgar Coureur d'Ours, 1951-). Militant sioux lakota. Né à Porcupine (Dakota du Sud), il s'engagea dès l'adolescence dans le Mouvement des Indiens Américains (American Indian Movement, AIM ; fondé en 1968) et participa aux nombreuses actions du groupe. Le 26 juin 1975, lors de « l'Incident d'Oglala », où le meurtre de deux agents fédéraux déclencha une fusillade entre les autorités policières et les Autochtones sur la réserve de Pine Ridge (même Etat), il négocia avec ces derniers en vue d'une résolution pacifique du conflit. Toutefois, il fut répertorié - à tort - par le FBI comme l'un des premiers suspects de la tuerie. Défenseur de maintes causes, il fit partie de ceux qui refusèrent l'argent du gouvernement des États-Unis en échange de la cession des terres sacrées des Black Hills (Collines Noires, Montana). Il est également un ardent partisan de l'innocence de Leonard Peltier (1944-), militant sioux lakota qui fut condamné en 1977 à la prison à perpétuité pour le double meurtre susmentionné. 

    7. Kevin Killer (1978-). Militant et homme politique sioux oglala. Né à Denver (Colorado),  il passa de fréquents étés sur la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Adhérent du Parti démocrate, il fut élu membre de la Chambre des représentants du Dakota du Sud de 2009 à 2017, puis membre du Sénat du même État de 2017 à 2019 (pour le 27e district). Également directeur de l'Alliance des Jeunes leaders autochtones américains (Native American Youth Leadership Alliance), il a été nommé en novembre 2020 président de la tribu des Sioux Oglalas. 

    8. « L'Incident d'Oglala » ayant eu lieu le 26 juin 1975, on commémore chaque année ce drame à la même date et à l'endroit éponyme, sur la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Depuis 2001, on y célèbre également la Journée Leonard-Peltier. Cette année, le «Leonard Peltier Freedom Ride 2021» (Chevauchée 2021 pour la Liberté de Leonard Peltier) a attiré de nombreux cavaliers autochtones, qui se sont rendus jusqu'à Washington, DC, afin de réclamer la libération du militant et de faire prendre conscience au public des piètres conditions de vie des habitants de la réserve de Pine Ridge.

     

     

    © Leonard Peltier

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    Saginaw Grant est décédé ce mardi 27 Juillet 2021

    Saginaw Morgan Grant était un acteur amérindien Pawnee (Oklahoma) surtout connu pour The Lone Ranger, The World's Fastest Indian, Community et Breaking Bad. Il était musicien, danseur, conférencier motivateur et chef héréditaire de la nation Sac and Fox 

    Biographie  notrecinema.com/communaute

    RIP 

     

     


    votre commentaire
  • Une newsletter reçue que je vous partage car il faut le savoir

    Cher Ami ,

    À présent, vous êtes probablement bien conscient des problèmes que les nations autochtones ont avec la gouverneure du Dakota du Sud, Kristi Noem. Elle n'a pas réussi à protéger notre État avec des protections de bon sens au plus fort de la pandémie de Covid, ce qui nous a amenés à devenir le pire hotspot du monde – à deux reprises. Ensuite, lorsque nous avons agi pour nous protéger en limitant l'accès à la réserve de Cheyenne River, elle a essayé de supprimer nos points de contrôle de santé et de sécurité tribaux. Elle a invité Trump à prendre la parole et a déclenché un feu d'artifice sur nos terres sacrées des Black Hills. Elle n'a rien fait pour arrêter la discrimination systémique qui empêche les Autochtones de voter dans notre État, et elle a soutenu les lois qui criminalisent les manifestants des pipelines. Maintenant, elle va dans tout le pays.

    donner mardiNon contente de rendre la vie difficile aux habitants du Dakota du Sud, la gouverneure Kristi Noem envoie désormais des troupes à la frontière.

