• faucon crécerelle

    faucon crécerelle

    faucon crécerelle

    Ce petit faucon était sur le parking de l'entreprise ou je travaille. Nous l'avons aperçu pendant plusieurs jours. J'ai profité de cette chance pour faire ces photos . Un peu apeuré à mon approche , il ne s'est pas sauvé et j'ai réussi à m’asseoir à côté de lui. ( petite précision il ne volait pas encore).Puis disparition pendant 2 jours d'ou l'inquiétude car des chats rodent aux alentours. Puis un matin juste au moment ou je me mets à la fenêtre ,il se pose devant moi sur une barrière , me regarde  puis repart à tire d'aile.

    m'a t'il fait voir que dorénavant il volait ?

    j'en garderais un bon souvenir ...

     


    3 commentaires
  •  

    très beau documentaire. tout animal est utile.Nous sommes tous reliés.

     

     


    votre commentaire
  • orignal

    votre commentaire
  •  

    photos de l'élevage de bison de Valdivienne

     


    votre commentaire
  • Chaque hiver, Mike Mease et ses amis bravent le froid pour sauver les derniers bisons d'Amérique.

    Près de deux cents volontaires de l'association "Buffalo Field Campaign" sillonnent Yellowstone pour empêcher les bisons de s'aventurer hors des limites du parc. Car, à l'extérieur, ils sont chassés par les propriétaires de ranch. Les éleveurs prétendent qu'un bison sur deux est atteint de la brucellose, ce qui représente un danger pour leurs pâturages...
    En vérité il n'y a pas de brucellose mais les éleveurs sont prêt à tout pour s'approprier les pâturages de la réserve de Yellowstone.

     

     

     


    votre commentaire
  •  
    Photo du site -->rockymountainroads

    Le nom du parc ( Yellowstone, signifiant « pierre jaune ») provient des rochers que l'on peut voir dans le Grand Canyon de Yellowstone qui a été formé par les dernières glaciations, suivies de l'érosion de la rivière Yellowstone. Contrairement aux apparences, la couleur des pierres provient de l'altération hydrothermique du fer qu'elles contiennent, et non du soufre qui est également présent. 

     

    Le parc national de Yellowstone se trouve au nord-ouest des Etats Unis . Il est à cheval sur trois Etats ( Idaho , Montana et Wyoming ), même si la plus grande partie du parc se trouve au nord-ouest du Wyoming. Le centre du parc se situe à 110°30'03'' de longitude  ouest et 44°36'53'' de latitude nord, soit la même latitude que la ville de Bordeaux . Des terres publiques (Federal Lands) entourent le Yellowstone et le Parc National  de Grand Tettonse trouve à quelques kilomètres au sud.

    Le parc de Yellowstone s'étend sur 8 983 km² (898 317 hectares), dont 96 % se trouvent dans l'État du Wyoming ,  3 % sur le Montana et 1 % en Idaho ; le parc mesure 102 km du nord au sud, et 87 km d'est en ouest.


    1 commentaire
  • Le coyote (Canis latrans ,signifiant chien qui aboie ) est une espèce de la famille des canidés . On trouve généralement les coyotes en Amérique du Nord , ils vivent en meute ,mais ont l'habitude de chasser seuls. Durée de vie 6 ans en moyenne . Le mot " Coyote " est d'origine Nahuatl

    La taille des coyotes ne dépasse pas 60 cm et leur pelage varie du gris au fauve. Les oreilles et le museau sont longs et pointus. Les coyotes pèsent entre 9  et 23 kg.cliquez sur -->( Wikipédia )

    Le coyote se rencontre presque partout dans l'ouest et le centre des Etats-Unis, ainsi que dans l'ouest et le sud-est du Canada. Au Québec, on le trouve pratiquement partout au sud du Saint-Laurent jusqu'à Sept-Îles. Dans l'est, sa présence a été notée au Tennessee, en Louisiane, en Ohio, au New Jersey, ainsi que dans les États de New York et de la Nouvelle-Angleterre. L'espèce est également présente au Mexique et en Amérique centrale. Cliquez  sur --> (Parc régionnal des Appalaches )

     


    votre commentaire
  • Osage

    Cette tribu Amérindienne  a donné son nom à l'arbre dont elle se servait pour faire des peintures ou des arcs : l'Oranger des Osages

    Voici l'intérieur d'une orange  d'Osage... quelques un de  ces arbres sont présents a la Rochelle

    Oranges comestibles?
    . Coupez en une à la moitié et vous verrez un noyau  entouré d'un maximum de 200 petites graines (plus petites que les graines de tournesol), qui sont beaucoup plus recherchés par les écureuils.

    + de renseignements ( en anglais )  sur --> Orange osage

     


    2 commentaires
  •  

    La prophétie du bison blanc

    Tout a commencé en 1995, avec la naissance d'un bison blanc femelle dans le Wisconsin. Nommé "Miracle", ce bébé bison blanc était la première femelle à naître depuis des générations. Aussitôt, Floyd Hand, un homme-médecin annonça et écrivit dans le magazine Américain "Spin" : "Pour nous les Indiens, c'est comme le Retour du Christ pour les blancs"
    La Nation Lakota-Dakota-Nakota (Sioux) a reçu il y a plusieurs siècles la visite d'un être spirituel femme, qu'ils appelèrent White Buffalo Calf Woman, la "Femme Bison Blanc". Cette femme magnifique, irradiante de Lumière, habillée à la mode Indienne d'une robe de daim blanc, donna aux Lakotas les plus hauts enseignements spirituels et des rituels de paix à observer avec la "Chenupa" (la pipe sacré), et à partager avec toutes les autres tribus de "Turtle Island" - comme les Indiens appellent l'Amérique du Nord, sans notions de frontières
     

    En août 1994 naît Miracle, un bison blanc, réalisant ainsi, pour de nombreuses personnes, une prophétie lakota. Il y a dix-neuf générations, la Femme-jeune-bisonne-blanche apporte la pipe sacrée ainsi que le code moral et les cérémonies qui l'accompagnent aux nations lakota, dakota et nakota. Elle promet de revenir en des temps difficiles. Entre 1994 et 1997, cinq autres bisons blancs sont nés.

    ... Le jeune bison blanc naît à des époques de famine, de bouleversement et de maladie. Sa naissance est d'une importance primordiale pour beaucoup de tribus des Plaines parce que la peau est l'offrande la plus précieuse qu'on puisse faire à Wakan Tanka, le Grand Mystère ou le Grand Esprit. Dans les temps anciens, le jeune bison était tué et sa peau était amenée jusqu'à la plus haute colline et offerte au Grand Esprit. C'était un don fait au peuple, mais, en retour, on en faisait offrande au Grand Esprit. La naissance d'un bison blanc signifie habituellement pour notre peuple une amélioration de la situation.

    Rick Two Dog, interviewé par Tim Giago pour Indian Country Today, 28 septembre 1994

    Arvol Looking Horse, gardien de la dix-neuvième génération de la Pipe sacrée du Jeune Bison blanc, a lancé un appel général pour que commence le périple qui permettra de réparer le cercle sacré de la vie et d'amorcer le processus de guérison de la Terre. Chaque printemps depuis 1993, l'année qui a précédé la naissance de Miracle, des membres de nombreuses Premières Nations et de différentes communautés internationales se sont rassemblés pour entreprendre ensemble un voyage spirituel à cheval ou à pied afin de prier pour l'unité et pour la paix dans le monde.

    La naissance du Bison blanc (Miracle) a été le signe que nous nous trouvions à la croisée des chemins - soit nous réinstaurions l'équilibre, soit nous courions à la catastrophe générale. Il est de notre devoir de retourner sur les lieux sacrés et de prier pour la paix mondiale.

    Brochure « The Okanagan Nation Unity Riders », 1996.

    [fichier]

    @@@450@@@350[/fichier]

    Ci dessus --> Jeune bison blanc. By Ferret Boy
     
    Le 21 Esptembre 2005  è l'équinoxe d'automne ,sest présenté a nous un cadeau de la vie :un bisonneau blanc femelle est né,il s'agit là du septième bison blanc au monde ,de la septième naissance à se produire sur notre site ,qui rejoint la septième prophétie: de la guérison de la terre et des humains.Par sa présence ,elle est venue nous rappeler l'importance des enseignements Anichinapè .
     
    Une grande cérémonie animée parT8aminik << homme médecine >> à été organisée sur le site en l'honneur de cet enfant que l'on a nommé Prophétie.Simultanément ,vingt cinq pipis sacrées ont été allumées par des chefs Amérindiens ou des hommes médecines partout en Amérique du Nord afin de nous unir tous pour cet évènement rare et lourd de sens .
     
    Après un passage de quelques jours parmi nous ,elle est repartie en nous laissant un message de l'appel de la terre pour sa guérison ainsi que celle des humains . Elle a été inhumée suite à une cérémonie de départ et les cendres sacrées ont été conservées pour etre partagées avec la terre et dans les feux sacrés à travers le monde .La présence de cet Etre exceptionnel chez nous a su souligner l'importance et l'urgence d'un retour aux vraies valeurs .

    [fichier]

     

     

    @@@450@@@350[/fichier]


    7 commentaires
  •  North American Porcupine (wikipédia)

    Le Porc-épic d'Amérique est le plus grand rongeur au Canada après le castor. Son corps trapu mesure de 0,65 à 1,03 mètre de longueur avec la queue et pèse habituellement entre 4,5 à 13,5 kg.

     Image:Stekelvarken

    Décoration métisse en piquants de porc-épic

    Les Premières nations faisaient de la décoration en piquants de porc-épic depuis des siècles avant l’arrivée des Européens en Amérique du Nord.Les superbes motifs géométriques et plus tard les motifs floraux avaient été remarqués par les premiers explorateurs et représentés par les artistes lors de leurs voyages à travers le pays. Les talents de décoration en piquants de porc-épic n’ont pas disparu immédiatement avec l’intrusion des Européens et la remontée des Métis. Les mères des Premières nations ont enseigné à leurs enfants qui avaient un double héritage les techniques et les méthodes requises pour produire des décorations très détaillées faites avec des piquants de porc-épic.Peu après, les Métis ont commencé à adapter les décorations en piquants pour qu’elles correspondent à leurs propres expressions artistiques. Leur utilisation de couleurs vives et d’expressions fortes reflétaient leur attitude envers qui la vie qui était dynamique. Le bleu le rouge et le jaune étaient parmi leurs couleurs préférées de piquants de porc-épic teints, comme l’ont remarqué les écrivains qui séjournaient dans l’ouest et le nord-ouest canadien de l’époque. Grâce au contact avec les soeurs dans les pensionnats, les filles et les femmes métisses ont adapté leurs talents de décoration en piquants de porc-épic aux nouvelles techniques européennes,comme la broderie avec de la soie et les motifs floraux.Contrairement aux perles de commerce ou aux fils de soie, qui sont prêts à utiliser dès l’achat, les piquants de porc-épic doivent être ramassés et travaillés avant de les manipuler pour la décoration artisanale. Les porcs-épics,quant à eux, sont relativement faciles à attraper car ils se déplacent lentement. Comme ce sont des animaux nocturnes, on les trouve qui somnolent sur des branches d’arbre ou dans des terriers pendant la journée.Une fois tués, on enlève les piquants avant que la peau du porc-épic sèche pour les empêcher de casser. Les piquants sont alors triés selon la taille de 2,5 cm à 12,5 cm et ils sont teints en les plaçant dans un liquide coloré pendant deux à trois heures. On prépare les teintures en utilisant de la matière végétale comme de la mousse, des racines et des écorces mélangées avec de l’eau et l’acide de certaines baies, de l’urine ou de la cendre de bois.La combinaison de matière végétale avec une solution légèrement acide rend la teinture insoluble. Une fois teints, les piquants gardent leur couleur très longtemps avant qu’elle pâlisse. Les longs piquants de porc-épic sont mis de côté et utilisés pour faire les fonds et les plus courts pour le travail plus précis.Pour fixer les piquants sur un morceau de cuir ou de toile, une femme avait besoin d’une alêne, qui perçait des petits trous dans le tissu. L’alêne pouvait être faite avec un os travaillé ou un éclisse d’os. Le motif désiré était ensuite tracé sur l’article avant de percer les trous, et on faisait tremper les piquants pour les assouplir et permettre à l’artisane de les aplatir avec ses dents ou ses ongles.Pour coudre les piquants sur le cuir ou la toile dans les trous percés avec l’alêne, on se servait de babiche, un matériau fibreux et solide qui vient de l’épine dorsale du bison, ou bien on utilisait du fil de coton. Une fois que les piquants étaient cousus sur le motif sur la surface du vêtement, on utilisait un outil pour les aplatir uniformément.Même si les piquants de porc-épic étaient durs et longs, les artisanes métisses pouvaient les manipuler pour faire des motifs floraux très délicats.En fait, comme elles étaient capables de créer des articles si richement décorés et détaillés, les Métisses pouvaient échanger de grandes quantités de leurs oeuvres avec les Premières nations des plaines du nord et du centre.On trouvait de la décoration en piquants de porc-épic sur les chemises, les mitasses, les vestes, les mocassins, les gilets, les chapeaux et aussi sur des articles non vestimentaires. L’influence métisse dans la décoration en piquants de porc-épic a été très forte, surtout chez les Cris des environs.Avant 1800, les Cris faisaient de la décoration en piquants de porc-épic avec des motifs géométriques. Toutefois, vers les années 1820, ils ont adopté de nombreux motifs floraux utilisés par les Métis.Les techniques utilisées pour faire de la décoration en piquants de porc-épic comprenaient l’enroulage, la couture, le tressage et le tissage,chacune ayant ses propres variations. L’enroulage consistait à enrouler un piquant autour d’un objet long, qu’on pouvait plier sans casser, comme un cheveu ou une lanière de cuir. Le «réseau» était une forme d’enroulage commun chez les Métis. En se servant de plusieurs fines lanières de cuir horizontales, l’artisane enroulait deux lanières à la fois avec un piquant de porc-épic, alternant entre les lanières de temps en temps. Cette technique produisait un motif qui ressemblait à un filet. L’enroulage était aussi utilisé pour faire des rosettes ou des disques en piquants de porc-épic, que les Indiens des Premières nations portaient au départ ou pour décorer les étuis de fusils, les selles et les tipis.La couture était aussi populaire. L’artisane pliait un piquant de porc-épic aplati par-dessus et par-dessous les points en cousant le piquant sur le cuir. La variété de technique de couture et la souplesse de la babiche ou du fil de coton permettaient à l’artisane de créer un grand assortiment de motifs qui n’étaient pas possibles avec d’autres techniques de fixation. Le point sur place, quand on enroulait un piquant autour du fil et qu’on le cousait sur un endroit, était populaire chez les Métis parce que ça servait à produire un travail de lignes délicates comme des motifs floraux. Pour le tressage, les piquants de porc-épic étaient passés par devant et par derrière entre deux lanières de babiche qui étaient ensuite enroulées autour d’un objet. Chez les Métis, cette forme de décoration en piquants de porc-épic était utilisée pour décorer des articles fonctionnels comme des fouets et des manches plutôt que des vêtements.Le tissage était aussi utilisé pour faire de la décoration en piquants deporc-épic. Les piquants de porc-épic étaient entrelacés avec des fils horizontaux sur un métier en archet. Les piquants de étaient disposés entre des chaînes ou des fils verticaux, qui allaient d’un bout à l’autre de l’archet et qui étaient serrés par la tension de l’archet. Ils étaient fait avec de la babiche ou de la fibre végétale. Les trames ou fils horizontaux alternaient par-dessous et par-dessus les piquants de porc-épic pour les tenir en place le long des chaînes. Une longueur désirée de tissage était terminée et elle servait de doublure ou d’appliqué sur une autre surface. En utilisant des piquants de porc-épic teints de diverses couleurs, la tisserande pouvait produire des motifs géométriques assortis sur le métier, un prolongement de la préférence des motifs des Cris. Au fil du temps, cependant, avec les perles du commerce qui devenaient plus communes, les femmes se rendirent compte qu’elles pouvaient également produire des motifs compliqués en cousant des perles sur les vêtements ou en utilisant de la broderie avec de la soie. La décoration en piquants de porc-épic exigeait que les gens tuent ou effraient les porcs-épics, ramassent les piquants, les préparent et les teignent avant de les utiliser pour la décoration. Si les porcs-épics n’étaient pas disponibles, ils devaient en échanger avec d’autres groupes pour obtenir ces piquants. Les perles, le fil de coton et le fil de soie sont devenus de plus en plus communs au début et au milieu du dix-neuvième siècle dans tout le centre du Canada, et les femmes se rendirent vite compte des avantages du travail avec ces fournitures.Si la décoration en piquants de porc-épic a connu un déclin de popularité chez les artisanes métisses au milieu et à la fin du dix-neuvième siècle, de nombreux motifs produits utilisaient des perles et de la broderie avec de la soie assorties de broderie avec des piquants de porc-épic. Les motifs floraux avec de la soie brodée et perlés étaient, à un certain degré,des copies de motifs avec des piquants de porc-épic. Les fournitures européennes étaient beaucoup plus faciles à travailler que les piquants de porc-épic autochtones et permettaient aux femmes d’élaborer encore plus leurs motifs déjà compliqués.

      «Métis Beadwork, Quillwork and Embroidery».

     

    Young, Patrick.

     

    Les Indiens des plaines abandonnent progressivement la broderie de piquants de porc-épic à des périodes différentes selon les communautés.

     

    Genre ojibwa du Nord, vers 1750; Collection Speyer MCC III-D-568 a,b
    couteau : fer, bois, piquants de porc-épic, lanières de peau, perles de verre, fil de laine; 29,5 cm de long
    gaine : bois, peau tannée, piquants de porc-épic, étoffe de laine, perles de verre; 24 cm de long
      

     

    Ce canoë, tout comme cette boîte, était fait d'écorce décorée de piquants de porc-épic. musée du Quai Branly / Patrick Gries, Valérie Torre et Bruno Descoings

     

    " voir le commentaire aussi svp "

     

     


    1 commentaire
  •  

    Il est appelé caribou en Amérique du Nord. Les plus grandes hardes de caribous sauvages se trouvent en Alaska et dans le nord du Québec et du Labrador .C'est un animal robuste, pouvant peser jusqu’à 200 kg. Son pelage peut être brun ou gris

    il existe quatre sous-espèces de caribou en Amérique du Nord: le caribou de Peary (Rangifer tarandus pearyi), le caribou de Grant (Rangifer tarandus granti), le caribou de la toundra (Rangifer tarandus groenlandicus) et le caribou des bois à comportement migratoire (Rangifer tarandus caribou).

    Environ un million de caribous des bois vivent dans deux grandes hardes dans le Nord du Québec et au Labrador et traversent environ 2 000 kilomètres chaque année pour se nourrir. Un peu plus d'une centaine de bêtes survivent sur les hauts plateaux du Parc National de la Gaspésie, constituant la population la plus méridionale de l'espèce. Leurs passages détériorent la disponibilité alimentaire rapidement et ils doivent se déplacer constamment. Le caribou des bois sédentaire vit dans la forêt boréale, de l'Alaska jusqu’à Terre-Neuve.

    Au cœur de l'été, près de 400 000 caribous broutent dans les plaines côtières gorgées d'eau qui bordent la mer de Beaufort, tout au nord de l'Amérique. Les femelles s'y rendent sans les mâles. Elles font ainsi leurs petits loin de la plupart des loups qui craignent les sols détrempés. Leur cycle est synchronisé par celui de la toundra.

     

     

    Photo du site -->Qbec hebdo qui propose un nouveau programme de recherche sur le Caribou ,sa population,et les effets du changement climatique sur cette espèce animale...a voir.

    Vers les années 1880, le caribou pouvait être observé partout au Nunavik. Les Inuits de la région le chassaient avec succès pour se nourrir. Entre 1890 et 1910 toutefois, on assista au déclin du caribou. Personne ne sait ce qui a causé la baisse des troupeaux, mais le caribou est demeuré extrêmement rare pendant de nombreuses années 

    A lire sur le site --> nuvavik-tourism 

    Ci dessous

    Costume d'été féminin, vers 1880; Athapascans kutchins, région du fleuve Yukon, Alaska/Territoire du Yukon; peau de caribou tannée, piquants de porc-épic teints, graines, perles de bois, tendon; 104,5 cm de long

    Costume d'été pour enfant, vers 1870; Athapascans koyukons, Tanana/région du fleuve Yukon, Alaska; peau de caribou tannée, étoffe de laine, fil de coton, tendon, pigment d'ocre rouge, perles de verre et de métal; 87,7 cm de long

    mue Canadien des civilisations.

    Un panneau très typique

      Cette photo  de Stéphanie Mausset est copyright le site   -->  http://www.photos-voyages.com/

    Un site pour la protection du caribou forestier --> SNAPQC 

    Voila un document interressant montrant a quoi servaient chaque parties du corps d'un Caribou chassé par les Autochtones,tout est utilisé  . La chasse était ainsi , " tuer " un animal, pas par plaisir ,mais par nessécité de nourir et  de procurer toutes les matières premières dont ils avaient besoin pour la confection de leur moyen de survie .

    Cette documentation vient du site --> Fur Trade Stories


    2 commentaires
  •  
     

    il fut un temps ou les Sioux n'avaient pas de chevaux. Leurs travois étaient tirés par de gros chiens , forts et intelligents. Notre peuple vivait alors en paix avec les animaux et des bisons venaient parfois brouter l'herbe autour des tipis.Ils arrivaient de nuit et repartaient quand la fumée s'élevait au petit matin.C'était un signe du Grand Mystère pour nous montrer qu'il pourvoyait à nos besoins, et parfois un bison composait notre repas du jour.Luther Standing Bear ->1868-1939 ).Lors d'une expédition de De Soto(1539-1543)qui conduisit les Espagnols de la Floride au Texas,les Indiens furent éblouis et terroriés par le cheval, animal jusqu'a lors inconnu d'eux . C'est au cours d'une de ces expéditions que des chevaux s'échappèrent.Les indiens incendiaient parfois la prairie pour affoler et disperser les chevaux des colons dans le but  de les voler. Au début de son apparition,les indiens le considérent comme un chien -> nouveau et plus grand ainsi qu'en témoignent les noms qu'ils lui donnèrent:

    Les Assiniboines l'appelerent...Sho-a-thinga et Ton-Gatch-Shonga qui signifiaient -> Chien merveilleux.

    Les Sarcees  ->Chistli ->Sept Chiens

    Les Gros Ventres -> It-Shouma- Shunga -> Chien Rouge

    Les Blackfeets -> Ponokamita ->Chien Wapiti

    Les Crees -> Mistatim -> Gros Chien

    Les Sioux -> Sunke Wakan -> Chien Mystère

    Le cheval leur permit des déplacements plus rapides, facilita la chasse au bison et les échanges entre les tribus. Les Cheyennes transformèrent leur traditionnel wigwam pour en faire le fameux tipi, qu'il suffisait de démonter et de faire tirer par un cheval sur un travois pour déménager. Avec l'arrivée du cheval, de nombreux peuples abandonnèrent l'agriculture pour se livrer à la chasse au bison. Le cheval fut ce qui arriva de mieux aux Indiens des Plaines de cette époque.

    cliquez sur ce lien ->l'Appalloosaa

    Documentations textes prisent dans le livre Chevaux en terre indienne de Françoise Perriot .

    Peinture de HOWARD TERPNING 

    Très belle représentation des chevaux sur ce magnifique médaillon réalisé en piquants de pors épic (photo prise sur Pow Wow.com )

    Nez Perces Horses


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Photo de Monument Valley réalisée par Luca Galuzzi

     Cette image a été choisie comme image du jour le 11 janvier 2008(2008-01-11).

    Toujours ce cliché aussi mystique, ces décors ont servi dans de nombreux films et une vidéo qui va vous en mettre plein la vue . 

    Monument Valley (1.700 mètres) est situé dans le sud de l'Utah et au nord de l'Arizona. Le site fait partie d'une réserve des indiens Navajo et du plateau du Colorado. La ville la plus proche est Goulding. Les Navajos nomment l'endroit Tsé Bii' Ndzisgaii, la vallée des rocs. Les couleurs vives de la roche (du grès massif[1]) viennent de l'oxyde de fer et de manganèse .

    Un site sur les parcs --> Parc.net

    Un autre --> A la découverte de Monument Valley

    Voici l'entrée du parc qui appartient aux Navajos .

    Les Navajos avec leurs superbes bijoux en turquoise.

    Photo de Marilyn Angel Wynn

    Love your website. Yes, I give you permission to use this image. Thank  .Angel
    you for your offer.

    <h2-header></h2-header> <h2-header></h2-header> <h2-header></h2-header> <h2-header></h2-header>

    Merci pour l'autorisation


    1 commentaire
  •  

    L'ours est aussi un des animaux totems chez les amérindiens , il symbolise la protection ,sa force est l'introspection .L'ours nous fait comprendre que chaque etre détient la capacité de faire le calme, d'entrer dans le silence et de savoir.Sa fourrure était utilisée pour s'habiller ,sa graisse servait de combustible pour l'éclairage.Ii etait chassé surtout lors de son hibernation.Un collier de griffes d'ours doit donner force et courage aux guerriers.Une lithographie de Georges Catlin 1835-1837 représente la dance de l'ours dans laquelle les Sioux portent des masques a tete d'ours et effectuent une danse qui imite les mouvements de l'animal ,ce rituel permet aux danseurs d'accéder aux pouvoirs des grands esprits et de porter chance a la tribu ( image ci dessous ).L'ours noir environ 800000 individus dans les forets d'Amérique du nord il a été appelé ainsi par les premiers colons en raison de la couleur de son pelage de 55kg a 300kg plus petit que l'ours brun.... le male de 82 a 700kg et la femelle de 60 a 350kg pour une hauteur de 1.5 a 3m vitesse d'environ 50kmh il est aussi tres bon nageur .il passe pour le plus dangereux de l'Amérique du nord. Les Algonquins du Canada l'appelle "GRAND PERE"

    bear dance catlin
     
    Lithographie de George Catlin

     

    Canada, Grizzly Mom and Cubs photo du site First People

    TOTEM ...L'ours nous entraîne à écouter notre voix intérieure et à adopter un rythme plus naturel.

    Il vous enseigne que toute chose va à son rythme et suis le cours des choses. Vous devez vous aligner sur ce mouvement, vous n'éprouverez plus de frustrations et remporterez plus de succès.

    Au début de l'hiver, l'ours se retire dans sa tanière et parvient à vivre de ses réserves en sombrant dans le sommeil. Vous devez vous aussi vous concentrer sur ce changement de rythme et ralentir vos activités extérieures. Vous devez mûrir vos projets, et, au printemps venu les exposer en plein jour.

    Pour plus de renseignements sur votre animal Totem allez sur --> Moonbeam

     L'ours, un ancien esprit animal vénéré dans de nombreuses traditions 

    L'ours comme animal de l'esprit ou totem est l'un des plus anciens animaux adorés. Vestiges d'ours ont été trouvés dans de nombreux sites archéologiques en Europe en particulier, où les os d'ours et des crânes ont été trouvés avec des ossements humains datant de la Grèce antique et Neanderthals.In Rom, l'ours était un animal totem associé à la déesse Artémis et Diana , déesses de la fertilité. En revanche, pour les Celtes,l'ours serait représentent le soleil. Il est intéressant, en Sibérie, le nom utilisé pour désigner les femmes chaman est le même que le mot «ours».En Amérique du Nord, dans la tradition inuite, l'animal de l'esprit de l'ours est également reliée à la tradition et les femmes chamanique.

    Pour les Inuits, l'ours est un pouvoir ou totem animal fort. Dans certaines croyances, il est dit que si un chasseur inuit accepte d'être mangé par un ours, il peut se réincarner comme un chaman et mener l'esprit de cet animal. L'ours polaire est considéré comme le "Sage enseignants" car il montre comment survivre dans des conditions difficiles. 

    L'ours, un animal de l'esprit symbolique de la force et le courage 
    L'esprit de l'ours est une source importante de soutien dans les moments de difficulté. Il fournit courage et une base stable pour relever les défis.Lorsque l'ours se présente comme un guide spirituel dans votre vie, ce est peut-être temps de se présenter à vos croyances ou votre vérité. Cet animal de pouvoir se fournir du soutien et de force. 
    L'ours est également un guide pour prendre le leadership dans votre vie ou dans la vie d'autres personnes. 
    Depuis l'ours est souvent associée à des chamans dans de nombreuses traditions, cet esprit animal peut symboliser capacités de guérison et entrer dans le rôle du guérisseur. Si l'ours se présente dans votre vie, il peut également être temps de prendre soin de vos propres besoins pour la guérison, que ce soit au niveau physique, émotionnel ou spirituel.

     

    bear

     


    1 commentaire
  •  
     
     
     
     

    Photo tirée de la série Into the West

    Photo prise a Bain de Bretagne 2009

    Très respecté par les amérindiens l'aigle est un grand oiseau de proie de 180cm a 225cm il est l'oiseau le plus grand du ciel et celui qui vole le plus haut et le plus loin donc plus pres du pere créateur.Les plumes d'aigles avaient une grande valeur symbolique pour les indiens des plaines.Lorsque l'on reçoit une plume d'aigle, c'est un cadeau et la plus grande distinction honorifique.Chaque plume portée par un guerrier symbolise un acte de bravoure ,c'est aussi un symbole de sagesse ,elles representent le courage et detiennent la puissance des esprits, ainsi que l'autorité et le pouvoir.Le commerce des plumes d'aigles est interdit en Amérique du nord .Seuls les amérindiens ont le droit d'en posseder.L'aigle est le méssagé qui permet la communication entre ce monde et celui des esprits ou du grand esprit et il favorise l'epanouissement de tout etre.

     

    Plume d'aigle sur Pow Wow.com

     La plume d'aigle est un accessoire rituel indissociable et indispensable, elle est aussi utilisée lors de cérémonies religieuses.
    Bien entendu, l'aigle ne peut être chassé. Les rares plumes d'aigle qui sont encore utilisées de nos jours proviennent d' oiseaux morts retrouvés le long des routes ou sous les pylônes électriques

    Magnifique photo de ce nid avec un petit aiglon

    La danse de l'Aigle interprété par l'American Indian Dance Théatre


    3 commentaires
  •  
    association Clan des loups d'Amérique du Nord.et une  vidéo -->  loup
     
    Depuis des siecles , la peur du loup est toujours présente et pourtant maintenant , il risque de disparaitre.Totem chez les amérindiens, il est associé aux montagnes et aux endroits élevés, c'est aussi un enseignant et un initiateur, un guide du sacré.Chez les Algonquins et les Sioux il regne sur le pays des morts.Les améridiens pensaient que le loup était un frere, un totem ou un ancetre de la famille.Actuellement des associations luttent pour sa survie pendant que d'autres lui font la peau.Le loup n'attaque pas l'homme,il est puissant et musclé,en chasse il atteint une vitesse d'environ 70kmh , il vit a peut pret 15 ans et en parc ,une vingtaine d'année. Voici le lien d'une association de Défense du loup
     


    5 commentaires
  •  
     
     
    Et oui "même pas froid "faut dire qu'avec sa fourrure il ne risque pas grand chose.....
     
    L poids d'un bison male adulte est environ de 700kg a 1000kg, sa vitesse de pointe 60km/h.Les jeunes ont une fourrure rousse. Avant l'arrivée des blancs on comptait 60millions de bisons.Les indiens connaissant parfaitement la topographie des terrains ainsi que le comportement de l'animal ,les poussaient vers des précipices ,un campement était installé a proximitée puis le dépecage pouvait commencer.Ils le chassaient pour sa viande et sa graisse,sa peau une fois tannée servait a diverses fabrications:moccasins,couvertures, tepees:avec les cornes ils faisaient des bols, des cuilleres:les os pouvaient servir d'arme: les boyaux,les tendons servaient aussi pour la confection des arcs ,couture etc....Tout etait récuperé .L'arrivée des blancs a mis fin a cette proffusion de nourriture.A la fin de la guerre de secéssion il a fallut occuper bon nombre de soldats et ce fut le massacre des bisons.Mais ce n'etait pas que pour les occuper , le dessin est clair, le but etait d'affamer les indiens des plaines afin qu'ils se rendent et regagnent lesserves qu'ils leurs etaient attribuées.Le bison a presque éexterminé.En 1994 est un bison blanc dans une ferme du Wisconsin, evenement rarissime -un heureux psage pour les indiens des Etats Unis-Nous retrouvons le bison sur la piece de 5cents.Photo "saut de bisons"peinture 1867 archive nationale du Canada -Ottawa.
     
     
    un gif ancien d'un bison......Bison de l'année 1887 photographié par Eadweard Muybridge
     
     
     
    La bêtise humaine n'a pas de limite
     
     
     
    Une méthode de chasse des Amérindiens ,diriger les bisons vers un précipice
     
     

     

    chasse bison
     
    poursuivre les bisons pour les pousser vers des précipices
     

     

    Santa Clara Pueblo Buffalo Dance 


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique