• Peaux- rouges contre Longs-couteaux un jeu de John Waddington édité par la société Capiepa en 1965.

    Le jeu retrace la bataille de Little Big Horn (25 Juin 1876)


    votre commentaire
  • "Les Indiens Sioux "

    en ce moment avec Playmobil

    Publié chez Altaya ce petit livre  Aventure de l'histoire " Les Indiens Sioux " ainsi que des fiches jeux et une figurine .

    Aventure de l'Histoire

     


    votre commentaire
  • signes4
     
    1472918_579855238820811_4309369071857868920_n
     
     
     
     
     
    signes2
     
    voici quelques planchettes des signes qu'utilisaient les Amérindiens des Plaines de différentes Nations pour communiquer entre eux
    signes 3
     

    2 commentaires
  • Les débuts de la traite des fourrures au 16ème siècle 

    Lors du xvie siècle, les Français débarquent en Amérique. Une fois sur les côtes, ils y trouvent plusieurs tribus autochtones algonquiennes. Ceux-ci vivent de chasse, de pêche ainsi que de la trappe. Les Français commencent à établir un réseau d'échanges avec les autochtones vivants sur ces lieux. L'activité qui solidifie la fondation et la suivie de la Nouvelle-France et assurément la traite des fourrures. Ce système était basé sur le troc impliquant les peuples autochtones et les colonisateurs plutôt que sur une économie monétaire. Les Français obtiennaient des peaux et des fourrures contre des objets d'utilisées courante tel que des miroirs, des outils, de l'alcool, etc. En effet, les fourrures, qui sont faciles à obtenir pour les Algonquins, ne sont pas aussi aisées à obtenir pour les Français. Les Algonquins pensaient berner les Français en leur remettant de vieilles fourrures qu'ils disaient de qualités communes à leurs yeux

    ( sur wikipédia )

    Au Canada les Peaux-Rouges vendent des fourrures aux français

     
     
    Les tribus autochtones convoitent des étoffes et des bijoux, des chaudières, des couteaux et des haches. D'ailleurs, les haches représentent tout un progrès sur leurs instruments de pierre. Très vite, les outils de pierre sont remplacés par le fer.

     

    Le commerce des fourrures s'exerce par le moyen du troc. Les Autochtones échangent les fourrures contre des biens et produits européens. Au début, ils ne sont pas très exigeants. Tout est nouveau et tout les fascine : on a souvent évoqué l'image de quantités impressionnantes de peaux échangées contre des bouts de miroir et quelques couvertures. Mais les Autochtones ne tardent pas à reconnaître ce qui leur est le plus utile et deviennent plus exigeants. À part les couvertures et les miroirs, il faut aussi leur fournir des chaudières, des aiguilles, des ciseaux, des outils, ustensiles et autres objets en métal, des vêtements, du tissu, des chandelles, etc. Dans le jeu complexe des alliances qui se font et se défont entre les Européens et les tribus autochtones, les Français en viennent à échanger également des armes contre les fourrures, dans le but d'amener certaines tribus à les assister dans les différents conflits armés qui les opposent aux Anglais et à leurs propres alliés autochtones. Très souvent, l'eau-de-vie (alcool) s'ajoute également à la longue liste de produits que les Autochtones demandent en échange des fourrures. La question de l'eau-de-vie et de son usage par les Autochtones a suscité beaucoup de débats au cours du Régime français, et même après. Officiellement, le trafic de l'eau-de-vie est généralement interdit mais en réalité, il est fort répandu. Aux dires de nombreux observateurs, il cause beaucoup de tort car les Autochtones se soûlent et commettent des actes de violence. Les coureurs de bois sont souvent accusés des mêmes méfaits.

     

    troc
     
    image trouvée sur facebook
     
    renseignements complémentaires --> HEC 

    votre commentaire
  • s'amuser pour apprendre
     
    voilà une page internet très intéressante pour ceux qui étudient les Amérindiens du Canada , qui voudraient faire un exposé ou autre pour leur classe.
    il y a plein de liens sur divers sujets ,mais aussi des activités interactives
     
    cliquez --> s'amuser@pour apprendre 

    votre commentaire
  • Maq et l'esprit de la forêt par Phyllis Grant, Office national du film du Canada

    Maq et l’Esprit de la forêt est un court métrage d’animation racontant l’histoire d’un jeune Micmac qui se fait apprendre les secrets de la vie par de discrets mentors. En traversant la forêt pour aller chez son grand-père et lui montrer un morceau de pierre qu’un Ancien lui a montré à sculpter, il croise un curieux voyageur nommé Mi’gmwesu. Celui-ci lui fait découvrir sa culture à travers les chansons, les contes et les plantes médicinales…


    votre commentaire
  • nom indien
     
    bien sur c'est en Anglais mais pas compliqué à traduire .Tu commences par le jour puis le mois.
     
    exemple : le 6.10 --> le 6 = Broken  10 = MAN
     
    Broken Man ou en Français = Homme brisé ....

    2 commentaires
  • Brian day Cinnamon Bear
     
    une sympathique peinture réalisée  par  Brian Day  " Cinnamon Bear "

    votre commentaire
  •  

    Logo-Yakari_seul

     

     

    Le Musée du quai Branly propose du mardi 8 avril au dimanche 20 juillet 2014 une exposition intitulée « Indiens des Plaines ». Yakari accompagnera les enfants pour la partie jeunesse, avec de chouettes animations à vivre en famille. Comme toujours, pour prolonger votre visite, le salon de lecture mettra à votre disposition de nombreux livres d’histoire de l’art, d’ethnologie et de géopolitique, CD et DVD sur le sujet.

     

     

    Yakari-brin-de-paille  

    En parallèle à cette exposition, un atelier « Danse avec les Sioux » sera proposé aux visiteurs individuels et aux groupes scolaires pendant toute la durée de l’exposition.

     

    Le samedi 19 avril 2014, un événement intitulé « un après-midi en famille » proposera une rencontre avec les auteurs ainsi qu’un atelier spécifique thématisé Yakari et lancera une semaine événementielle autour des Indiens des Plaines.
    La rencontre sera suivie d’une dédicace.

     

    « Ils se nomment Cheyenne, Sioux, Blackfoot, Comanche ou Pawnee.  Yakari-Arc-en-ciel-debout
    Des noms de tribus ancrés dans notre imaginaire, véhiculés par les récits d’aventuriers et les westerns. »


    Au-delà des stéréotypes, l’exposition offre un voyage sans précédent au coeur de ces tribus dont les histoires ont passionné des générations.
    Coiffes et parures de plumes, peaux de bison peintes, peintures et dessins, vêtements de haute valeur symbolique richement ornés d’épines de porc-épic et de perles de verre, objets cérémoniels et sculpturaux faits de pierre, de bois, d’andouillers et de coquillages illustrent toutes les traditions esthétiques des Indiens des Plaines du 16e au 20e siècle.

     

     

     

    cet article vient de " Le Lombard "

     

    Clique ici --> Quel est ton animal TOTEM  ?


    votre commentaire
  • lol

    le Père Noël est en facheuse posture non ?


    votre commentaire
  • indian-warrior
     
    voilà un petit site vraiment sympa pour les enfants qui aiment dessiner .
     
    Vous cliquez sur le dessin que vous voulez , la page s'ouvre en plus grand  et vous n'avez plus qu'à dessiner directement en ligne avec la palette de couleurs proposées.
     
    le site ici -->  oncoloring 

    votre commentaire
  • fabrication mocassins
     
    voilà des mocassins tout simples de fabrication

    4 commentaires
  •  

    légende
     
    Legend of the Maid of the Mist 

    La légende la plus célèbre des chutes du Niagara est celle du Maid of the Mist, le Thunder Dieu Hinum et l'origine des chutes du Niagara. Cette légende originaire de la Nation Neutre indienne qui occupait le district de Niagara, lorsque les premiers prêtres français sont venus dans leurs villages pour prêcher le christianisme. 
    L'histoire raconte que les tribus indiennes étaient en train de mourir d'une cause inconnue. Chaque année, les Indiens ont envoyé des canots remplis de fruits sur les chutes afin d'apaiser la Hinum Dieu et de ses deux fils qui croyaient que les Indiens vivaient derrière les chutes. Lorsque la chance Indiens ne s'améliore pas, ils ont estimé que leur Dieu n'était pas satisfait. Par conséquent, ils ont commencé sacrifier leur plus belle fille indienne chaque année, mais là encore leur chance ne s'est pas améliorée. 
    Une année, Lelawalo, la fille du chef de la tribu a été sacrifié à l'esprit des chutes. Elle a été placée dans un canot rempli de nourriture et envoyé sur son chemin au cours de la puissante cataracte. La légende raconte que cette jeune Indienne a été pris dans les bras de ses fils de Dieu. Rappelant qu'elle avait été envoyée à la mort, la jeune Indienne a accepté de prendre l'un des fils que son mari avec une condition. 
    Un des fils a cédé et lui a dit qu'il y avait un serpent venimeux qui vivait au fond de la rivière serait faim une fois par an et ramper jusqu'à la où les Indiens étaient et empoisonner leur eau. Les Indiens buvaient l'eau empoisonnée et mourir. Après l'enterrement, le serpent reviendrait à consommer leurs corps. 
    La jeune Indienne a convaincu le plus jeune fils du Dieu de lui permettre de revenir à la tribu une fois de plus pour leur dire ce que le serpent a été fait et la façon de les tuer avec des lances. Une nuit, quand le serpent revint, le brave Indien attendaient et a transpercé le serpent. Le serpent rampant vers le bord de la chute et meurt avec son corps en forme de fer à cheval. 
    La légende veut que la forme de la chute en fer à cheval est devenu à partir du corps du serpent. On dit qu'il demeure à ce jour, montrant que les dieux sont toujours là pour protéger les Indiens contre les mauvais esprits.
     
    publié sur mon blog avec autorisation

    votre commentaire
  •  

    harmonie

    Une histoire amérindienne: Ailes d’Amour – (selon la tradition Sioux)

    Un jour, Taureau Courageux, le jeune guerrier le plus vaillant et le plus honorable de la tribu, et Nuage Bleu, la fille du chef et une des plus belles femmes de la tribu, s’en allèrent main dans la main vers le tipi du vieil homme médecine.

    “Nous nous aimons…” commença le jeune homme “Et nous sommes sur le point de nous marie
    r” ajouta Nuage Bleu. “Nous nous aimons tant que nous sommes effrayés. Nous aimerions une formule magique, une incantation, ou un talisman… quelque chose qui nous protégera, qui nous garantira d’être toujours ensemble… qui nous assurera d’être ensemble jusqu’à la mort. S’il vous plaît, “répétèrent-ils, “Y a-t-il quelque chose que nous pourrions faire?”

    Le vieil homme les regarda et fut touché de les voir si jeunes, si amoureux, attendant son conseil en retenant leur souffle.

    “Il y a quelque chose…” dit le vieil homme, “Mais je ne sais pas si… Voyez-vous, c’est une tâche très difficile et qui demande un grand sacrifice.”

    “Nuage Bleu,” continua l’homme médecine, “vois-tu la montagne au nord de notre village? Tu devras l’escalader seule et sans autres armes qu’un filet et tes mains. Tu devras chasser le plus beau et le plus vigoureux des faucons de la montagne. Si tu l’attrapes, tu devras le rapporter ici vivant le troisième jour après la pleine lune. Compris?”

    “Et toi Taureau Courageux,” poursuivit l’homme médecine, “tu devras escalader la Montagne du Tonnerre. Quand tu seras au sommet, tu devras capturer le plus courageux des aigles à l’aide de tes seules mains et d’un filet, sans le blesser. Tu me l’apporteras vivant le même jour que Nuage Bleu reviendra. Maintenant allez!”

    Les jeunes gens s’embrassèrent tendrement et se séparèrent, elle vers le nord, lui vers le sud, pour accomplir la mission qui leur était confiée.

    Le jour voulu, les deux jeunes se retrouvèrent en face du tipi de l’homme médecine, tenant les sacs qui contenaient les oiseaux recommandés. Le vieil homme leur demanda de sortir les oiseaux de leur sac. C’étaient vraiment de magnifiques spécimens…

    “Et maintenant que faisons-nous?” demanda le jeune homme. “Les tuons-nous pour boire leur honorable sang?”


    “Non” dit le vieil homme.

    “Les cuisons-nous pour manger leur précieuse viande?” demanda la jeune femme.

    “Non” répéta le vieil homme. “Faites comme je dis: sortez les oiseaux et attachez-les l’un à l’autre par les pattes avec ces lanières de cuir. Une fois que vous les aurez attachés, libérez-les pour qu’ils puissent voler.”

    Le guerrier et la jeune femme s’exécutèrent et relâchèrent les oiseaux. L’aigle et le faucon essayèrent de s’envoler mais retombèrent rapidement sur le sol.

    Après plusieurs tentatives, irrités par leur incapacité de voler, les oiseaux commencèrent à s’attaquer en se donnant des coups de bec, se blessant l’un l’autre de manière insensée…


    “Ceci est l’incantation que vous avez demandée,” dit l’homme médecine. “N’oubliez jamais ce que vous avez vu. Vous êtes comme l’aigle et le faucon. Si vous vous attachez l’un l’autre, même si c’est par amour, non seulement vous vivrez une vie servile, mais tôt ou tard vous commencerez à vous faire du mal. Si vous voulez que l’amour dure entre vous, volez ensemble… mais ne soyez jamais attachés.”


    votre commentaire
  • griffes
     
    il y avait un village près d’une forêt, où il y avait un "ours géant". Dans le village, il y avait 7 petites sœurs, leur mère leur avait défendu d’aller dans la forêt. Mais les 7 petites sœurs désobéirent. Un jour, elles allèrent dans la for...êt. L’ours géant qui avait faim les attaqua ! Alors elles coururent, coururent jusqu’à un rocher... Elles demandèrent au rocher de les sauver.
    Le rocher leur dit :
    "D’accord, mais vous me donnerez ce que je veux."
    Les sept petites sœurs répondirent :
    "D’accord."
    Alors le rocher grandit, grandit... L’ours furieux griffa le rocher.
    Le rocher arrivé tout en haut du ciel, dit aux petites filles :
    "Pour me remercier, vous resterez toute votre vie dans le ciel" (car le rocher de l’endroit où il était ne voyait aucune étoile).
    Depuis, les Indiens appellent ces étoiles "les sept petites sœurs".

     
     

    votre commentaire
  •  
     
    Le lien de 2 sites pour les enfants avec divers jeux -->  Activités pour les enfants 
     
    ach_lr_ks_images_ban-memory_1302705492216_eng
    et celui là --> Kids' Stop  sur le site Aboriginal Affairs and Northern Development Canada  ou il y a aussi des informations sur les Premières Nations sur la page d'accueil du site.

    votre commentaire
  •  


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • voici un gif trouvé sur le net

    votre commentaire