    Vous avez peut-être vu la nouvelle que Noem a atteint un nouveau creux en utilisant les fonds collectés auprès d'un investisseur milliardaire pour envoyer des troupes de la garde nationale à la frontière mexicaine. Si ce n'est pas tout à fait illégal, ça devrait l'être. Et, selon l'avocat et protecteur de l'eau Bruce Ellison, les manifestants peuvent désormais être tués pour défendre des biens - des biens comme des pipelines, par exemple. Tout cela fait partie d'un profil croissant de militarisation contre le peuple, dirigé par les riches investisseurs et les entreprises de combustibles fossiles dont Noem est clairement une marionnette.

    Malgré les meilleurs efforts de Noem et de ses acolytes, nous ne serons pas réduits au silence. Pour nous assurer que les voix autochtones sont entendues haut et fort, nous continuerons à enregistrer les électeurs autochtones dans le Dakota du Sud, et nous poursuivons également l'État pour discrimination des électeurs. Vous en apprendrez beaucoup plus à ce sujet de Chase plus tard cette semaine, alors restez à l'écoute. Nous sommes dans ce combat sur le long terme.

    Wopila — Merci pour votre attention et votre attention !
    Madonna Thunder Hawk
    Cheyenne River Organisatrice
    The Lakota People's Law Project
     

    Projet de loi populaire Lakota

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Cowessess First Nation becomes 1st to control its child welfare system. Here’s how it works
     
    GLOBALNEWS.CA
    Cowessess First Nation becomes 1st to control its child welfare system. Here’s how it works

    La Première nation Cowessess devient la première à contrôler son système de protection de l'enfance. Voici comment cela fonctionne.

    comme je n'ai pas encore demandé l'autorisation de recopié l'article sur mon site et dans le doute de l'acceptation car les médias Américain ne sont pas dans le partage ou alors il faut payer. Attention page en Anglais
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Peut être une image de 11 personnes, personnes debout, plein air et arbre

    Peut être une image de 6 personnes, personnes debout et plein air

    Deux morceaux de merveilleuses nouvelles ! Aujourd'hui, KXL est enfin annulé ! Et la protectrice de l'eau Jasilyn Charger vient de négocier un accord avec le procureur de l'État dans le Dakota du Sud dans son procès KXL. Elle est libre ! Nous saluons le courage de Jasilyn pour prendre position contre le pipeline zombie, et la loi Lakota continuera de la soutenir juridiquement alors qu'elle continue de faire pression pour les droits fonciers des Autochtones et la santé environnementale. Maintenant, allons #StopLine3 - dites à Biden de prendre des mesures ici : lakota.law/2TLGlJG
     
     

    StopLine3

     TC Énergie basée à Calgary a déclaré dans une déclaration qu'elle avait officiellement clôturé le projet après consultation du gouvernement de l'Alberta au Canada. Il avait déjà suspendu les travaux sur le pipeline plus tôt cette année, après que Biden ait révoqué un permis présidentiel pour le projet.
     ( vu sur facebook )
     
     
     
     
     

    votre commentaire
  • Léonard Crow Dog

    Le chef Leonard Crow Dog (Sicangu Lakota), un homme-médecine très respecté qui a servi de chef spirituel pendant le siège de 71 jours de Wounded Knee sur la réserve indienne de Pine Ridge par l'American Indian Movement en 1973, a commencé son voyage vers le monde des esprits peu après minuit dimanche au Lakota Home, à Rapid City, SD. Il avait 79 ans.

     

    Léonard Crow Dog est décédé

    Leonard Crow Dog était un homme-médecine et un chef spirituel qui est devenu bien connu lors de la prise de contrôle par les Lakota de la ville de Wounded Knee dans la réserve indienne de Pine Ridge dans le Dakota du Sud en 1973, connu sous le nom d'incident de Wounded Knee. Wikipédia (anglais)

    Léonard Crow Dog

     

     

     


    votre commentaire
  • Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’SOMEBUDY' UDY'S DAUGHTER 5,712 Native women were reported murdered or missing in 2016 Now we ve lost count Avery powerful and Important film for the world 0 see equal parts beauty dtragedy, reveals the horrific truths that are sure to ignite change. Lightning Odu DIRECTED BY RAIN’

    Le président Joe Biden a déclaré le 5 mai ′′ Journée de sensibilisation des personnes indigènes disparues et assassinées."
    Proclamation proclamation
    Aujourd'hui, des milliers de cas non résolus d'Amérindiens disparus et assassinés continuent de pleurer à la justice et à la guérison. À l'occasion de la Journée de sensibilisation des personnes indigènes disparues et assassinées, nous nous souvenons des peuples indigènes que nous avons perdus à cause du meurtre et de ceux qui restent portés disparus et qui s'engagent à travailler avec les Nations tribales pour s'assurer que tout cas de disparition ou de meurtre soit accompagné
    Notre incapacité à affecter les ressources nécessaires et à rassembler l'engagement nécessaire pour lutter contre et prévenir cette tragédie continue, non seulement rabaisser la dignité et l'humanité de chaque personne qui disparaît ou qui est assassinée, mais aussi souffre et des ondes de choc dans nos communautés tribales. Nos traités et nos responsabilités de confiance envers les nations tribales exigent nos meilleurs efforts, et notre préoccupation pour le bien-être de ces concitoyens exige que nous agissions avec urgence. À cette fin, notre gouvernement doit renforcer son soutien et sa collaboration avec les communautés tribales.
    Mon administration est pleinement déterminée à travailler avec les Nations tribales pour faire face au nombre disproportionné d'Autochtones disparus ou assassinés, ainsi qu'à renforcer la coordination pour enquêter et résoudre ces affaires et assurer la responsabilité. Je m'engage en outre à m'attaquer aux causes sous-jacentes de ces chiffres, y compris - entre autres - la violence sexuelle, la traite des êtres humains, la violence domestique, la criminalité violente, le racisme systémique, les disparités économiques, la consommation de drogues et Les partenariats fédéraux visant à combler le nombre de peuples indigènes disparus et assassinés seront gouvernés par la fondation nation-nation de notre relation avec les gouvernements tribaux et le respect de la souveraineté et de l'autodétermination tribales. Les défis des communautés tribales sont mieux rencontrés par des solutions qui sont informées et façonnées par les dirigeants tribaux et les gouvernements tribaux.
    Les tribus des États-Unis travaillent depuis longtemps pour apporter des solutions à leurs communautés. En avril, les tribus confédérées Salish et Kootenai de la Réservation indienne Flathead, le bureau du procureur des États-Unis pour le district du Montana et le FBI ont annoncé le premier plan communautaire tribal de réponse de la nation dans le cadre d'un projet pilote du ministère de la Justice visant à répondre aux besoins de la nation. cas émergents de personnes disparues dans leur communauté. Lorsque quelqu'un disparaît, c'est souvent une situation urgente et sensible au temps. Le plan d'intervention communautaire tribale définit un plan directeur pour la façon dont les forces de l'ordre tribales ; les forces de l'ordre locales, les États et les membres fédéraux ; et les membres de la communauté peuvent réagir lorsqu'une personne disparaît dans une communauté tribale - résolvant d'importantes questions de chevauchement et de rapidement et efficacement. D ' autres tribus et villages autochtone tels que la nation Muscogee (Creek) en Oklahoma, le village autochtone de Unalakleet en Alaska et la communauté indienne de Bay Mills dans le Michigan, travaillent avec des partenaires fédéraux sur leurs propres plans d'intervention communautaire.
    Mon administration a accordé une priorité à aider à résoudre les problèmes entourant les Amérindiens qui disparaissent et ceux qui sont assassinés à travers les États-Unis - y compris des taux élevés de femmes et de filles autochtone, y compris des femmes et des filles transgenres. Nous reconnaissons qu'il y a un niveau de méfiance envers le gouvernement des États-Unis dans de nombreuses communautés autochtone, résultant d'une longue histoire de promesses brisées, d'oppression et de traumatismes C ' est pourquoi nous recherchons des moyens de construire la confiance envers notre gouvernement et les systèmes conçus pour fournir un soutien aux familles dans le besoin. Nous devons combler l'écart entre les familles en situation de crise, fournir les services de soutien nécessaires et fournir des occasions de guérison grâce à des approches globales axées sur la communauté.
    Je me suis engagé à m'appuyer sur les succès de la réautorisation de la loi sur la violence contre les femmes en 2013 (VAWA) en soutenant l'adoption de la réautorisation VAWA de 2021. Parmi d'autres protections, ce projet de loi réaffirme le pouvoir tribal inhérent de poursuivre certaines personnes non - Les délinquants indiens - étendent les protections contre la violence domestique et la violence familiale aux victimes amérindiennes de violences sexuelles, de traque, de violences contre les enfants, de violences contre les aînés et d'agressions contre le personnel de la police ou de la justice lorsque des crimes sont commis sur le territoire En outre, grâce au Plan américain de sauvetage, nous avons fourni 35 millions de dollars supplémentaires en subventions pour les tribus afin de fournir des logements temporaires, une assistance et des services de soutien aux victimes de violences domestiques et de rencontres, ainsi que des fonds supplémentaires pour la ligne d'assistance téléphonique autochtone Stronghearts, et financement supplémentaire pour les services pour les survivants d'agression sexuelle.
    Mon administration s'est également engagée à mettre en œuvre efficacement les exigences de la loi sur Savanna et de la loi non invisible, la législation axée sur la lutte contre les problèmes entourant les personnes indigènes disparues ou assassinées. Le Groupe de travail présidentiel sur les Indiens d'Amérique disparus et meurtris et les Autochtones d'Alaska continue de réunir le ministère de la Justice, le ministère de l'Intérieur et le ministère de la Santé et des Services sociaux pour examiner les problèmes liés à un partenariat combiné entre la santé publique et la sécurité publique. Encourageant les efforts du groupe de travail, le Conseil de la Maison Blanche sur les affaires amérindiennes réunira toutes les agences fédérales compétentes pour travailler avec les nations tribales à l'exploration de nouvelles façons de renforcer les efforts de prévention et d'
    En outre, informé par la contribution tribale, le Département de l'intérieur a récemment créé l'Unité Missing & Murded (UMM) au sein du Bureau des affaires indiennes Office of Justice Services pour assurer le leadership et l'orientation des travaux interministériels impliquant des Indiens américains portés disparus et assassinés et les Autochtones de l'Alaska. L ' UMMM aidera à porter le poids du gouvernement fédéral lors de l'enquête sur ces affaires et des ressources en matière d'application de la loi entre les agences fédérales et tout le pays indien.
    Notre engagement à traiter ces problèmes et à renforcer ces partenariats critiques est indéfectible. Depuis trop longtemps, il y a eu trop de chagrin et d'inquiétude. Unis par notre investissement mutuel dans des communautés saines et sûres, nous travaillerons ensemble pour réaliser des progrès durables.
    MAINTENANT, JE, JOSEPH R. BIDEN JR., Président des États-Unis d'Amérique, en vertu de l'autorité qui m'est conférée par la Constitution et les lois des États-Unis, proclame le 5 mai 2021 comme personnes indigènes disparues et assassinées Journée de sensibilisation. J ' appelle tous les Américains et je demande à tous les ordres de gouvernement de soutenir les gouvernements tribaux et les communautés tribales pour sensibiliser davantage les gens à la question des Indiens américains disparus et des Autochtones de l'Alaska grâce à des programmes et des activités appropriés.
    EN TÉMOIN DE QUOI, j'ai mis ma main en ce quatrième jour de mai, dans l'année de notre Seigneur deux mille vingt-et-un, et de l'indépendance des États-Unis d'Amérique, les deux cent quarante-quarante-cinquième.
     
     
     
     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique