• Marche de la réconciliation

    cliquez ici ► reconciliation Canada ca 

    Joignez-vous à des dizaines de milliers de Vancouvérois à l’occasion de cette deuxième marche de la réconciliation. En 2013, plus de 70 000 personnes de tous âges, nations, habiletés, communautés et croyances ont marché ensemble. Idée personnelle et inspirante du chef et Dr Robert Joseph, O.B.C., la marche a été conçue à l’origine comme un outil de guérison chez les peuples autochtones, ainsi que pour tous les Canadiens, dans le cadre des séquelles des pensionnats indiens.

    Comme dernier événement de Canada150+, Réconciliation Canada en partenariat avec la ville de Vancouver, sera l’hôte de la marche de la réconciliation le 24 septembre 2017. La marche de la réconciliation et l’Expo seront un événement diversifié et mémorable d’une journée en vue d’inspirer et de susciter l’engagement et l’action envers la réconciliation au Canada. Après la marche, nous tiendrons l’Exposition sur la réconciliation au parc Strathcona, un événement multiculturel, inclusif et inspirant mettant en vedette des prestations musicales, des kiosques communautaires, des expositions éducatives, des démonstrations culturelles, des artisans, des camions de cuisine de rue et une allocution principale.

    Tout en marchant le long du parcours de 2 km, vous aurez l’occasion de vous familiariser directement avec le pouvoir guérisseur et transformationnel de 'Namwayut — Nous ne faisons qu’un, qui guidera notre cheminement ensemble.

    L’Exposition sur la réconciliation aura lieu de 10 h à 15 h.

     

    Détails généraux

    • Date: 24 septembre 2017
    • Heure: 9 h 30 - 15 h
    • Lieu: La marche débutera à la Queen Elizabeth Plaza, à l’angle de West Georgia et Cambie, et passera par le viaduc Georgia, pour se terminer au parc Strathcona, soit une distance de 2 km.
    • Adresse: à l’intersection de Cambie et de Georgia Streets dans le centre-ville de Vancouver, CB.

    page facebook ► facebook.com/events

     

     


    votre commentaire
  • Festival Ciné Alter'Natif

    du 5 au 14 Octobre

    Depuis 2009, le Festival Ciné Alter’Natif, événement unique en Europe, propose des films et des documentaires uniquement réalisés/produits par des Amérindiens. Véritable rendez-vous du cinéma amérindien, le Festival Ciné Alter’Natif est dédié à l’expression artistique autochtone contemporaine.

    la suite ici pour la programmation sur le site de  ► De la plume à l'écran

     

     


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  • solidarité avec Standing Rock 

     

     


    votre commentaire
  • Chenoa Egawa & Alex Turtle

     


    votre commentaire
  •  Après Dignity dans le sud Dakota pour les Nations Lakota et Dakota voici une nouvelle sculpture créé pour la nation des Osages

    Osage Trail Legacy

     

    Les figures représentées dans la sculpture sont situées sur le côté nord de l'Interstate 44, à côté du centre des visiteurs de Cuba. Ce monument, le seul au Missouri à honorer la nation Osage, dépeint une famille Osage voyageant à l'ouest, hors du Missouri le long de la piste originale de l'Osage. Conduite à partir de leurs terres du Missouri par un soi-disant «traité» en 1825, cette famille symbolique met leurs espoirs à l'ouest. C'est la plus grande sculpture jamais consacrée à la nation Osage.

    L'histoire Osage Trail Legacy

    La statue a été créée par le sculpteur Glen Tutterrow. Aidé par son fils Curtis, les deux ont terminé quatre des cinq figures en acier du groupe, qui ont 35 pieds de haut, 20 pieds de large, et s'étendent sur 80 pieds de terrain. La hauteur du monument permettra de voir l'autoroute par le trafic en direction est et vers l'ouest. Une fonctionnalité d'eau est prévue, ainsi que l'éclairage pour que l'œuvre soit visible de nuit. Pour compléter la famille, un courage Osage sera le dernier chiffre à installer, quelque temps plus tard en 2017.

    (traduction google)

     

    fabrication du loup

    Osage Trail Legacy

     


    votre commentaire
  • Images intégrées 1

    Voici des noms Métis

    Photo reçue d'Ismene Toussaint

     

     


    votre commentaire
  • family of Crazy Horse

     

    arbre généalogique de Crazy Horse 

    cliquez sur l'image pour agrandir 

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     


    votre commentaire
  • Osceola

    OSCEOLA (1803-1838)

    Il est né en 1803, sur les bords de la Teppapoosa river dans la région des Creeks, à Talahassee dans l’Alabama. Sa mère, Polly Coppinger était la fille d'Ann McQueen, une métisse indienne Muskogee. De nombreuses sources indiquent que le père d'Osceola était le marchand anglais, William Powell, mais d’autres parlent d’un indien Creek qui mourut après la naissance d’Osceola et William Powell n’aurait fait qu'épouser la mère d’Osceola ensuite. L’enfant fut cependant longtemps appelé Billy Powell. Une autre source indique que le grand-père de son père était écossais. Osceola prétendait, lui, être un Muskogee de pure souche. Un test ADN, sur ce qui semblait être les cheveux d’Osceola, révèle cependant un métissage. Ce qui n'est qu'une contradiction apparente, car les Muskogees, comme de nombreux peuples indiens du sud-ouest se basent sur la lignée maternelle, pour l'appartenance au clan et au peuple. En 1814, Osceola et sa mère se déplacèrent en Floride avec d’autres Creeks. À l’âge adulte, il reçut le nomde Osceola qui est la forme anglicisée du mot creek Vsseyvholv (assiyahola), une combinaison de vsse, la boisson rituelle (« boisson noire ») et Yvholv, qui signifie le « chanteur » ou « celui qui crie. En 1832, quelques chefs Séminoles signèrent le traité de Payne's Landing par lequel ils acceptaient de céder leurs terres en Floride contre des terres à l’ouest de la rivière Mississippi. Cinq chefs importants, dont Micanopy des Séminoles Alachua, n’ont cependant pas signé ce traité. En représailles, l’agent détaché à la question indienne Wiley Thompson, déclara que ces chefs seraient déchus de leur position. Alors que les relations avec les Séminoles restants se détérioraient, Thompson interdit qu’il leur soit vendu des armes.
    Osceola vécut la scission de la tribu et insoumis, se réfugia dans les marais de Floride Osceola est donc un chef Indien Séminole qui, de son refuge des marécages de Floride combattit les américains lors de la deuxième guerre Séminole (de 1835 à 1838) Osceola conduisait une bande de guerriers (environ une centaine) pendant la résistance que son peuple mena contre les États-Unis qui tentaient de lui prendre ses terres. Il eut une grande influence sur Micanopy, le chef des Séminoles. (La seule ou une des seules entité qui ne se rendit jamais aux américains). Toutefois, désirant parlementer avec le général Jessup, il gagne Fort Moultrie (en Caroline du Nord) avec un drapeau blanc. Las, il fût bien dupé, et Osceola fût emprisonné. Peu avant de mourir de la malaria, il reçut dans son cachot la visite de Georges Catlin, scandalisé par cette détention.

    source Mato Sapa


    votre commentaire
  • On ne doit pas oublier qu'ils sont venus combattre en France  pour notre " Liberté "

     


    votre commentaire
  •  

     

    Le Festival de musique émergente (FME) est une rencontre annuelle où l'on laisse place à la musique émergente, c'est-à-dire à la musique de la relève. Le festival est présenté depuis 2003 à Rouyn-Noranda, au Québec, et ne cesse de gagner en popularité.

     

    A Tribe a called red le jeudi 31 août de 22h 15 à 23h 30 sur la scène extérieure Desjardins

    Makwa le vendredi le 1 septembre à partir de  13h30 à 20h 00 Parc Trémoy  gratuit 

    programmation  Makwa

     


    votre commentaire
  •  

    artisanat personnel

    et voilà avec le décor 

    voici un message reçu sur Facebook (en anglais) au sujet de mes plumes utilisées

    .( a word of warning...just be careful if you go to a pow wow...and try to sell that dreamcatcher......I see it's got some blue jay feathers...and ....legally,in the USA... you could get into trouble with the law, if they see that...Any wild bird feathers like that..........blue jay, crow, magpie, cardinal, etc.....are "illegal" to possess, and to sell.....especially the feathers of hawks, eagles, and all other birds of prey.. ( I see a kestrel feather there)..so be careful....that you have all the proper legal paperworks in hand when you display those artworks that have feathers at a pow wow...in case you get asked to show the permits needed.....It's a pretty big deal , they could fine you bigtime (500 dollars for each hawk feather.) and even arrest you on the spot.....

     

     


    2 commentaires
  • Les Miamis

    LES MIAMIS


    Leur nom est issu de l’Algonquin-chippewa Omaugeg signifiant « hommes de la péninsule ». Mais les Blancs les nommaient Twight Wees, de leur nom Twah twah. Semi nomades, agriculteurs et chasseurs de bisons ils parlaient algonquian. Venant du Wisconsin, leur première installation, ils occupèrent ensuite le Nord de L’Indiana et de l’Illinois. Ils constituaient des tribus plus ou moins autonomes. (Weas, Piankashows etc. ). Après le départ de leurs alliés français, ils suivirent les initiatives de Joseph Brandt, Tecumseh, et Little Turtle, lui-même Miami dans la résistance et la lutte contre la spoliation de leurs terres. Leurs descendants occupent une réserve dans l’Oklahoma avec les Peorias. Seulement 600 personnes étaient encore recensées en 1990.. (recherche de Robert Manenq)

    Les Miamis


    Crédit: Ohio Historical Society  

    En tant que chef de guerre de la nation de Miami, Michikinikwa (Little Turtle) a présidé la plus grande défaite jamais subie par les troupes américaines aux mains des Amérindiens. Le 3 novembre 1791, Michikinikwa et ses guerriers battirent le général Arthur St. Clair à Fort Recovery, tuant et blessant près de 900. En 1794, Little Turtle était une voix pour la paix et, en 1795, il rejoignit d'autres chefs indiens pour signer le Traité De Greenville.

     

     


    votre commentaire
  • 2ème série d'anciennes photos

     

     

     

    voir la galerie anciennes photos

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires