• Les Comanches

     

     Un camp  Comanche en  1834 de George Catlin 

    Les Comanches

    Pendant plus de 150 ans ,les Comanches ont terrorisé , pillé les colonies blanches et repoussé les tentatives d’empiétement sur leurs territoires de chasse du Texas . Lorsque l'on tombait sur le moindre indice trahissant leur présence , il était recommandé de faire demi tour. Tous les historiens et les récits des premiers voyageurs s'accordent à dire qu'ils ont été redoutés des tribus voisines et des blancs , Espagnols puis Américains C'est en juin 1875 , a fort Sill dans l'Oklahoma, que ces Indiens réputés être les meilleurs cavaliers du monde se rendront aux autorités militaire......

    Ernest Wallace ...E .Adamson Hoebel

    Les Comanches ....Princes des plaines du Sud

    Paru chez Nuage Rouge  éditions du Rocher

    Femme Comanche et son enfant (du site First People )

     

      Les Comanches sont un groupe ethnique, dont la portée (la Comancheria) était composé de l'actuel territoire du Nouveau-Mexique Eastern, Southern Colorado, Kansas  australe, tous de l'Oklahoma , et la plupart d'entre Nord et Sud au  Texas . Il y eut certainement plus que 20000 Comanches. . Aujourd'hui, la Nation Comanche  se compose d'environ 10000 membres, dont la moitié environ vivent dans l'Oklahoma (centré à Lawton ) , et les autres sont concentrés dans le Texas  la Californie et le Nouveau Mexique .Les Comanches parlent une langue Uto-aztèques  parfois classé comme un dialecte Shoshones  

      ( vu sur Wikipédia )

    Le site officiel  de la nation  Comanche

    site des vétérans  native américans.com Comanche

    un autre  Mémorial

     

    bust of Chief Quanah Parker in Palo Duro Canyon State Park Texas

     

    2 photos de Quanah Parker
    1845 - 1911
    Chef Comanche

    Quanah Parker fut l'un des plus éminents chef des Comanches Quahadie ou Kwahadi. Dans les années 1860 et 1870, l'extermination systématique des bisons, qui constituaient la principale ressource des Comanches et jouaient un rôle capital dans leur vie quotidienne comme dans celle de toutes les tribus des grandes plaines, provoqua la colère des indiens qui n'eurent aucune pitié pour les chasseurs qui tombaient entre leurs mains.

    Quanah à la tête d'environ 700 guerriers Comanches et Kiowas s'attaqua en 1874 un camp fortifié de chasseurs de bisons à Adobe Walls. Malgré la bravoure des Indiens, la supériorité des armes des Blancs fit échouer l'attaque. Quanah et ses hommes durent se retirer après plusieurs assaut vains et sanglants.

    Quanah conduisit alors ses guerriers battus et leurs familles dans les inaccessibles Staked Plains afin de les soustraire aux poursuites acharnées de l'armée. Bientôt les vivres commencèrent à manquer et les Comanches, s'ils ne voulaient pas mourir de faim n'eurent d'autre choix que celui de se rendre. Quanah se résigna donc à se livrer avec les siens à l'armée. Il fut déporté en Oklahoma. ( vu sur Wikipédia )

     

    ci dessus équipement d'un guerrier Comanche

    Photo de Wes Studi dans Comanche Moon une série qui passe a la télé Américaine

    D'autres renseignements (en anglais ) sur les Comanches  Native American Art

     

     

     

    Cliquez sur  Légends of América

     

     


    6 commentaires
  •  
    ▲ Warriors Game by Robert W. Griffing
     

    Les Amérindiens aimaient les jeux ,ils étaient un de leurs passe temps favoris.

    les femmes participaient quelques fois

    On peut  citer  , la course a pied , à cheval ou en canoë

    le lancer du javelot et le tir a l'arc 

    et aussi les jeux de hasard

    Un site --► Différent drawings

     

    Game of Arrows. Crow ca. 1913. Photo by Joseph Dixon (taken as part of the Wanamaker Expedition). Source - Yale Collection of Western Americana, Beinecke Rare Book and Manuscript Library.

    Le jeu de la flèche : il consistait a envoyer une flèche en l'air et avant qu'elle ne retouche terre, il fallait en décocher un maximum  et cela pouvait atteindre jusqu'a 10 flèches .

    une rapidité d'exécution phénoménale !!!!

     

    Crow Game of Arrows. ca. 1910. Photo by Richard Throssel. Source - University of Wyoming, American H
     
     Crow Game of Arrows. ca. 1910. Photo by Richard Throssel. Source - University of Wyoming, American Heritage Center. The arrows were thrown towards one arrow stuck in the ground.
     
    George Catlin's   Archery of The Mandan.
     
    George Catlin's   Archery of The Mandan.
     

    Un jeu de balle des Choctaws

    de George Catlin (1796-1872)

    ce divertissement pouvait durer de l'aube a la nuit ,et continu a être populaire chez les Choctaws ,après avoir quand même perdu de sa violence .

    le jeu de la balle commençait toujours de la même manière -> les braves dansaient autour du but de leur équipe ,les femmes martelaient le sol en cadence , au centre se tenaient les sorciers qui se recueillaient et a leur signal ,les joueurs se jetaient dans une mêlée indescriptible .

    Chez les Séminoles la partie était joué entre hommes et femmes lors de la cérémonie du " Maïs vert " .Il s'agit  de viser le sommet du poteau et le résultat était affiché avec des entailles a chaque but marqué .Les femmes se servaient de leurs mains ,mais les hommes eux doivent se servir de leurs raquettes.

    Il été inventé au début du XVIème siecle par les indiens Iroquois de la tribu des Oneidas.
    En Indien ce sport s’appelait le Ga-Lahs et en Français on l'a appelé "La Crosse".

     Bâton de jeu de balle. Deux spécimens. Séminole, Floride. Expédition F.K. Seward-William F. Stiles

    Bâtons de jeu de balle. Cinq spécimens. Winnebago. Collecte par T.R. Roddy

    .National Museum of the American Indian Smithsonian Institution.

    vu sur --> virtual muséum Tradition vivante

    Stick ball
     
    Photo: Choctaw Nation of Oklahoma
    Members of the Choctaw Nation of Oklahoma play stickball, a traditional game that was a precursor to lacrosse.

    Le stickball des Choctaws, le sport de champ le plus ancien de l'Amérique était par le passé connu en tant que « petit frère de guerre » parce que c'était une méthode de régler des conflits parmi des groupes de Choctaws et entre les communautés.

    [fichier]

    @@@450@@@400[/fichier]

    ▲ regardez cette vidéo ( extrait de film documentaire ) Le jeu de balle sert d'approche d'un fort ... une bonne ruse 

    “The Great Game,” oil on canvas by Doug Hall

    jeu de balle2

    "Before the game" by Robert Griffing
     
    origine de lacrosse --> Iroquois Nationals
     
    crosse
     
    jeux de balles   ▲ Native American  Ball Players George Catlin  ▲
     
     

    6 commentaires
  •  
    La plupart des Indiens d’Amérique du Nord croyaient que l’âme d’une personne se trouvait dans ses cheveux. De nombreuses tribus estimaient que si l’on pouvait s’emparer des cheveux ou du scalp d’une personne récemment décédée, on possédait aussi son âme. A quelques exceptions près, le scalp était considéré comme un objet rituel, plutôt que comme un trophée de guerre. Traité avec respect et dignité, c’était à la fois un objet plein de signification et de pouvoir. Le scalp que vous voyez ci-dessous (probablement obtenu par les Hurons) est peint en rouge et tendu sur un anneau en bois, décoré avec des piquants de porc-épic et des racines dilacérées.

    L’image contient peut-être : bijoux

     
     

    Ce petit texte trouvé sur courrier international.com , plutôt surprenant !!!

    La loi fixant la récompense offerte aux chasseurs de primes pour un scalp indien, en vigueur depuis deux cent quarante-quatre ans, devrait être abrogée prochainement par les autorités de Nouvelle-Ecosse, au Canada.

    Kiowa Scalp Dance--> Stephen Mopope

    aquarelle sur papier

    collection du Philbrook Muséum of art

    photo : Don Wheeler

    LÉGENDE DE LA COURSE AU PIN SOLITAIRE

    Bertha Weston Price
    (traduit du livre Legends of Our Lakes and Rivers, 1937)

    Le feu du Conseil projetait des ombres étranges sur les arbres et les flots reflétaient ses éclats. Le chef de la tribu Abénaquis, grand et autoritaire, aux yeux étincelants mais de physionomie calme et immuable, se tenait debout au milieu du cercle de feu. S'adressant aux hommes de sa tribu, le chef parla ainsi : "Les dés sont jetés. Nos ennemis, les Iroquois, ont réclamé le droit sur la vallée du Saint-François pour leur territoire de chasse. Nous savons que cette contrée est la nôtre." Il avait étendu ses mains et pointait vers le nord et le sud, vers l'est et l'ouest afin d'accentuer ses paroles.

    High-Brow (Front-Étroit), chef des Iroquois, sauta sur ses pieds. "Mon frère, Tall-Feather (Longue-Plume), a parlé. La course d'endurance va avoir lieu. Celui qui gagne donnera à sa tribu la possession des terres aujourd'hui contestées. Ma parole est donnée."

    Les bandes ennemies des Abénaquis et des Iroquois se rejoignirent à Skaswantegon (signifiant, en langue indienne, Endroit où l'on fume), sur la pointe de terre à la jonction des rivières Magog et Saint-François dans les limites de la ville de Sherbrooke, près du pont du Canadien National qui enjambe la rivière.

    La possession des terres de chasse dans la vallée du Saint-François, riche et couverte de forêts, était contestée depuis longtemps. Mais maintenant la décision était prise : on allait régler la question. Deux guerriers furent choisis, un de chaque tribu, afin de régler la dispute de manière traditionnelle quoiqu'un peu spectaculaire. Les braves s'avancèrent et se tinrent dans la clarté du feu, attendant tranquillement les derniers ordres de leurs chefs respectifs.

    La tâche qui leur fut désignée consistait courir autour du rocher qui se tenait seul, excepté pour un pin qui s'y accrochait, jusqu'à ce que l'un des deux devienne le vainqueur. Celui qui aurait le plus d'endurance réclamerait le scalp de la victime et obtiendrait pour sa tribu la suprématie sur la vallée. C'était une course vers la mort, mais la vitesse et l'endurance représentaient pour eux une compétition que le meilleur homme gagnerait

    À l'aube du jour, Tall-Feather, l'Abénaquis, et High-Brow, l'Iroquois, accompagnés de leurs guerriers, descendirent au bord de la rivière à une distance d'un peu plus d'un demi-mille (0,8 km) du confluent des deux rivières. À cet endroit, ils s'assemblèrent, chaque tribu faisant face à l'emplacement d'où les guerriers attendaient l'ordre de commencer leur course. Leurs corps, de profil sur le ciel maintenant éclairé par le soleil du matin qui se levait au-dessus des montagnes de Stoke, offraient une scène dramatique

    Tout à coup, et sans brouhaha, deux formes, agiles et brunes, bondirent de parmi leurs compagnons, s'élancèrent dans la rivière, puis débutèrent leur course autour du rocher sur la petite île. Silencieux et tendus, les Indiens regardaient les adversaires. Ah, l'un était tombé! Mais déjà il était déjà debout et courait. L'autre tombe... et la course se poursuit jusqu'à ce que l'Iroquois trébuche, se relève, se repose une seconde, puis roule dans les eaux peu profondes. L'Abénaquis saisit sa victime, se procure le scalp, puis se tient debout les bras croisés, les yeux étincelants et l'allure triomphante, sous des cris de joie et de désarroi entremêlés. Aucune parole n'est prononcée par le vainqueur : nul besoin. Lui, comme tous les Indiens, se tient coi au moment du triomphe autant qu'au moment de la souffrance. Or, le guerrier a gagné pour sa tribu la magnifique vallée de la rivière Saint-François!

    Source : Bertha Weston Price, Legends of Our Lakes and Rivers, Lennoxville, 1937, p. 17-19.

    Du site -->Gyner magazine patrimoine des Cantons

     

     

    Le scalp

    ici le Portrait du chef Pikuni Big Mouth Spring vers 1910 de Edward Curtis avec sur sa chemise "un scalp "

     

    Le scalp

     

    Le scalp

    les blancs n'hésitaient pas scalper pour récupérer les primes  

     

     


    votre commentaire
  • cérémonie

    Fille Apache lors de la cérémonie de lever du soleil (na'ii'ees), un rite de passage à l'âge adulte (pubère). Les filles étant engagées dans la féminité sont peintes avec un mélange sacré de pollen de maïs et d'argile (ou de pollen parfois de semoule de maïs et de quenouilles). C'est la phase de la bénédiction d'une longue célébration. Le pollen est considérée comme sacré, un symbole de la vie.

    Apache girl at the Sunrise Ceremony (na'ii'ees), a coming-of-age rite. Girls being initiated into womanhood are painted with a sacred mixture of corn pollen and clay (or sometimes cornmeal and cattail pollen). This is the blessing phase of the long celebration. The pollen is considered to be holy, a symbol of life.

     

     

    Girl's Rite of Passage

    The Sunrise Dance

    This documentary shows an ancient, sacred Apache ritual that has never before been filmed. The Sunrise Ceremony, which marks the passage from adolescence t...

     

     

    robe de cérémonie Apache
     
    Apache Girl's Ceremonial Two Piece Puberty Dress, 20th c., composed of beaded hide with long fringe, with steel studs, conchos, and tin cones, consisting of a top and skirt, along with a beaded cravat and a pair of beaded hide boots
     

    votre commentaire
  •  

    il existe différentes manières d'honorer les morts chez les Amérindiens.Pour les indiens des plaines, les  corps étaient installés sur des plates formes  ou meme dans les arbres  pour les protéger des animaux . Pour les autres comunautées ,les morts étaient mis en tombe ,dans des grottes ou des crevasses.

    Les Amérindiens montraient leurs sentiments de façon spectaculaire , allant même jusqu'a ce mutiler.Quand une personne de la famille décédait ,ils pouvaient rester sur place toute une journée prostrés ,les membres transpercés exibant leur douleur. Les indiens des plaines n'avaient pas peur principalement de la mort, pour eux  ils la voient comme une continuité de la vie.Ils se préparent au voyage qui les mènera dans l'au delà.

    Représentation d'une plate forme Sioux par Karl Bodmer

    vu dans -Ainsi vivaient mes ancêtres les indiens

    KA- BE -MUB- BE

    Chez les Lakotas, les esprits dits wanagi « choses de l'ombre » gardaient les échafaudages funéraires et s'en prenaient aux vivants si les morts venaient à être dérangés. 

    Le corps d'un Sioux décédé a été placé dans les arbres ou sur une plate-forme en bois (d'échafaudage) assez haut pour protéger le corps contre des animaux et enveloppé dans des peaux.Mais des chefs bien connus ont été enterrés dans des endroits secrets, endroits inconnus,la famille ou les amis pouvaient faire cela pour l'individu. Aujourd'hui, ils sont enterrés dans des cimetières comme dans d'autres cultures. Beaucoup de cimetières d'amérindiens sont dur à trouver, ils sont dans des endroits isolés.

     

    Quand une personne était atteinte de maladie ,ou agée ,sentant la mort proche,les enfants montaient une tente usagée ,y plaçaient la personne avec un petit feu ,des vivres et un peu de tabac ,puis le clan s'éloignait .C'était "l'exposition des vieux " un rite sacré .L'ancetre ainsi laissé seul dans le village abandonné ,était exposé au regard du Grand Esprit auquel il remettait son ame .Après le passage des loups,des coyotes et des rapaces ,quand le clan revenait, les enfants recherchaient ,les ossements, puis  les rassemblaient et les rangeaient dans un sac de peau dans l'attente de batir un échaffaud funéraire ou aussi dans la montagne sacrée ou ils pourraient enfouir les restes au pied d'un rocher....ce qui consituait pour un Sioux nomade la plus belle des sépultures.

    Lakota sioux
     
    - Le corps est installé sur l'échaffaudage -
     
    Les croyances relatives au passage de ce monde dans l'autre variaient selon les tribus, mais la plupart des Indiens croyaient qu'un homme avait au moins deux âmes : l'une était libre de toute attache et pouvait quitter le corps durant le sommeil et la maladie, l'autre était chevillé au corps.
    La première gagnait immédiatement le monde des esprits après la mort. La seconde subissait le même sort que le corps périssable ou, du moins, restait attachée à lui pendant un certain temps.
    « La mort chez les indiens Navajos et autres clans »
     
    Piegan Men with Burial Scaffold
     
    Piegan Men with Burial Scaffold
     
    hommage
     
    deuil
     
    Vers 1500
    chez les hurons-wendats
    La Fête de la Mort était un événement important pour les Hurons-Wendats, et coïncidait généralement avec le déplacement du groupe sédentaire vers un nouvel emplacement. Par conséquent, environ tous les 10 ans, une énorme fosse commune était creusée dans les villages. On déterrait alors tous les ossements des personnes décédées dans les dernières années afin de les déposer dans le cimetière commun. Les Hurons-Wendats pensaient de cette façon faciliter leur passage dans l’au-delà. La cérémonie permettait aussi aux personnes présentes de se commémorer des souvenirs du passé
     
    chez les Iroquois 
    Malgré la famille linguistique commune des Iroquoiens, les Iroquois ne partageaient pas l'habitude des Hurons d'ensevelir tous les os dans une fosse commune. Toutefois, ils avaient eux aussi une Fête de la Mort. Cette dernière leur permettait d'envoyer l'âme des morts dans l'au-delà et de créer des liens entre les familles concernées par le deuil .
     
    chez les Innus
    Le rite funéraire des Innus se comparait aux Inuits. Ils croyaient eux aussi que l’esprit de la personne décédée flottait pendant un certain temps aux alentours de la dépouille et que le défunt devait être enterré avec ses objets personnels. Toutefois, il existait une variante qui les amènait à enterrer les corps en position accroupie, c’est-à-dire fœtale, pour faciliter leur voyage dans l’au-delà, comme s’il s’agissait d’une renaissance

    votre commentaire
  • 7-lakota  
     
    Sioux Nation structure
     

    Cartes du territoire Lakota
     
    lakota
     
      

    Sioux Lakota

    Le dieu-créateur

    Wakan Tanka, le "grand mystère" ou le Grand Esprit

     Quelle fut la première voix qu’on entendit dans ce pays?

    La voix des hommes rouges qui n’avaient qu’arc et flèches. 

     Ce qui est arrivé à mon pays, je ne l’ai pas souhaité,

    je ne l’ai pas demandé... 

    Red CLOUD ; chef Lakota

     

    Le Lakota (ou plus correctement Lakĥoṫiyapi, langue des Lakhotas) est le principal dialecte siouan parmi les cinq existants. La langue fait partie des langues siouan, Les sioux se nomment eux-mêmes: Oceti Śakowin, les "sept feux" et se divisent en sept tribus ( Oglala, Sicangu, Miniconjou, Itazipco, Oohenunpa, Hunkpapa, et Sihasapa). Les indiens Lakotas vivent dans les deux Dakota (Nord et Sud), répartis inégalement dans 4 réserves (sur wikipédia)

    Le texte et les informations si dessous proviennent du site 

    de -->  Mr David Little Elk  

     Dans la société Lakota,les personnes se saluent différemment suivant leurs liens de parentés. S'ils ne sont pas de même sang ou s'il s'agit des personnes qui se rencontrent pour la première fois et s'ils ne savent pas si elles sont liées, ils s'appellent les uns les autres "cousine", en utilisant les liens de parenté masculin ou féminin . S'ils sont liés, ils utilisent les  termes de parenté correspondant les uns envers les autres. 

    "Hau" signifie "bonjour" et "oui" pour les hommes. Quand quelqu'un salut un homme va dire, "Hau", suivi d'un terme de parenté.Il y a longtemps, les hommes qui se trouvaient dans la même société guerrière  s'adressaient les uns aux autres en disant "Hau, Kola", comme "Kola" indique que chacun devait mourir pour l'autre.  Ainsi "Kola" est un terme utilisé que pour -> des amis. 

    "Han" signifie "bonjour" et "oui" pour les femmes. Les femmes ont souvent parlé des autres suivant leur parenté en utilisant des termes comme "Cuwe" (sa sœur aînée), suivi par "Lila tanyan wacin yanke" (c'est vraiment bon de vous voir); Ou avec des mots qui expriment des sentiments d'affection l'un envers l'autre .
    Une femme est généralement accompagnée de vœux avec beaucoup plus de chaleur que les hommes qui le salut.  "Maske" est un terme que les femmes utilisent pour des amis seulement. 

    Dans la conversation, Lakota, généralement l'homme va engager la conversation en disant: "Hau". Même si "Han" est le mot pour la femme "oui" et "bonjour", ce mot ne va pas avec toutes les conversations ,toutefois, elle peut répondre en disant "Han" à celui qui l'a accueilli en premier
    . Elle peut choisir de dire salut dans différents termes autre que "Han". Par exemple, quand elle est avec une seule personne, elle peut entamer le salut d'abord en appelant le nom de la personne ou par le terme de parenté qui précise comment elle est liée à la personne qui elle salut. Ensuite, elle peut dire "Lila tanyan wacin yanke". Cela veut dire "Il est vraiment bon de vous voir." Quand elle est avec deux personnes, elle peut répondre en disant "Han, mal eya", qui signifie "Oui, moi aussi." Ou elle peut simplement dire "Han", comme il est bon de répondre de cette façon aussi si c'est elle qui est accueillie. 
    Comme indiqué précédemment dans cette leçon, lorsque deux personnes se rencontrent pour la première fois et ils ne savent pas si elles sont liées les unes aux autres, ils s'appelleront mutuellement comme "cousine", en utilisant les termes de genre. 

    Les dialogues dans ce texte ci dessous sont généralement écrites pour deux personnes.
    Un orateur sera la personne  1 ou P1.L'autre orateur sera la personne 2 ou P2. Aussi, parfois il y aura un "/" entre deux mots tels que "Hau / Han".  Chaque fois que cela se produit, le mot sur le côté gauche de la "/" est le mot de l'homme et le mot sur le côté droit est le mot de la femme. 

    Aussi, dans ce dialogue, le terme masculun de " Hankasi ", qui est le mot pour une femme cousine est utilisé.
     

     

                       en Lakota▼                                                             en Francais

     

     ( le terme est ici pour cousin)
    1-->Lila tayan wacin yanke.                                       Cousin il est bon de vous voir
    2-->Hau / Han ,mis eya                                                             oui,moi aussi
      
    1-->Tokeste yaun he?                                                              comment allez vous?
    2-->Lila tanyan waun .Nis tok?                                               je vais bien et vous ?
      
    1-->Mis eya . Le anpetu waste.                                      Moi aussi.C'est un bon jour
    2-->Hau / Han. Anpetu waste.                                                  oui, c'est un bon jour
      
    1-->Wana mazaskanskan tonakca he ?               Qu'elle heure est 'il maintenant ?
    2-->Wausak cana mazaskanskan numpa.                Il est maintenant deux heures.

     

     1-->Hau / Han , hinhani kin wacin yakin kte.               ok je vais vous voir demain.

     

    2-->Ohan , toksa ake .                                                    oui, je vous verrai plus tard

      

    Les nombres -> wanji = un   nunpa = deux   yamni = trois   topa = quatre   zaptan = cinq

     

    reproduction d'objets ici -> spiritinthewind

     

     

    et cette vidéo en lien  de Kevin Locke qui malheureusement ne s'affiche pas directement cliquez sur -> Kevin Locke - Lakota Storyteller Hoop Dancer

     

    et je vous remet cette adresse de l'association Amitiés Franco-Lakota Dakota

    qui n'est peut être plus d'actualité.

     

     

    Les vastes plaines ouvertes,
    les belles collines qui ondulent
    et les ruisseaux qui serpentent
    n'étaient pas sauvages à nos yeux.
    C'est seulement pour l'homme blanc
    que la nature était sauvage,
    seulement pour lui que la terre
    était "infestée" d'animaux sauvages
    et de peuplades "barbares".
    Pour nous, la terre était douce,
    généreuse, et nous vivions
    comblés des bienfaits
    du Grand Mystère.
    Ce n'est que lorsque l'homme
    poilu de l'Est est arrivé et,
    dans sa folie brutale,
    a accumulé les injustices sur nous
    et les familles que nous aimions,
    qu'elle nous est devenue "sauvage".
    Lorsque même les animaux de la forêt
    commencèrent à fuir à son approche,
    alors commença pour nous
    "l'Ouest Sauvage".

    Luther Standing Bear, (Chef Lakota )

    Sioux Lakota

    "Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature, et son attachement grandissait avec l'âge. (...) C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.

    Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l'homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l'oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature."
     

     

    Sioux Lakota

    "Le Lakota était empli de compassion et d'amour pour la nature, et son attachement grandissait avec l'âge .C'est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S'asseoir ou s'allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.
    Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l'homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l'oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l'homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature."

    Standing Bear, chef Lakota (Sioux) 

     

    Wounded Heart: Pine Ridge and the Sioux

     

    Superbe photo d'un village Lakota .

     


    1 commentaire
  • nations
     
    Québec
     
    carte des Nations Autochtones du Québec 
     
     
    Les Abénakis

    " Kuaï Kuaï " ( bonjour )

    Les Abénakis font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont plus de 2 000, près de 400 vivent sur réserve. Leur territoire est situé sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, en face de Trois-Rivières. Il existe deux communautés abénaquises au Québec : Odanak et Wôlinak.

    Autrefois, les Abénakis vivaient de la chasse, de la pêche, de la trappe, de la cueillette de petits fruits et de la culture du maïs, du haricot, de la courge, de la pomme de terre et du tabac.

    3 génerations d'Abénakis

    cliquez sur ->musée des Abénakis

     Les Algonquins 

    " Kwé " ( bonjour ) 

    Les Algonquins font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont plus de 9 000, dont un peu plus de 5 000 vivent sur réserve. Leur territoire se situe dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue. Il existe neuf communautés algonquines au Québec : Eagle Village-Kipawa, Hunter's Point, Kitcisakik, Kitigan Zibi, Lac-Simon, Pikogan, Rapid Lake, Timiskaming et Winneway.

    Autrefois, les Algonquins vivaient principalement de la chasse, de la pêche et de la cueillette, mais s'adonnaient également à l'agriculture.

    Saviez-vous que le mot d'origine algonquine « achigan » signifie
    « celui qui se débat » ?

     
     voici une manière Algonquine de faire un noeud .

    Couple Algonquin

    Le thé de cèdre, un breuvage traditionnel algonquin, est toujours une boisson populaire au café de la réserve Pikwakanagan aux abords du lac Golden.

    Les Cris

    " Wachiya " ( bonjour )

      "Eeyou Astchee" 
     (signifie "Notre Territoire")

    Les Cris font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont plus de 14 800, dont plus de 13 000 vivent sur réserve. Les Cris ont signé la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Leur territoire se situe dans le bassin de la baie James et en partie près de Chibougamau. Il existe neuf communautés cries au Québec : Chisasibi, Eastmain, Mistissini, Nemiscau, Oujé-Bougoumou, Waskaganish, Waswanipi, Wemindji et Whapmagoostui.

    Autrefois, les Cris étaient principalement nomades et se nourrissaient de gibier et de poisson.

    Saviez-vous que les communautés cries connaissent un essor économique important dans les secteurs du transport routier et aérien, de la construction et du tourisme eth no-culturel ? Saviez-vous également que plus de 30 % des Cris au Québec tirent encore aujourd'hui leurs revenus des activités traditionnelles reliées à la chasse, à la pêche et au piégeage ?

    Bataille de Cut Knife Hill, le 2 mai 1885. (du site Patrimoine militaire canadien )


    Trois cent cinquante miliciens canadiens, dirigés par lieutenant-canadien Otter, ont attaqué un camp de Cris des plaines, à l'aube du 2 mai 1885. Surpris, les Cris ont quand même livrés une dure bataille sous le chef de guerre, Fine Day. Alors que les Canadiens se sont retirés plus tard dans la journée, les Cris ont cessé leur poursuites envers leurs adversaires, sous l'influence du chef Poundmaker. Quelques historiens croient qu'Otter et ses hommes, peu expérimentés, aient été sauvés du massacre. Cette image idéalisée de la bataille, est tirée d'une série s'intitulant, « The Canadian Pictorial and Illustrated War News ».

    Les Hurons-Wendat

    " Koey Koey Ataro " (Bonjour l'ami)

    Les Hurons-Wendat font partie de la famille linguistique iroquoienne. Au Québec, ils sont + de 3 000, dont un peu plus du tiers vivent sur réserve. Leur territoire se situe tout près de la ville de Québec. Il existe une seule communauté huronne-wendat au Québec : Wendake.

    Autrefois, les Hurons-Wendat vivaient principalement de l'agriculture et du commerce du maïs et du tabac.

    Saviez-vous que les Hurons-Wendat ont fait découvrir le maïs soufflé aux Européens ? Les Hurons lui donnaient le nom de « ogarita », tandis que les Français l'appelaient « blé fleuri ».

    cliquez sur ->Huron Wendat

    cliquez sur ->Nation Huronne Wendat

     

    Un village huron au XVIe siècle

    Les Innus

     " Kuei Kuei " ( bonjour )

    Tshima minu-takushinieku nitshinat  ( bienvenu chez nous )

    Les Innus, aussi appelés Montagnais, font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont plus de 15 600, dont plus de 11 000 vivent sur réserve. Il s'agit de la nation la plus populeuse de la province. Leur territoire s'étend de la Côte-Nord au Lac-Saint-Jean. Il existe neuf communautés innues au Québec : Betsiamites, Essipit, La Romaine, Mashteuiatsh, Mingan, Natashquan, Pakua Shipi, Matimekosh–Lac-John et Uashat–Maliotenam.

     

    Autrefois, les Innus avaient un mode de vie traditionnel nomade. Ils utilisaient la peau et les os des animaux pour se fabriquer des vêtements et des armes.

    Saviez-vous que les Jésuites ont établi leur première mission chez les Innus en 1632

    Un lien  a voir -> musée

    et un autre ->Tradition vivante site Innu

    Groupe innu devant une tente, QC, vers 1881
    Jules-Ernest Livernois
    Vers 1881, 20e siècle

    Les Atikamekw

    "Kwé" (bonjour )

     NITASKINAN qui signifie "Notre terre" dans la langue ATIKAMEKW
             
    ASKI veut dire "terre" et le préfixe "NIT" signifie "notre" 
             Le suffixe "NAN"
    indique le collectif.

    Les Atikamekw font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont plus de 6 000, dont la majorité vit sur réserve. Leur territoire se situe entre ceux des nations innues, algonquines et cries, soit dans les régions de Lanaudière, de la Mauricie et du Centre-du-Québec. Il existe trois communautés atikamekw au Québec : Obedjiwan, Wemotaci et Manawan. Coucoucache est également une réserve atikamekw, mais n'est pas habitée.

    Au XVIIe siècle, leur position géographique favorisait le troc avec les nations voisines. Les Atikamekw vivaient principalement de la chasse au gibier, de la pêche et de la culture du maïs.

    Saviez-vous que le mot
    « atikamekw » signifie « poisson blanc » ? Saviez-vous aussi que ce sont les Atikamekw qui ont découvert le sirop d'érable

    lien du site  ->Nitaskinan

    Canot Atikamekw .......vers 1900 Québec

    en écorce de bouleau

    musée Canadien des civilisations 

    Les Malécites

    " Kwé " (bonjour )

    Les Malécites font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont 764, mais seulement 2 d'entre eux résident sur réserve. Leur territoire est situé dans le Bas-Saint-Laurent, près de Rivière-du-Loup. Il existe deux communautés malécites au Québec : Cacouna et Whitworth.

    Autrefois, les Malécites étaient semi-nomades. Ils vivaient de la chasse et de la pêche, mais cultivaient aussi le maïs.

    Saviez-vous que, jusqu'au XVIe siècle, les Malécites vivaient au Nouveau-Brunswick ?

    Voici le lien d'un site Micmacs Malécites ,il vous faut Quicktime car il y a pleins de vidéos très inintéressantes contemporaines -> site a voir absolument

    Gabriel Acquin avec une pagaie, Première Nation malécite (vers 1860)
    (Gracieuseté :
    The 22nd (Cheshire) Regiment Museum
    http://www.chester.ac.uk/militarymuseum

    numéro MM024082)

    Les Micmacs Québec Amérindien

    " Welta'sualul " (bonjour )

     

    Les Micmacs font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont plus de 4 900, dont plus de 2 400 vivent sur réserve. Leur territoire est situé en Gaspésie. Il existe trois communautés micmaques au Québec : Listuguj, Gesgapegiag et Gaspé (Gespeg). Cette dernière n'a toutefois pas le statut de réserve.

    Autrefois, les Micmacs étaient nomades et vivaient de la pêche, de la chasse, de la trappe et de la cueillette de petits fruits.

    Saviez-vous que le mot « gaspé » signifie « au bout de l'extrémité » ?

    Guerrier micmac, vers 1740
    Ce guerrier micmac des années 1740 est armé d'un mousquet de fabrication française et porte une chemise européenne. Reconstitution par Francis Back.

     

    chant national des Micmacs
     

    Québec Amérindien

     
    Les Mohawks :

    " Kwé Kwé " (bonjour )

    Les Mohawks font partie de la famille linguistique iroquoienne. Au Québec, ils sont plus de 11 400, dont plus de 8 700 vivent sur réserve. Leur territoire se situe en périphérie de Montréal. Il existe trois communautés Mohawks au Québec : Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne. Une partie de cette dernière se trouve en Ontario. Doncaster est également une réserve Mohawk, mais n'est pas habitée.

    Autrefois, les Mohawks vivaient principalement de l'agriculture, de l'échange commercial de produits agricoles et artisanaux, de la chasse, de la pêche ainsi que de la cueillette.

    Saviez-vous que les Mohawks se faisaient autrefois engager dans de nombreuses compagnies de transport à titre de pagayeurs ? Grâce à leur aptitude à affronter les rapides et à faire face aux eaux agitées, ils ont, entre autres, permis à une expédition britannique de remonter le Nil jusqu'à Khartoum, au Soudan.

    Des guerriers Mohawks attaquent le groupe du père Jogues, 1646
    Le père Isaac Jogues, le frère Jean de la Lande et des Hurons convertis sont attaqués par des guerriers Mohawks sur la rivière Richelieu en octobre 1646. Capturés et emmenés à un village iroquois, ils sont tués le 18 octobre. À cause des Iroquois, les déplacements sur la plupart des cours d'eau sont très dangereux et la petite garnison française ne peut rien y faire.

    Les Naskapis :

    " Waachiyaa " ( bonjour )

    Les Naskapis font partie de la famille linguistique algonquienne. Au Québec, ils sont près de 600, dont la majorité vivent sur réserve. Les Naskapis ont signé la Convention de la Baie-James et du Nord québécois en 1978. Leur territoire se situe au Nord de Schefferville, à proximité du Labrador. Il n'existe qu'une seule communauté naskapie au Québec : Kawawachikamach. Autrefois les Naskapis étaient un peuple nomade qui tirait sa subsistance presque entièrement du caribou, de la chasse au phoque et aux oiseaux migrateurs ainsi que de la pêche blanche. L'agriculture était impraticable sur ces terres nordiques.

    Saviez-vous que les Naskapis ont déjà habité à Kuujjuaq et qu'ils ont vécu une grande famine en 1949 ? 

    The Kawawachikamach Band of the Naskapi Nation, Quebec

    Site officiel ->Naskapi

    Les Inuits

    Les Inuit font partie de la famille linguistique esquimau-aléoute. Au Québec, ils sont plus de 10 000, dont plus de 9 500 vivent dans les villages nordiques. Les Inuit font partie des signataires de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois (CBJNQ). Quatorze communautés inuites sont situées sur le territoire du Nunavik et deux dans le bassin de la baie James. Leurs noms : Akulivik, Aupaluk, Chisasibi, Inukjuak, Ivujivik, Kangiqsualujjuaq, Kangiqsujuaq, Kangirsuk, Killiniq, Kuujjuaq, Kuujjuarapik, Puvirnituq, Quaqtaq, Salluit, Tasiujaq et Umiujaq.

    Avant l'arrivée des Européens, les Inuit du Nunavik étaient des nomades et survivaient grâce aux ressources de la terre et de la mer. Ils modifiaient leur alimentation au gré des saisons.

    Saviez-vous que plusieurs anthropologues considèrent les Inuit comme un des peuples les plus inventifs de la terre ? Ils ont entre autres mis au point des lunettes protectrices faites d'os, de bois de cerf et d'ivoire afin de se protéger des reflets aveuglants du soleil sur la neige.

    Femme Inuit 1907

    Lucassie Tookalak, 1985
    Photographie: Cheryl Lean.

    Photo trouvée sur le site --> Musée Canadien des civilisations

    un site  ->Autochtones du Québec   Affaires Indiennes et du Nord Canada

    un lien aussi intéressant d'une boutique + histoire ,contes et légendes etc...en Français

    Cliquez sur -> Oki Art

    UN JEU DE QUESTIONS CLIQUEZ ICI--> HISTOIRE DE LA NOUVELLE FRANCE

    artisanat des premieres Nations -Musée virtuel

    carte des communautés Autochtones du Québec ► Autochtones du Québec 

    Québec Amérindien

     


    8 commentaires
  •  

    Les plumes représentent pour les amérindiens un Cadeau venant du Grand Esprit , mais aussi de l'oiseau qui offre une partie de son essence .

     

    Pour les Amérindiens, ces plumes ont une propriété médicale. Elles permettent de faire pénétrer et diriger l'énergie de guérison car celle-ci capte et redistribue les énergies bénéfiques. Certaines plumes ont aussi des valeurs de protections, il suffit de porter celle-ci sur soi afin d'attirer l'Énergie

    Voici quelques significations des plumes et religieuses amérindiennes. Elles représentent l’essence sacrée de tous les oiseaux. Elles symbolisent la paix ; elles servent aussi lors de rituels de guérison, particulièrement pour disperser les énergies néfastes et pour attirer l’énergie bénéfique dans le corps d'une personne. De plus, les plumes d’aigle poussent nos pensées et nos prières à s’envoler vers le Grand Esprit

    l'Aigle       ► Ses plumes jouissent d'un statut particulier dans les pratiques magiques

    Le Canard   ► Elles symbolisent le passage de l’enfance à l’age adulte, lorsqu'on devient capable de trouver sa propre voie. Elles sont utilisées lors de cérémonies initiatiques, que cela soit pour indiquer le passage de l’adolescence à l’âge adulte ou lors des initiations chamaniques

    La Chouette  voir oiseaux nocturnes, hiboux

    Le Colibri        voir oiseau-mouche

    La Colombe ► Elles sont utilisées pour les rituels de paix mais aussi pour des déclarations d’amour, les révélations de l’être cher, face à l’amour qu’il éprouve pour vous ! Elles jouent un rôle important lors de négociations de paix, car elles sont souvent attachées au calumet de paix.

    Le Coq  ► Elles symbolisent le courage et la victoire du jour sur la nuit. lSes plumes sont donc réservées aux guerriers chamaniques  .

    La Corneille ► Ses plumes symbolisent le deuil ; on les utilise lors des cérémonies mortuaires. Les Lakota Sioux prient avec des plumes de corneille pendant 4 jours lors d’un décès. Elles ne sont utilisées que pour cet usage et on les conserve dans un endroit sacré

    Le Cygne     ► Elles symbolisent la grâce, la bonté et la beauté. Mais aussi pour certains peuples amérindiens et surtout pour les Creek, elles représentent l’union du mariage et sont prisées lors des cérémonies et aussi pour les rituels de fertilité. Elles sont le plus souvent utilisées par les femmes chamanes

    Le Faucon ► Elles servent à aider aux diagnostics des maladies du corps. Elles sont essentiellement utilisées par les chamans et sont très réputées pour accroître la compréhension des malaises ainsi que les connaissances des chamans.

    La Fauvette ► Semblable à la poule, elle est protectrice de nos habitats ainsi que de notre famille

    Le Geai bleu ► Elles apportent la clarté dans certaines situations sombres ou troubles, elles apportent aussi la lumière qui fait disperser les nuages de la dépression et de la tristesse . Occasions

    Le Hibou      ► Elles sont utilisées pour des rituels ésotériques impliquant des connaissances secrètes transmises de générations en générations, les connaissances que nos ancêtres nous ont transmis

    Le Moineau  ► Elles sont utilisées pour la construction et fabrication d'amulettes de chance

    La Mouette  ► Le symbolisme de trouver une plume de mouette, liberté de faire ce que vous voulez

    L'Oie blanche ► Cet oiseau marque l’arrivée et le départ de l’été. C’est un grand migrateur ; ses plumes sont utilisées par les peuples du Nord pour les cérémonies de guérison. C’est aussi la marque d’un chaman dans plusieurs tribus

    Les Oiseaux aquatiques ►  Elles possèdent une double symbolique ; elles sont en effet tant de l’air que de l’eau. Elles procurent une double protection aux chamans qui les possèdent et sont de puissants outils de rituels. De la même façon que pour les plumes d’aigle, ces plumes aquatiques entraînent nos prières et nos pensées vers le Grand Esprit mais ceux-ci, par les cours d'eau.

    Les Oiseaux nocturnes ► ( hiboux, chouettes )Leurs plumes sont utilisées lors de rituels ésotériques impliquant des connaissances secrètes. Tous les chamans en possèdent pour faire appel aux gardiens des connaissances sacrées.

    L'Oiseau-mouche ► Elles symbolisent la rapidité d'action et la grâce des mouvements. Elles sont très reconnues pour apporter la beauté et la joie avec rapidité. Elles sont très populaires auprès des tribus du SO américain.

    Le Perroquet        ► Comme cet oiseau peut apprendre n’importe quel langage, ses plumes symbolisent la communication et sont réputées pour faciliter la traduction ainsi que la communication entre les humains (tribus). Elles sont plutôt rares et très convoitées pour orner les costumes lors des danses, des cérémonies et des rituels. Les couleurs vives rouge, vert, bleu, jaune servent à recréer l'arc-en-ciel qui est un symbole de paix et de prospérité essentiellement chez les Lakota Sioux. 

    Le Pic bois   ► Elles sont très réputées lors de cérémonie de guérison seulement utiliser afin de prévenir ou de guérir contre des problèmes de santé liés au foie

    La Pie ► Elles sont utilisées pour les rituels de guérison. Étant un charognard, cet oiseau contribue à nettoyer l’environnement. Par conséquent, ses plumes servent à nettoyer et à purifier un corps malade. Dans la culture des indiens du Lakota, ces plumes noire et blanche du bout des ailes représentent une jeune indienne aux cheveux de jais vêtu d'une tunique blanche.  .

    La Poule ► Ses plumes sont utilisées lors de la construction d’une nouvelle maison ou chez les peuples migrateurs. Elles sont transportées et font partie de la structure même des habitations temporaires. Le chaman les distribue à chaque famille, car ces plumes sont garantes d’un foyer harmonieux et confortable

    Le Rouge-gorge ► Elles symbolisent le renouveau chez la personne, dans une situation ou dans son Esprit. Comme c'est l'un des premiers oiseaux à revenir lors du printemps. Les amérindiens les utilisent beaucoup lors de rituel de fertilité ce qui les rend particulièrement importantes. Trouver une plume de rouge-gorge par terre signifie une nouvelle

    Le Rossignol ► Ses plumes possèdent une signification mystique très importante. Elles aident à comprendre plus clairement la complexité des rituels  et à assimiler les grandes connaissances des choses sacrées. Elles possèdent donc une signification mystique importante.

    Le Road-runner ► Nous connaissons tous cet oiseau grâce aux bandes dessinées américaines de Bugs Bunny et de ses aventures avec le coyote. Malgré tout, cet oiseau du désert américain existe vraiment et sa vitesse est légendaire. Ses plumes symbolisent l’énergie chaotique et imprévisible du coyote, le joueur de tours par excellence. Elles servent aussi pour accroître les habiletés naturelles de magie du praticien ou du chaman ainsi que son intuition.

    Le Scissortail ► Ses plumes sont utilisées pour honorer les mères au sein de toutes les nations amérindiennes. Elles sont particulièrement prisées pour indiquer le soleil et les quatre points cardinaux lors de cérémonies.(oiseau mouche du sud des États-Unis et de l'Amérique centrale)  

    Chez les indiens des plaines,le guerrier ajoutait une plume d'aigle à sa parure chaque fois qu'il infligeait un "coup" à l'ennemi.Celle-ci portait des marques qui précisaient la nature de ses exploits.

     

    une plume avec un point rouge  -> le guerrier avait tué son adversaire.
    teintée en rouge  il avait été blessé.
    dentelée ► il avait tué plusieurs ennemis.
    une encoche ► il avait tranché la gorge et pris le scalp de son rival.
    avec une pointe biseautée ► il l'avait égorgé sans le scalper.
    plume largement fendue ► il avait subi de nombreuses blessures. 

     

     

     

     


    11 commentaires
  •  
     

     

    en haut mocassins Cheyenne   et bas   Sioux Beaded Mocassins Historic American Indian Art circa 1920 Beadwork sur -> BruceKapson

     

    Beaded Moccasins, featuring Lot 184 (center), Lakota Fully Beaded Moccasins, Est. $2,000-2,500

    Beaded Moccasins, featuring Lot 184 (center), Lakota Fully Beaded Moccasins, Est. $2,000-2,500 - vu sur  Skinner

    Les mocassins sont les premières chaussures ayant été portées par les cultures autochtones d’Amérique du Nord. La souplesse de ces chaussures à semelle non rigide leur permettait d’être enfilées sous des raquettes, offrait la possibilité de se déplacer sans bruit de part et d’autre du territoire et de voyager en canot d’écorce de bouleau sans endommager ce dernier. Les motifs et les empiècements décoratifs des mocassins indiquaient parfois le clan ou la communauté

     

    Le mocassin est un soulier sans talon et souple à la semelle ramenée sur les côtés et au dessus des orteils où elle est joint par une couture pluckered seam a une pièce en forme de U sur le dessus du pied, inspiré notamment de la chaussure traditionnelle de peau utilisée par les amérindiens du nord. Le loafer, ou penny loafer, désigne un mocassin dépourvu de boucles ou de lacets.

    mocassins sur Assiniboines tipis

    Mini-mocassins  vue sur bricolages Amérindiens

    Instructions pour faire le patron des mocassins "grandeur nature". Le patron du mini-mocassin fait en camp.

    Trace le contour de ton pied sur une feuille de papier et découpe-le. (Figure a)
    Place ton patron sur la feutrine ou le cuir et dessine une ligne à 2.5 cm tout le tour (Figure b). Découpe sur la ligne. Au talon, fait deux encoches d'une longueur de 2.5 cm de chaque côté du talon (il y a la largeur de ton talon entre les 2 encoches) (Figure d).
    Place ton patron sur la feutrine, trace le haut du pied. Sur les côtés, agrandis graduellement jusqu'à environ 1.5 cm à la largeur au milieu du pied. Trace une courbe (Figure c). Vérifie ton patron en posant ton pied sur la semelle, relève les deux côtés et mets le dessus sur ton pied. Si la semelle et le dessus se chevauchent légèrement de 2-3 mm, c'est parfait.
    Découpe deux bandes de la longueur de ton pied et d'une largeur de 4 cm. (Figure d)
    Fais les franges sur les deux bandes, et décore le haut du pied et les bandes. (Broderie avec du fil ou des perles, ou de la peinture).
     

    Passer une fil de fronce tout le tour de la partie supérieure (Figure e)
    Épingler le dessus du pied à la semelle. Tirer sur le fil de fronce jusqu'à ce que la semelle ait la même forme que le dessus. Coudre ensemble le dessus et la semelle. (Figure f)
    Coudre ensemble les deux côtés du talon. Couper pour arrondir la partie du milieu, puis la coudre au talon. (Figure g)
    Coudre la bande (attention de la mettre dans le bon sens!) (Figure h)
    Faire quatre petites encoches sur chaque côté du mocassin, ainsi que sur le dessus. (Figure h) Enfiler un lacet ou un ruban à travers ces encoches. Replier la bande. Ton mocassin est prêt à porter!

    faire ses mocassins ici  Nativetech  

     Voici une carte avec les différents mocassins suivant les Nations.

    Une méthode trouvée sur internet

    voir ici aussi ► indians mocassins 

     

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     
     

     

    Casse-tête (arme amérindienne en bois) Musée Canadien des civilisations 

    Pour ceux que cela intéresse ,voici un livre sur les armes employées par les Natives.

    ative American Weapons .
    by Colin F. Taylor
    University Of Oklahoma Press    2001  First ed.  

          

       


    Planche réalisée par Karl Bodmer.

    L'équipement offensif du guerrier autochtone se composait essentiellement d'un arc et de flèches ainsi que d'un gourdin.  Celui-ci était soit un casse-tête, pièce de bois sculptée d'un seul tenant, dont la tête, un peu courbée, comportait une boule, soit une hache de guerre faite d'une pierre solidement fixée au bout d'un manche de bois.  On se servait aussi de frondes et, plus rarement, de lances.  Le guerrier amérindien possédait également un attirail défensif, c'est-à-dire une armure, qui lui protégeait le devant et l'arrière du corps, de même que les jambes.  Elle était faite « de baguettes blanches, serrées l'une contre l'autre, tissées et entrelacées de cordelettes fort durement » 4.  La mobilité constituant l'atout majeur à la guerre, l'armure, à l'instar des canots d'écorce, se devait d'être légère.  Son usage était manifestement très répandu chez les Amérindiens partout en Amérique.  Un bouclier plus ou moins imposant, désigné souvent sous le terme de « rondache » , sans doute par affinité avec un petit bouclier rond, de ce nom, en usage en Europe au XVIe siècle, la complétait.

    Toutes ces pièces d'armement étaient surtout utiles pour les batailles en terrain découvert, mais elles servaient probablement aussi pendant les embuscades.  Les armures ainsi fabriquées étaient à l'épreuve des pointes de flèche en pierre, « mais non toutefois de [nos pointes en] fer »
    5, et certainement pas des balles.  L'usage croissant des armes à feu européennes entraînera leur disparition.  Cependant, les boucliers resteront en usage, durant le XVIIesiècle, parmi plusieurs nations amérindiennes, notamment les Hurons, les Iroquois, les Montagnais et les Algonquins.  Armures et boucliers pouvaient comporter des armoiries peintes.  Chez les Hurons, celles-ci indiquaient le village du porteur.  Par exemple, celles du village de Quieunonascaran représentaient un canot.

    Au dessus pipe tomahawk et en dessous bouclier  Sioux  sur  ► artindien.com

    Breastplate ( sur Buffalo2Buffalo )

    Lance de chef de guerre (Cheyenne du Nord, 1870)
     
     
    Couteau Blackfeet, avec étui (1870)

     

    Cliquez sur --> Site Weapons  d'ou proviennent quelque images ci dessous

    Arc et carquois  Lakota sur Art Work

     

    Le couteau vu sur   Stone Edge

    Cliquez sur  armes et armures Ou vous y verrez beaucoup d'armes différentes .

     Gunstock war club Pawnee ou Osage, (1860)

     


    3 commentaires
  •  

    sun dance

    Danse du soleil ou Sun dance

    La danse du soleil est une cérémonie pratiquée par un certain nombre de Nations Indiennes Nord Américaines ..Chaque tribu a ses propres rituels et méthodes distinctes pour exécuter la danse, mais plusieurs étapes des cérémonies ont des passages en commun, y compris la danse,  prier, chanter ,battre le tambour, l'expérience des visions , jeûner, et dans certains cas les perforation du thorax ou du dos. 

     Plus le notable pour de premiers observateurs occidentaux était la perforation que beaucoup de jeunes hommes supportent en tant qu'élément du rituel. Frederick Schwatka a écrit au cours d'une danse du soleil chez les Sioux dont il était témoin vers la fin de 1800s:

    Chacun des jeunes hommes s'est présenté à un homme médecine qui a pris entre son pouce et l'index un pli de la peau  mole du sein et  puis pris un couteau très étroit-à lames mais pointu pour perforer dans la partie plus grosse de la peau , puis l'os, de la taille du crayon d'un charpentier a été inséré. Ceci a été attaché à une longue corde de peau attachée, à son autre extrémité, au haut le soleil-poteau au centre de l'arène. Le but du passionné est de se libérer lâchement de ces chaînes. Pour se libérer il doit déchirer les broches par la peau, un horrible supplice qui même avec le plus "résolu" peut avoir besoin de beaucoup d'heures de torture.

    Une explication commune, dans le contexte avec l'intention du danseur, est qu'une chaire offerte, ou percée, est donnée en tant qu'élément de la prière et de l'offre pour l'amélioration de la famille et de la communauté à un. Les aînés dans la communauté qui mènent la danse du soleil sont les meilleurs pour expliquer ce que ces prière et moyens  offrent exactement, et un observateur extérieur ne voit seulement que la partie physique de la danse du soleil.

    Bien que seulement les danses du soleil de quelques nations incluent les perforations, le gouvernement canadien a proscrit certaines des pratiques de la danse du soleil en 1880, et le gouvernement des Etats-Unis a suivi le mouvement en 1904.

    Cette cérémonie sacrée est maintenant encore entièrement légale (depuis la présidence de Jimmy Carter aux Etats-Unis) et est toujours pratiquée aux USA et au Canada. On permet maintenant à  des femmes de danser mais de ne pas  percer leur peau pendant que les hommes sont, dans les danses où ils pratiquent la perforation (certains ne la font pas du tout, tel que les Shoshoni au Wyoming). Un Sundancer doit promettre de danser pendant quatre années, pour les quatre directions de boussole. C'est une prière de grand dévouement pour la communauté et le peuple.

    J'ai essayé de remettre les mots en place sur ce texte qui vient de Wilkipédia  traduit.

    au dessus un croquis de G .Cathlin

    Engraving, 1886, showing Cree Indians performing a Sun (or Thirst) Dance
     
    Cree group at a Sundance Lodge - circa 1890  
     
    Cree group at a Sundance Lodge - circa 1890

     

    Vidéo ci dessous ► Edward Curtis Sundance Opening

     mise en ligne par   MakepeaceProductions

     

     


    votre commentaire

  • La terre des peaux rouges par SequenceDuNet

     

     

     


    1 commentaire
  • Carte des territoires indiens

    Encore une carte ou l'on voit nettement que la taille des territoires des Indiens d'Amérique ont été considérablement réduit a pas grand chose...

     

     


    votre commentaire
  • Tipi , Wigwam , Hogan,maison longue

     
    teepee3

    Le tipi est une tente conique,en peau ou vivaient les indiens des plaines

    Le territoire d'origine des Sioux se trouvaient dans les régions forestières des Grands Lacs, dans le Minnesota actuel. Comme les autres tribus de ces régions, ils habitaient alors dans des wigwams, structures de perches recouvertes d’écorces. Quand ils ont émigré vers les plaines - poussés par des tribus voisines plus agressives, les plaques d’écorces indispensables à leurs habitations étaient difficiles à trouver. L’écorce fut donc remplacée par des peaux de bêtes plus disponibles. Ce n’est qu’au début du 18 ème siècle avec l’acquisition des chevaux, que les Sioux ont adopté le mode de vie nomade des tribus des plaines. L’ancien nom Lakota pour le tipi était “tipestola” (vit dans une habitation pointue) qui donna “tipi” (ti pour habiter, pi; utilisé). Le i étant long, les anglais l’ont transcrit par "ee' pour en faire teepee ou tepee, tipi est cependant la véritable orthographe. Les Blackfoot l’appellent niitoyis et les Kiowa do-heen. Il existe 2 modes de montage pour installer un tipi. L’un repose sur 3 perches comme structure de départ, il est utilisé entre autre par les Assiniboine, Sioux, Cree, Cheyenne, Arapaho, Kiowa, Ojibway. Le second mode de construction se fait à partir de 4 perches et est utilisé par les Crow, Blackfoot, Comanche, Flathead, Nez Perce.

     

    Montage du tripode a partir duquel les autres perches seront installées  pour le tipi

    les longues perches posées en cercle étaient réunies au sommet , cette charpente soutenaient un revêtement de peaux de bisons ou d'élan cousues les unes aux autres .Des broches de bois fermaient la couture finale du montage.Il suffisait de retirer les broches, de laisser glisser l'enveloppe le long des mats et de la plier pour déménager.Dans la partie basse,une échancrure servait de passage.Au sommet une fente triangulaire encadrée par de grandes "oreilles d'aération," orientables suivant la direction du vent et soutenus par des gaules ,canalisait la fumée dégagée par le foyer central,l’empêchant ainsi de se rabattre a l'intérieur de la partie occupée

    Tipi , Wigwam , Hogan,maison longue

     

     Le Wigwam ,construits par les indiens  semi nomades des forets:

    là aussi des longues perches ; elles étaient disposées en arceau ,de plans circulaires ou allongé et pouvaient abriter de 10 à 20 personnes.  sur lequel est fixé le recouvrement d'écorces de bouleau, ou de nattes de quenouille  ou de joncs. Les pièces d'écorce sont cousues ensemble à l'aide de racines d'épinette ou de sapin. Le sol est recouvert de branches de sapin ou d'épinette afin de le rendre confortable et isolant. Les wigwans sont généralement décorés de motifs représentant des oiseaux, des orignaux, des castors, des loutres, etc. L'hiver, il est recouvert de peaux d'animaux .La femme est responsable de monter et démonter le wigwam. Les perches ne sont pas transportées et restent sur place. L'écorce est transporté enroulé sur la branche sur laquelle elle est attachée.

    Une vérité

    La vie dans un tipi est bien meilleure. Il est toujours propre, chaud en hiver, frais en été, et facile à déplacer. L'homme blanc construit une grande maison, qui coûte beaucoup d'argent, ressemble à une grande cage, ne laisse pas entrer le soleil, et ne peut être déplacée; elle est toujours malsaine. Les Indiens et les animaux savent mieux vivre que l'homme blanc. Personne ne peut être en bonne santé sans avoir en permanence de l'air frais, du soleil, de la bonne eau. Si le Grand Esprit avait voulu que les hommes restassent à un endroit, il aurait fait le monde immobile; mais il a fait qu'il change toujours, afin que les oiseaux et les animaux puissent se déplacer et trouver toujours de l'herbe verte et des baies mures. L'homme blanc n'obéit pas au Grand Esprit. C'est pourquoi nous ne pouvons être d'accord avec lui ."

    Flying Hawk 

    chef Sioux du clan des Oglalas

    tipis Shoshoni

    Tipi , Wigwam , Hogan,maison longue

     
     
    Différentes décorations rencontrées sur les tipis .

    Tipi , Wigwam , Hogan,maison longue

    décoration Kiowa

      Le Hogan Navajo

    Le hogan "femelle" constitue le logement de la famille : il a une forme circulaire d'environ huit mètres de circonférence avec une seule porte orientée à l'est. Il a une structure en bois (des branches de genévrier ou de cèdre de 10 à 15 cm de diamètre) colmatée et recouverte de terre qui constitue une bonne isolation contre le froid comme contre la chaleur. L'espace intérieur est sans séparation avec un orifice central qui sert de cheminée : la partie occidentale, en face de l'entrée, est la place d'honneur, réservée au matriarche ou patriarche de la famille, alors que la partie droite, au sud, est attribuée aux hommes et la partie nord, à gauche de l'entrée est traditionnellement occupée par les femmes et les enfants. Toutes les activités ont lieu dans le hogan: la cuisine, le tissage, les repas, les échanges sociaux... On s'y tient assis mais la partie centrale permet à un homme de se tenir debout. Le sol est en terre battue parfois recouvert partiellement de branchettes séchées et l'ameublement est sommaire : une banquette en terre occupe la base des murs où le sol est parfois creusé de 30 cm, elle est recouverte de couvertures et de peaux de moutons qui servaient aussi pour fermer l'entrée.(Wikipédia ) 

    Intérieur d'un Hogan

    Cette photo vient du site d'une amie Navajo 

    Un petite aperçu  de ce que cela donne en hiver ,et bien des gens qui ont tout le confort se plaignent d'avoir froid chez eux !!!! c'est le monde à l'envers

    Types of Hogans

    longhouse

    Maison longue des Iroquois

    Il s'agit d'une maison de forme allongée construite en bois. Sa longueur est de l'ordre de vingt à trente mètres de longueur, parfois jusqu'à cent mètres, tandis que sa largeur est généralement de cinq à sept mètres. La maison comporte généralement une porte d'entrée située dans l'axe principal. À l'intérieur de la maison se trouvent deux séries d'alcôves disposées de part et d'autre de cet axe longitudinal. Chaque alcôve est équipée d'un foyer. Un totem est parfois placé devant la maison. Les maisons longues étaient regroupées pour former un village.

    Lors de leur   expédition , Meriwether Lewis   et William Clark décrivent en 1805 une maison longue abritant jusqu'à cinq cents personnes et formant un village à elle toute seule, dans la vallée de la Columbia[1].

    La première description écrite des maisons longues des Iroquois a été faite par Samuel de Champlain en 1616]. Certaines de ces maisons longues pouvaient loger jusqu'à dix familles différentes, voire plus, réparties dans plusieurs compartiments.

    natives habitations

    Et puis cette image rassemble les différents types d'habitations des Premières Nations.
     
    Houses of the Powhatan Indians   un village Powhatan  
     

    Tipi , Wigwam , Hogan,maison longue

     
     
     

    3 commentaires
  • map
     

    voila des cartes de l'emplacement des nations Amérindiennes.Ils existent de nombreuses cartes détaillées que j'essayerais de vous faire découvrir. (certaines se ressemblent )

     

     

     
    sur ce lien une carte certainement très précise
     
     
     
     

    3 commentaires
  •  

    Le mot "Apache" vient du mot pour Yuma " la lutte contre les hommes "
     
    Géronimo (jur-ahn'-i-moh), ou Goyathlay

     

    Il est devenu le plus célèbre de tous les Apache. Pour eux ,Geronimo incarnait l'essence même des valeurs Apache, agressivité, le courage face à la difficulté.L'un des moments le plus crucial dans la vie de Geronimo était en 1858 quand il est rentré d'une excursion pour commerce au Mexique. Il a trouvé sa femme, sa mère et ses trois jeunes enfants assassinés par les troupes espagnoles en provenance du Mexique.  Cela lui aurait causé une telle haine des Blancs qu'il a juré de les tuer autant qu'il le pouvait.  De ce jour-là, il a pris toutes les occasions possibles pour terroriser les établissements mexicains et peu de temps après cet incident, il a reçu son pouvoir, qui est venue à lui dans des visions.  Geronimo n'a jamais été un chef, mais un homme médecine .
     

     

     
    1886 Géronimo et quelques guerriers .

     

    Geronimo était le chef des derniers Indiens d'Amérique officiellement forcé de capituler devant les États-Unis.
      
    Géronimo et ses hommes construisaient souvent des huttes de branchages circulaires appelés wickups.En cas de retraite rapide les Apaches y mettaient le feu.En 1885 Geronimo et environ 150 Apaches Chiricahuas et Warm Springs s’échappèrent de la réserve de San Carlos et poussèrent jusqu’à la Sierra Madre , au Mexique et sur ce terrain escarpé, aux ravins apparemment infranchissables,ils évitèrent leurs capture jusqu'en septembre 1886

     

    Nous sommes en train de disparaître de la surface de la terre, mais je continue à croire qu'il doit y avoir une bonne raison pour que Yoséné nous ait créés. Il a donné vie à toute une variété d'espèces d'hommes. Ainsi, pour chaque espèce créée, Il désigna un pays particulier. Lorsque Yoséné créa les Apaches, Il leur donna un pays qui se situe a l'ouest. Pour la nourriture, Il leur remit des graines, des fruits et du gibier. Afin de soigner les différentes maladies, Il leur enseigna où trouver ces plantes médicinales. Puis Il leur enseigna où trouver ces plantes et comment les préparer. Il leur accorda un climat doux et tout ce dont ils avaient besoin pour se vêtir et s'abriter...Cela eut lieu au tout début de la création : car Yoséné créa simultanément le peuple apache et son pays. Et quand viendra le jour où les Apaches seront séparés de leur terre, ils tomberont malades et mourront. Combien de temps s'écoulera-t-il pour que l'on dise qu'il n'y a plus d'Apaches?"
     
     
     
     
     
     
     sur cette dernière photo ,ces Apaches dont fait parti Géronimo mais aussi Natchez sont prisonniers et déportés
     
    Cliquez sur le site officiel de  Lipan Apache Tribe 
     
    Cliquez  sur ce site ► The Mescaléro Apache Tribe 
     
    Cliquez sur ce site  White Mountain Apache Tribe 
     
     

     

     

     


    3 commentaires
  • Le  canoë également appelé canot au Canada, est un type d'embarcation légère mue à la pagaie simple, dédiée à la navigation sur les rivières et les lacs. Construit à l'origine par des peuples Nord Amérindiens
     
     
     Les canoës servaient a pêcher , se rendre d'un territoire de chasse a l'autre,transporter des marchandises et aussi a la guerre. Des pagaies aux bords aiguisés étaient parfois utilisées lors des affrontements de canoë a canoë.
    Ces embarcations étaient faite de troncs d'arbres immenses ,dont l'intérieur était brûlé a l'aide de tisons enflammés,( la mise a l'eau de ce genre de canoë taillé dans un seul tronc nécessitait une dizaine d'hommes),de roseaux tressés ou de structures en bois recouvertes d'écorce de bouleau, collée a l'aide de gomme d'épicéa chauffée.Si les canoës convenaient mieux pour les eaux calmes,les embarcations munies d'une proue et d'une poupe relevées résistaient davantage a la force des vagues en mer.Dans le Nord Ouest ,les ornements de la proue des canoës de cérémonies reflétaient l'importance de la famille.Les Chumashs de Californie naviguaient sur des barques en planches de pin;les Inuits (Esquimaux) construisaient de légers kayaks a une ou deux places, en peaux huilées et tendues sur une
    structure de bois flotté,ils traquaient les mammifères marins a l'aide de leurs rapides et silencieux kayaks  
    pleins de renseignements sur les canoës ici --> TRADITION  
     
      The manner of making their boates by Theodor de Bry after a John White watercolor. Native Americans  
     
    The manner of making their boates by Theodor de Bry after a John White watercolor. Native Americans make a dugout canoe with seashell scrapers 1590 La manière de faire leurs Barques par Théodore de Bry d'après une aquarelle John White. Amérindiens font une pirogue avec racleurs de coquillage 1590 .
     

    cette photo vient de--> Native skills buffalo un site ou il y a pas mal de motifs

     Solitary Hunter ( chasseur solitaire ) peinture réalisée par Z.S. Liang 

    Image hébérgée par hiboox.com

    " The Bark Cutters " par Robert Griffing

    mohawks
     
    " AGILE BARK CANOE " de John Buxton
     
    Paul Kane died in 1871   pêche nocturne en canoës  et torches of Paul Kane died in 1871 Ceci est une reproduction photographique fidèle d'une œuvre d'art originale en deux dimensions   Institut Jayhawk -->  Côte nord-ouest Canots   
    une page intéressante avec ses vidéos ici -->  Project Canoe   
     
    canoë   voilà des formes de canoës suivant les différents Peuples Autochtones et régions    histoire et construire un canoë sur ce site thomassondesign       
     

    Les canoës

    Aleut bidara (a skin covered boat) design plan Alaska Peninsula, Alaska in engraving made 1807

    Les canoës

     L’écorce de bouleau, lisse, dure, légère, résistante et imperméable, est la matière idéale pour la fabrication du canot. Comparativement à l’écorce d’autres arbres, celle du bouleau constitue une matière supérieure, puisqu’elle s’enroule autour du tronc plutôt que de le parcourir sur la longueur, ce qui fait en sorte qu’elle est plus malléable. Le bouleau se trouve presque partout au Canada, sauf à certains endroits, comme à l’ouest des Rocheuses, dans la région subarctique, où l’on utilisait de l’écorce d’épinette ou de cèdre, faute de bouleaux. Le savoir-faire des fabricants de canots d’écorce se passe alors de génération en génération. La structure du canot est généralement en bois de cèdre, que l’on fait d’abord tremper dans l’eau pour le modeler afin de former un canot. Les joints sont faits à partir de racines de pin blanc ou d’épinette, qui sont cueillies, fendues et bouillies par les femmes. Les joints sont ensuite imperméabilisés grâce à de la résine d’épinette ou de pin chaude, qu’on applique à l’aide d’un bâton. Pendant le voyage, les rameurs doivent appliquer de la résine presque tous les jours pour garantir l’imperméabilité du canot. Des couleurs, des dessins ou encore des insignes d’entreprises sont souvent peints sur la proue des canots. La forme et la grandeur des canots dépendent de l’utilisation qu’on en fera et des coutumes du fabricant.

    du site  HISTORICA CANADA

     

     

     


    1 commentaire
  •  
     

     

     un superbe site mais en anglais , cliquez sur Wounded Knee
    moment d'histoire d'un massacre inutile,le 29 décembre 1890
    Dans le Dakota du Sud, près de 400 indiens sioux, principalement des femmes et des enfants, sont exterminés par les troupes nord-américaines. Le massacre de Wounded Knee met un terme aux guerres indiennes qui sévissent en Amérique du Nord depuis le début de la colonisation blanche au XVIIème siècle. La photo du dessus a été prise apres le massacre ,il s'agit du chef Big Foot dont le corps a gelé sur place .Big Foot était un chef Amérindien de la tribu des Sioux Minicoujous.Et un diaporama de 
    Guy Loup 
    sur l'histoire de Wounded Knee.

     

     

     


    1 commentaire
  • La photographie prise par Canning en 1911, intitulée « Tué par des Gens du Sang », présente une interprétation stéréotypée du guerrier indien . Trois Gens du Sang y figurent, debout devant le corps étendu d'un acteur qui semble jouer le rôle de l'homme blanc mort, le corps transpercé de flèches. Cette image en dit plus long sur la société blanche et ses attitudes à l'égard des Autochtones que sur les réalités de la vie dans la réserve des Gens du Sang j'ai trouvé cette photo intéressante a publier ,car en effet on y voit bien dans cette prise de vue ce pourquoi on voulait faire passer les autochtones a l'époque J'espère que la propriétaire du site me pardonnera cette copie si elle visite mon blog un jour

     

     


    votre commentaire
  •  
    Tout ce que fait un indien, il le fait dans un cercle

    Il en est ainsi parce que le pouvoir de l'univers opère toujours en cercles et que toute chose tend à être ronde. Dans les temps anciens, lorsque nous étions un peuple heureux et fort, notre pouvoir nous venait du cercle sacré de la nation, et tant qu'il ne fut pas brisé, notre peuple a prospéré. Tout ce que fait le pouvoir de l'univers se fait dans un cercle. Le ciel est rond et j'ai entendu dire que la terre est ronde comme une balle et que toutes les étoiles le sont aussi. Le vent, dans sa plus grande puissance, tourbillonne. Les oiseaux font leur nid en rond, car leur religion est la même que la nôtre. Le soleil s'élève et redescend dans un cercle. La lune fait de même, et ils sont ronds l'un et l'autre. Même les saisons, dans leur changement, forment un grand cercle et reviennent toujours où elles étaient. La vie d'un homme est un cercle d'enfance à enfance, et ainsi en est-il de toute chose où le pouvoir se meut. Aussi nos tentes étaient rondes comme les nids des oiseaux et toujours disposées en cercle, le cercle de la nation, nid fait de nombreux nids où nous couvions nos enfants selon la volonté du Grand Esprit.
     
    BLACK ELK ... ELAN NOIR (1863)
     
     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique