• Cliquez sur le  petit rectangle avec la flèche  dans la vidéo pour mettre en grand écran

    [fichier]

    @@@500@@@350[/fichier]

    Un vieux chaman raconte une légende indienne à trois jeunes enfants.
    Il y a très longtemps,
    Les êtres vivants avaient un gros problème car le ciel était trop bas. Les oiseaux
    ne pouvaient pas voler et les hommes se tenaient courbés. Un jour, les enfants encore petits
    décidèrent de changer les choses et tentèrent de soulever le ciel à l’aide de bâtons...

     


    2 commentaires
  • Merci  Fishman pour cette abalone

     

     


    2 commentaires
  •  


    votre commentaire
  • Fishman (ne travaille plus dans le camp) et Jon en plein boulot , Damien surveille....

    La coupe du bois pour alimenter les feux des tipis lors des nuits fraîches....et je peux vous dire aussi que l'intérieur d'un tipi éclairé la nuit par un feu c'est magique .

     

     


    1 commentaire
  •  
     

    Voila on monte a cru sous la surveillance d' Agnès ( elle aussi ne fait plus partie du camp ) ....son cheval s'appelle Upper

     

     


    votre commentaire
  •  
     
    Photo du site --> Navajo People
     

    Les peintures de sables des Navajos :
    La peinture de sable se dit iikaah en Navajo et signifie « l'endroit où les dieux vont et viennent ». Elle consiste à tracer des signes avec du sable naturel coloré pendant une cérémonie rituelle de guérison conduite par le hataalii (« homme médecine »). Les motifs, abstraits ou figuratifs sont composés de minéraux finement broyés et répartis sur un lit de sable blanc. Dans un cadre délimité par un arc-en-ciel sont représentés les dieux, les plantes, les astres, les animaux, la pluie, l'éclair, etc. La scénographie est rigoureusement codifiée et les couleurs doivent être utilisées dans un ordre précis. Le sort du malade repose en partie sur la qualité d'exécution de la peinture de sable, qui est détruite à la fin de la cérémonie : le sable étant éparpillé aux quatre vents.

    Navajo painters


     Le Peuple Ciel        Navajo

    Voie du projectile 


    1 commentaire
  • Mistahimaskwa ou Big Bear Gros Ours )

     est un chef Cri né dans le Nord Ouest Canadien vers1825 .Il est surtout connu pour avoir mené la résistance des Amérindiens des plaines  face au gouvernement Canadien  pendant la seconde moitié du xix siècle. C'est pendant cette période que le gouvernement canadien commence à négocier une série de traités de restitution des terres aux indiens. Big Bear, l'un des négociateurs du Traité 6, refuse de signer, décriant le traité comme injuste et biaisé en faveur des colons canadiens. Il fait alors campagne contre les divers traités auprès des tribus indiennes de la région, essayant de conclure des alliances avec elles: de cette manière, toutes les tribus créant par le biais des traités des réserves contiguës les unes aux autres, on se trouverait en présence d'une nation indienne en plein cœur du Canada. Lorsque le gouvernement apprend ce plan, il le rejette fermement, quand bien même les traités autorisent les indiens à s'installer là où ils le souhaitent. Pour renforcer son réseau d'alliances, Big Bear va même jusqu'à s'associer avec ses vieux rivaux, les Pieds-Noirs (Blackfoot) du chef Crowfoot.

    En dépit de ses efforts, le Traité 6 est signé et, avec l'épuisement des troupeau de bisons, les Cris sont décimés par la famine en moins de dix ans. L'assistance gouvernementale canadienne est minimale. Lorsque les Métis de Louis Riel et Gabriel Dumont déclenchent la Rébellion du Nord-Ouest en 1885, Big Bear et ses guerriers sont sévèrement punis en dépit d'une implication minimale. Les troupes envoyées pour prendre Batoche sont également utilisées pour réprimer les Cris, ( Wikipédia )

    Mistahimaskwa se rend à Fort Carlton, le 2 juillet. Il est traduit en justice à Regina, le 11 septembre. Après avoir délibéré pendant quinze minutes, le jury l'a déclaré coupable de trahison, crime, et il est condamné à trois ans au pénitencier de Stony Mountain.Libéré en février 1887 en raison de sa mauvaise santé, Mistahimaskwa retourne sur la réserve de Poundmaker, où il  décède le 17 janvier 1888

     

     


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires