• Du site A.V.A.Q

    Association des Vétérans Autochtones du Québec

    Les Pow Wow sont sacrés et ancrés profondément dans les traditions des Premières Nations, et régi par de nombreux protocoles. Le respect de ces traditions et de ces protocoles requièrent une compréhension de base, mais il est aisé, même à un novice, d’éviter de faire des erreurs qui pourraient être irrespectueuses. Malgré le fait que les Pow Wow soient des célébrations de cérémonies qui ont des racines profondes dans la culture autochtone, un Pow Wow est aussi une célébration vivante de la culture.

    suite ici ► NAVAQC

     

     


    votre commentaire
  • Ornans reporte son Pow Wow à 2018

    photo de F.L  COPYRIGHT

    Le rassemblement d'Amérindiens "Danse avec la Loue" devait avoir lieu en juin  2017. Pour des questions d'organisation, de sécurité et de calendrier, l’événement est reporté. 

    suite ici ► france3 regions france tv info fr bourgogne franche-comte doubs


    votre commentaire
  • Cher Supporter, 

    Notre combat contre le pipeline Dakota Access est pas terminée. Oil n'a pas encore commencé à couler, de nouvelles informations ont émergé, et il est pas trop tard pour arrêter la trajectoire du pipeline à travers nos terres sacrées. Comme notre combat se déplace devant les tribunaux de droit et de l'opinion publique, nous avons reconsacré nos ressources à l'arène juridique et strictement ciblée, no-holds-barred campagne médiatique.

    Nous avons commencé la production sur une série d'annonces visant à maintenir la pression sur le pouvoir de faire la bonne chose et d'arrêter DAPL par tous les moyens juridiques disponibles. Nous sommes heureux d'annoncer l'achèvement de la première de ces spots puissants! Jetez un oeil et s'il vous plaît le partager avec votre réseau.

    Maintenant plus que jamais, nous devons rester fermes dans notre esprit de résistance. Nous devons continuer à faire pression sur nos élus d'insister sur un examen environnemental complet et équitable, et l'application régulière de la loi. Notre équipe Lakota Law Project populaire ne renoncera pas à la bataille pour protéger notre eau, et nous avons identifié le chemin de la victoire.

    Notre place a fait ses débuts à la télévision lors de nouvelles émissions pour ce matin à Washington, DC, et de notre mars le vendredi mettra le point d'exclamation sur son message. S'il vous plaît joindre à nous pour garder les yeux du monde sur Standing Rock. Cette lutte reste le vrai, en temps opportun intersection de la justice environnementale et la préservation de nos droits inhérents. Nous prévoyons de l'emporter.

    Pilamaya! (Je vous remercie)

    Chase fer Yeux
    Law Project de Lakota de conseil principal

    PS: S'il vous plaît aider à partager notre message aussi largement que possible, et de garder l'œil du public fermement axée sur notre stand importante. Le mouvement #NoDAPL est pas fini, et nous ne prévoyons concéder ce combat. Notre coalition doit rester forte et active, et en tant qu'individus, nous devons rester vigilants.

    Projet de Loi de Lakota
    Un projet du Romero Institute
    740 , rue Front Suite 265 Santa Cruz, Ca
    info@lakotalaw.org - (831) 459-6135

    ce message à été traduit par internet .

     


    4 commentaires
  • je suis abonné à la Newsletter de LAKOTA  PEOPLE'S et je vous partage cette information que j'ai fait traduire en Français et le texte n'est peut être pas tout à fait juste , mais assez compréhensible pour agir vous aussi .
     

    Lakota People's


     

    Cher Supporter, 

    Salutations de Standing Rock. Nos craintes sont devenues réalité ce matin lorsque le président Trump a signé un décret pour relancer et accélérer la construction du pipeline Dakota Access. La bonne nouvelle est que nous avons encore le pouvoir de résister à Trump. Il ne peut empêcher une déclaration d'impact environnemental du Corps d'ingénieurs de l'Armée de terre qui a le potentiel d'arrêter le pipeline. La déclaration est ouverte aux commentaires du public, et nous facilitons l'ajout de votre voix. 

    S'il vous plaît cliquez sur pour dire au Corps de génie de l'armée d'arrêter DAPL avant qu'il  n'endommage les terres sacrées et  l'eau. N'hésitez pas à personnaliser le commentaire par défaut et à ajouter vos propres mots de pouvoir et de résistance! 

    cliquez ici  dapl-Action

    Maintenant, plus que jamais, nous devons nous tenir debout et nous battre. Plus de 1000 protecteurs d'eau dédiés restent campé, résistant au «serpent noir» au milieu des températures de congélation. Nous nous sommes engagés à rester jusqu'à ce que nous gagnons ce combat. Notre équipe du projet Lakota People's Law est en train de former le terrain, d'organiser les approvisionnements et de rendre compte aux médias. 

    C'est la première salve de l'administration Trump dans son plan d'attaque sur notre planète. Créons un rempart inamovible contre son assaut. C'est le temps de faire ou de mourir dans la lutte DAPL, et c'est à nous tous d'inspirer l'action juste de l'Armée de Corps d'Ingénieurs. Faites-leur savoir ce que vous pensez aujourd'hui! Restez à l'écoute et nous vous fournirons des mises à jour et des mesures urgentes que vous pouvez prendre dans les prochains jours.

    Pilamaya! (Je vous remercie)

    Chase Iron Eyes
    Dakotas Avocat pour le projet Lakota People's Law

     

    PS Chief Sitting Bull a déclaré: " Comme les doigts individuels, nous pouvons facilement être brisé, mais tous ensemble nous faisons un poing puissant. "Agissons ensemble pour arrêter DAPL aujourd'hui.

    Lakota People's

     

    Lakota People's Law Project
    Un projet de l'Institut Romero
    740 Front St. Suite 265 Santa Cruz, Ca
    info@lakotalaw.org - (831) 459-6135

     


    votre commentaire

  • © rinf.com

    18 JANVIER 2017 : LE PRÉSIDENT OBAMA REJETTE LA DEMANDE DE GRÂCE DE LEONARD PELTIER1

     PAR CHRISTINE PRAT,  CSIA-NITASSINAN, GROUPE DE SOUTIEN À LEONARD PELTIER EN FRANCE

    Le 20 janvier 2017 - Mercredi 18 janvier 2017, nous avons été atterrés d’apprendre que Barak Obama avait rejeté la demande de grâce de Leonard Peltier. Compte-tenu de son état de santé, cela équivaut à une condamnation à mort, peine à laquelle Leonard Peltier n’a jamais été condamné. Lorsque l’interview ci-dessous a eu lieu (voir lien), l’avocat de Leonard ne savait pas encore que la demande était officiellement rejetée, seulement que le nom de Leonard Peltier ne figurait pas sur la liste des prisonniers graciés. La terrible confirmation est venue un peu plus tard.

    Au cours de ses deux mandats, Barak Obama a gracié 207 prisonniers, dont deux prisonniers « politiques » : Chelsea Manning et Oscar Lopez-Rivera. Selon certains commentateurs, Chelsea Manning a bénéficié du fait qu’elle avait plaidé « coupable » (aux États-Unis, les gens qui plaident coupable d’emblée obtiennent souvent une peine beaucoup plus légère que ceux qui clament leur innocence mais sont condamnés), et qu'elle avait « regretté » ses actes devant le tribunal. Oscar Lopez-Rivera, qui a 74 ans et a passé la plus grande partie de sa vie en prison, avait été arrêté et condamné en tant que membre d’un mouvement pour l’indépendance de Porto Rico, lequel avait commis des actions violentes au début de son existence et avait été considéré comme « terroriste ». Oscar Lopez-Rivera avait été condamné comme membre du mouvement, sans être accusé de crime personnel. C’est évidemment la même situation que celle de Leonard Peltier, qui a été condamné pour le meurtre de deux agents du FBI, mais dont il a été prouvé par la suite qu’il ne pouvait pas être le tireur. Cependant, les autorités ont refusé de réviser son procès sous le vague prétexte qu'il était « complice de l'un ou l'autre des siens ». Mais le procès de Leonard n’ayant jamais été révisé, il est toujours condamné pour deux meurtres d’agents du FBI, même si tout le monde sait qu’il n’était pas le tireur.

    Dans une vidéo, Martin Garbus a rappelé que grâce à son passage sur Democracy NOW !, un procureur et un ancien agent du FBI se sont décidés, après 40 ans, a écrire toute la vérité et à demander la grâce de Leonard Peltier, dans deux lettres transmises à M. Obama.

    Et mardi 17, une lettre du Vatican demandant la grâce de Leonard est parvenue à la Maison Blanche.

    M. Obama termine donc sa carrière « en brisant l’espoir d’un geste de réconciliation avec les peuples amérindiens en libérant Leonard Peltier », comme le souligne Lenny Foster (Diné/Navajo), conseiller spirituel de Leonard Peltier.

    Christine Pratmembre du Conseil d’Administration du CSIA-Nitassinan, Groupe de soutien à Leonard Peltier en France, affilié au International Leonard Peltier Defense Commitee aux États-Unis)

    Article et vidéo : http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=3909

    NOTE

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), ce membre des Nations lakota-sioux, anishinabée et chippewa, d'ascendance métisse canadienne française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), dans le réveil de la fierté autochtone et des revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

     

    © Christine Prat, CSIA-Nitassinan

     

    cette info a déjà été envoyé aux inscrits à la newsletter et republier ici pour informer tout ceux qui soutiennent Léonard Peltier

     


    votre commentaire
  • Mon blog c'est axé pour le moment sur la lutte des Sioux et de toutes les autres Nations qui se sont joint au mouvement dans le Dakota du Nord .

    Il est important de le savoir et de partager ces infos. Nos amis de cœur ,se battent actuellement pour préserver " l'eau " des rivières qui traversent leurs territoires. Mais c'est notre problème à tous  " l'eau c'est la vie ". La pollution redoutée avec ces pipelines est réelle comme cela s'est déjà produit.

    soutenons les.....parlez en autour de vous, il y a aussi une pétition en ligne à signer.

     

    texte pris sur la page de Radio Kili et traduit en ligne mais compréhensible quand même

    Bon après-midi Oyate

    Le traitement des manifestants par les autorités est jamais plus clair alors ce.

    Je sais que les protecteurs de l'eau ne seront pas acquittés et recevront la plus dure peine prévues par la loi. Lorsque les cas va au tribunal, après tous les témoignages, la preuve est présentée.

    Le jury ne sera pas délibérément 6 heures pour arriver à un verdict, le jury prendra probablement moins d'une heure pour trouver les protecteurs de l'eau coupable.

    Continuez à prier, partager les nouvelles parce que le côté des protecteurs de l'eau ne sera pas racontée par tous les médias.

    Je vous rajoute cette vidéo ou l'on voit le camps de protestations attaqué par la police et les militaires et y constater les exactions de ceux ci sur des manifestants pacifiques.

    c'est incroyable et une honte pour un tel pays  .

     


    votre commentaire
  • Suite de l'article (en Français )

     


    votre commentaire
  • Pipeline dans le Dakota

    L'eau c'est la vie..

    suite à la construction de pipeline dans le Dakota mettant en péril l 'approvisionnement en eau dans les réserves Amérindiennes 

    Une pétition à été mise en ligne que je vous demande de signer en soutient 

     petitions.whitehouse.gov

     Les Sioux s'opposent à cette  construction et de nombreuses autres Nations les ont rejoint dans la lutte.

     

     

    Des centaines d'Amérindiens ont manifesté pour que les autorités bloquent la construction d'un pipeline pétrolier près de leur réserve de Standing Rock.
    Les Amérindiens de Standing Rock, dans le Dakota du Nord (Etats-Unis), sont prêts à en découdre pour protéger leur réserve. Ils se battent contre la construction d'un oléoduc de 3,8 milliards de dollars qui passe sur leur territoire. "Cela va porter préjudice à mon peuple, mais cela va aussi polluer l'eau de la rivière Missouri, qui est une des plus propres et sûres des Etats-Unis", explique le président de cette réserve sioux, David Archambault II, cité par The Huffington Post (en anglais). En outre, l'oléoduc traverse des sites sacrés pour les Amérindiens.

    La contestation est croissante depuis quelques jours et a rassemblé des centaines de manifestants. Les habitants de la réserve veulent que les autorités bloquent la construction de ce pipeline. Ce dernier devrait acheminer l'équivalent de 500 000 barils de brut par jour du Dakota du Nord à l'Illinois.

     voici la liste des Nations qui ont rejoint la lutte

    standing-rock-river-of-support

     

    la  police est obligée de reculer  .... hoka hey 

     

    le service de sécurité de la société de construction des pipelines intervient avec des chiens d'attaques et des gaz au poivre contre des femmes ,les enfants et même contre les chevaux... c'est un scandale

     


    2 commentaires
  • vu sur Orange Actu Orange

    Une juge amérindienne va diriger, de septembre jusqu'à fin 2018, une vaste enquête sur les centaines de meurtres et disparitions de femmes autochtones au Canada au cours des trois dernières décennies, a annoncé mercredi le gouvernement.

    La mise en place de cette commission d'enquête fait suite à 18 séances de consultations publiques, au cours desquelles plus de 2.000 femmes autochtones ont été entendues depuis décembre, afin d'établir le cadre des travaux des enquêteurs.

    L'enquête sera présidée par la juge autochtone Marion Buller, qui sera assistée par quatre autres commissaires, dont un homme.

    "Ce que nous avons entendu était sans ambages et très personnel. Il ne fait aucun doute qu'il y a un besoin urgent d'examiner les causes sous-jacentes et profondément systémiques de cette violence, y compris le racisme, le sexisme et l'impact continu du colonialisme", a souligné en préambule la ministre fédérale des Affaires autochtones, Carolyn Bennett.

    Réclamée depuis des années par les responsables autochtones, cette investigation avait toujours été refusée par le précédent gouvernement conservateur.

    Souvent accusée de ne pas enquêter avec le même soin ou la même célérité sur ces disparitions, la police a recensé près de 1.200 femmes autochtones disparues ou assassinées entre 1980 et 2012, soit trois à quatre fois plus en proportion que dans le reste de la population canadienne.

    Les Amérindiens, Inuits et Métis représentent 4,3% de la population canadienne, soit 1,4 million de personnes.

    L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées débutera donc ses travaux le 1er septembre et devra rendre ses conclusions et recommandations le 31 décembre 2018.

    Les enquêteurs n'auront pas le pouvoir de déférer d'éventuels suspects devant la justice. Ils auront cependant l'autorité et les moyens pour faire comparaître des témoins et exiger la remise d'éléments de preuve.

    La commission d'enquête devra "se concentrer sur les causes des taux de violence démesurés contre les femmes et filles autochtones", a déclaré, très émue, la ministre fédérale de la Justice Jody Wilson-Raybould, première Amérindienne à ce poste.

    "Nous devons identifier les causes de ces disparités et agir maintenant pour y mettre fin", a-t-elle dit, assurant que "le gouvernement du Canada est engagé à faire mieux".

    Pour ce faire, Ottawa a prévu un budget de près de 54 millions de dollars (37 millions d'euros) pour cette commission d'enquête, en complément des 16 millions de dollars pour aider les familles de femmes disparues ou assassinées à rassembler les preuves et organiser leurs démarches pour faire la lumière sur ces affaires non résolues.

    "L'enquête ne pourra pas réparer les injustices subies par les peuples indigènes depuis des décennies, mais nous pouvons étudier ce qui s'est passé dans le passé, comment cela se traduit aujourd'hui, et dessiner une voie d'avenir", a estimé la ministre de la Justice.

    article de l'AFP


    votre commentaire
  • A vous de jouer !!

    la page facebook  I Will Ask - Will You?

     

     

     


    votre commentaire
  • oak Flats

     

    Oak Flat 2
     
    Le gouvernement américain s’apprête à laisser une compagnie minière internationale saccager, au sein d’une forêt nationale d'Arizona, un splendide site naturel sacré depuis des siècles pour le peuple apache. Mais en soutenant les chefs apaches pendant leur rassemblement à Washington cette semaine, nous pouvons bloquer ce projet scandaleux. 



    Nos gouvernements sont trop nombreux à avoir par le passé honteusement violé les droits des peuples indigènes. Lorsque des législateurs américains liés à l’industrie minière ont obtenu, par des méthodes douteuses, l’autorisation d’implanter cette mine, les Apaches ont réagi. Et cela commence à porter ses fruits: le Congrès envisage à présent de s’opposer au projet. 

     Les chefs apaches vont rencontrer les législateurs dans quelques heures. Si nous sommes suffisamment nombreux à rejoindre leur appel courageux aujourd’hui, nos voix cumulées leur donneront la force de sauver leur héritage, et enverront un message aux gouvernements du monde: les terres et cultures indigènes ne sont pas à vendre. Signez maintenant!

     

    Pétition à signer ici --> Avaaz.org 

     

     


    votre commentaire

  • Leonard Peltier (à droite) 

    DÉCLARATION DE LEONARD PELTIER1 À L'OCCASION DU 40E ANNIVERSAIRE DE «L'INCIDENT D'OGLALA»2

    (TRADUITE ET ANNOTÉE PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Coleman, Floride, le 26 juin 2015

    Salutations à vous, mes parents et mes amis,

    C'est la première fois que ma chère sœur Roselyn ne sera pas présente pour moi, mais je sais qu'elle est là en esprit puisqu'elle est partie pour son grand voyage. J'ai vu des photos des rencontres qui ont eu lieu au fil des années et je la vois encore assise sous les arbres avec nos proches... Elle me manquera toujours et je lui serai toujours reconnaissant de ce qu'elle a fait pour moi et pour notre peuple. 

    Cette année, je suis concerné au plus haut point par nos enfants et par la prise en charge de leurs propres vies. C'est très triste pour moi, comme cela l'est pour vous, et je sais qu'ils ont maintes raisons de se sentir aussi désespérés et sans espoir. Je peux seulement vous demander et vous encourager tous à redoubler d'efforts pour leur montrer votre amour et votre soutien, à leur faire savoir que nous prendrons toujours soin d'eux et que nous les protégerons. Cela implique de demander aux grands frères et aux  grandes sœurs de s'occuper des plus jeunes. Ils sont notre futur, ils doivent être protégés et apprendre à être eux-mêmes des protecteurs. Ce n'est pas quelque chose avec laquelle nous pouvons vivre, nous devons tous travailler pour changer cela.

    Et cette année, il est encore plus urgent que nous nous rassemblions pour protéger notre souveraineté. Il y a tant de problèmes auxquels nous sommes confrontés et que nous devons combattre. Nous continuons à nous battre pour nos Black Hills(Collines Noires) afin d'empêcher un pipeline démesuré d'empoisonner notre eau, et nous nous tenons debout aux côtés des Nations Lakota, Dakota, Nakota, et de tous les gens qui partagent le même état d'esprit dans cette lutte.

    Après tout ce que j'ai vu en quarante ans passés derrière les barreaux, je suis encore choqué de voir ce qu'on essaie de faire aux Apaches de Oak Flat4. C'est intolérable. Il ne s'agit pas seulement d'un vol financier flagrant, commis aux frais du site sacré d'une tribu, mais d'un effort effectué pour nous faire reculer dans la direction d'une mise à mort, en ignorant nos droits en tant que nations souveraines. Cela, nous ne le tolérerons pas. Il n'y a rien de sacré pour ces gens et ils continueront à nous ôter du chemin à coups de bulldozers si nous ne continuons  pas à nous lever et à nous opposer à eux. Nous devons être prêts à tout ou bien nous perdrons tout ce que nous avons gagné ces quarante dernières années.

    L'utilisation continuelle de mascottes racistes est également quelque chose que nous n'accepterons jamais en qualité de peuples Autochtones : nous devons continuer à faire pression pour mettre fin à cette pratique raciste.

    En ce qui me concerne, le temps est quelque chose dont j'ai beaucoup appris durant ces années d'enfermement. À présent, je vois que ce temps s'écoule hors de moi et je sais que si je ne sors pas sous le mandat du Président actuel, je mourrai probablement ici, en prison.

    J'ai pu survivre avec l'espoir que vous m'avez donné, avec vos prières, et je vous suis reconnaissant du soutien que vous m'avez tous apporté.

    Je continue à prier pour la famille de mon frère Joe Stuntz5 et pour tous ceux qui ont payé le prix fort en ces temps amers d'il y a quarante ans.
    Et je prie pour les familles de tous nos gens qui ont tant souffert et qui continuent à souffrir.

    Je remercie tous ceux qui sont venus aujourd'hui : je sais comme il fait chaud là-bas. Et j'offre spécialement ma gratitude à tous les coureurs et les marcheurs. 

     

    J'envoie mon Amour aux gens des Nations Lakota et à toutes les Nations Autochtones.

    Dans l'Esprit de Crazy Horse, Doshka (salutations)

    Leonard Peltier

    Joe Stuntz, 24 ans, victime emblématique de la tuerie d'Oglala en 1975
     

     

    NOTES

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre, auteur et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), ce membre des Nations lakota-sioux, anishinabée et chippewa, d'ascendance canadienne française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), dans le réveil de la fierté autochtone et des revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

    2.  Oglala est situé dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Le 26 juin 1975, suite au meurtre de deux agents fédéraux, une fusillade y éclata entre le FBI et les Autochtones venus commémorer le massacre des Sioux de Wounded Knee (1890). Ce drame est connu sous le nom d'«Incident d'Oglala». La tuerie fit 76 victimes dans la réserve et mena à la condamnation arbitraire de Leonard Peltier à la prison à perpétuité.

    3. Les Black Hills (Collines noires ou Paha Sapa en lakota) sont des terres sacrées pour les Indiens lakotas, qui les revendiquent depuis 1775, année  d'une bataille qu'ils avaient gagnée contre les Cheyennes. En 1868, le traité de Fort-Laramie, qui mit fin à la guerre du chef Red Cloud (Nuage Rouge, 1824-1910) contre l'armée américaine, les intégra dans la grande réserve sioux. Mais six ans plus tard, le général George Custer (1839-1870) viola l'entente en les ouvrant à la ruée vers l'or, provoquant de nouvelles batailles, dont celle de la Little Big Horn (26 juin 1876) qui fut remportée par le chef Crazy Horse (1839-1877). Cependant, après la défaite de ce dernier dans les Wolf Mountains, puis son emprisonnement et son assassinat, le gouvernement détruisit la réserve sioux et s'empara des terres, qu'il vendit aux colons à des prix dérisoires. En 1980, il proposa un dédommagement financier aux Lakotas, qui le refusèrent afin que leurs terres sacrées ne deviennent pas propriété américaine.

    4. En 2014, le Congrès des États-Unis a fait passer un acte privatisant les terres sacrées desApaches de Oak Flat, en Arizona, qui étaient protégées depuis 1950, et y autorisant l'implantation d'une mine de cuivre.

    5. Joe Stuntz (dit «Little Joe» ; 1951-1975). Militant des droits des Indiens Américains. Né dans la réserve Lapkai (comté de Nez-Perce, Idaho), ce membre des Premières Nations Cœur d'Alene fut contraint d'entrer à l'âge de sept ans dans un pensionnat pour Amérindiens en Indiana, puis adopté par un couple du nom de Stuntz. Devenu un militant de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), il fut abattu le 26 juin 1975 par un sniper au camp d'Oglala, dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), où, suite au meurtre de deux policiers fédéraux, une fusillade avait éclaté entre le FBI et les Autochtones venus commémorer le massacre des Sioux de Wounded Knee (1890). Il fut enterré au cimetière de Little Oglala et sa mort ne fit l'objet d'aucune enquête.

    26 JUIN 2015 : DÉCLARATION DE LEONARD PELTIER, PRISONNIER POLITIQUE AUTOCHTONE AUX ÉTATS-UNIS

     
    26 JUNE 2015 - STATEMENT OF LEONARD PELTIER ON THE OCCASION OF THE 40TH ANNIVERSARY OF THE INCIDENT OF OGLALA

     

    Greetings to you, my relatives and friends.

    This is the first time that my dear sister Roselyn will not be there for me, but I know she is there in spirit as she has gone on her journey. I have seen pictures of the gathering over the years and can still see her sitting there under the trees with our relatives... I will always miss her and be grateful to her for all she did for me and for our people.

    This year I am most concerned with our children and the taking of their own lives. This is very sad to me, as it is to you, and I know there are many reasons for them to feel such despair and hopelessness. But I can only ask and encourage all of us to double our efforts to show them love and support, and let them know that we will always look after them and protect them. That includes asking big brothers and sisters to look after the younger ones. They are our future and have to be protected and to learn to be the protectors. This is not something we can live with, we need to all work to change this.

    And this year it is even more urgent that we come together to protect our sovereignty. There are so many issues to face and fight. We continue to fight for our Black Hills and to stop the XL pipeline from poisoning our water and our land, and I stand with the Lakota, Dakota and Nakota Nations, and all people of like mind in this fight.

    The destruction of our Mother Earth by the heavy and toxic Tar Sands oil, fracking, gas and oil drilling and uranium mining is unacceptable to me and to us. We are supposed to be protecting these things even as others try to push us aside. I honor all of our relatives who are on the front lines of this fight.

    And after all that I have seen in these 40 years behind bars, I was still shocked to see what they are trying to do to the Apache people at Oak Flats. This cannot be tolerated. It is not only a blatant money grab at the expense of a tribe's Sacred site, but it is an effort to push us back in the direction of termination by ignoring our rights as sovereign nations. This we will not tolerate. Nothing is sacred to these people and they will continue to try to bulldoze us out of the way without even a single thought to our coming generations if we do not continue to stand up and oppose them. We must be ready for anything or we will lose all that we have gained in the last 40 years.

    The continued use of racist mascots is something that we can never accept as Indigenous peoples and we need to all continue to push to end that racist practice.

    As for me, time is something I have learned a lot about in these years in prison. And now I can see that time is slipping away from me and I know that if I do not get out under this President I will almost certainly die here in prison.

    I have been able to survive with the hope you have given to me and your prayers and I am grateful for that support from all of you.

    I continue to pray for the family of my brother Joe Stuntz and for all those who paid such a dear price in those bitter times 40 years ago. 
    And I pray for the families of all our people who have suffered so much and continue to suffer now.

    I thank all of you for coming today and I know how hot it can be there. And especially to all the runners and walkers I offer my gratitude.

    I send my Love to the people of the Lakota Nations and to all Native Nations,

    In the Spirit of Crazy Horse... Doksha,

    Leonard Peltier  

     

     

    © Leonard Peltier


    1 commentaire
  • JE MARCHE SUR LE CHEMIN FINAL VERS MA LIBERTÉ...

    PAR LEONARD PELTIER

    SITE WEB LEONARD PELTIER.INFO
    (TRADUIT DE L'ANGLAIS PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Coleman, Floride, le 14 février 2014

     

    Salutations mes amis, mes parents et mes supporters,

     

    Je sais que bon nombre d'entre vous se soucient de l'état de ma situation et attendent la mise à jour de ce qu'il se passe. Beaucoup de choses se sont déroulées ces derniers mois et je suis désolé de ne pas avoir écrit depuis un moment. Les décès survenus au cours de l'année dernière ont été difficiles à accepter, ainsi la disparition récente de ma sœur Vivian. Je voudrais remercier profondément chacun d'entre vous pour vos messages d'affection, pour vos prières, et d'avoir également aidé mon fils Chauncey à couvrir les dépenses funéraires ; je suis ému au delà de ce que mes mots peuvent exprimer.

     Nous arrivons à ma 40e année d'emprisonnement. Parfois,  je ne puis honnêtement y croire, parfois, je ne veux seulement pas y croire. Vous avez traversé avec moi beaucoup de périodes sombres. Il ne m'est pas possible de répondrepersonnellement à chacun d'entre vous ; pourtant, je vous assure que je souhaiterais le faire. 

    La réalité est que je ne rajeunis pas, je le sens chaque jour dans mon corps. Ma hanche me fait mal, je ne vois pas très bien, mon corps est douloureux et mon diabète ne me rend pas l'existence facile. Je ne dis pas ces choses pour que vous vous désoliez pour moi : je veux seulement partager cela afin que vous compreniez où j'en suis arrivé dans la vie. Lorsque je rassemble dans mon esprit les décès de mes amis et des membres de ma famille avec les maux de mon corps, je ressens une faim d'aller chez moi telle que je n'en ai jamais ressentie durant toutes ces longues années.

    Il est temps.

    Si seulement je pouvais, pendant un moment, sentir l'herbe sous mes pieds, peindre avec le vent sur mon visage tout en écoutant le rire de mes petits-enfants dans la cour, humer la cuisson d'une tarte aux pommes dans l'air. Quelques choses simples, c'est tout ce dont j'ai besoin.

    J'entends dire que bon nombre de mes frères et sœurs autochtones, beaucoup plus jeunes que moi, font un grand travail et cela m'apporte une grande paix de savoir que les luttes auxquelles notre peuple fait face seront toujours menées avec honneur et esprit. Je connais les problèmes auxquels nous sommes tous confrontés et je veux vous encourager à ne jamais abandonner les choses que vous savez être justes.

    Je n'abandonne pas non plus.

    Être en prison, c'est comme si on vous posait un diagnostic de phase terminale et, tout en ayant cela en tête, j'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai retenu les services d'une nouvelle équipe juridique pour représenter mes besoins et mes meilleurs intérêts. Ensemble, nous avons élaboré un «projet de traitement» soigneux afin d'obtenir, espérons-le, la liberté et l'équilibre pour lesquels nous travaillons tous.

    J'ignore ce que l'avenir me réserve mais je tiens à ce que vous sachiez que je suis confiant : j'ai la meilleure équipe que je n'aurais jamais pu demander. Je tiens à dire que je trouve l'espoir et que je laisse celui-ci lentement me trouver. Croyez-en votre vieux copain, la vie est différente à soixante-dix ans.

    Afin que ce processus ait une chance de marcher, l'on m'a fortement conseillé, et j'approuve cela, que les détails et le travail interne à nos projets demeurent confidentiels. J'ai placé toute ma vie entre les mains de mon équipe juridique. Aucune entité ou personne, en dehors de cette dernière, ne peut parler pour moi, agir en mon nom ou me représenter. Je vous demande à tous d'honorer et de respecter cette décision. Exactement comme un chirurgien pratiquant une opération pour sauver une vie, il est essentiel pour ma liberté que l'on permette à cette équipe d'effectuer ce pour quoi elle est hautement qualifiée, sans aucune interférence extérieure.

    Vous entendrez encore parler de moi : comme nous le savons tous, je ne pars encore nulle part.

    Je tiens à ce que vous continuiez à soutenir ce que vous savez être juste. Soyez actifs, jouez un rôle actif dans notre monde et soutenez les choses que vous savez avoir besoin d'être soutenues. Levez-vous pour ceux qui ont besoin qu'on se lève pour eux, enseignez et prenez soin de vos enfants et de votre Mère Terre. Aidez-vous les uns les autres afin d'être forts et honorables, gardez et promouvez les traditions, les langues et la culture de notre peuple. Soyez gentils et tendres les uns envers les autres.

    Je continuerai à avoir besoin de votre appui, de vos prières, de votre amour et de votre compréhension, tandis que je marche sur le chemin final vers ma liberté.

    Nous partagerons autant d'informations que possible lorsque le processus aura avancé. Pour le moment, si vous avez des questions ou des préoccupations quelconques, adresses'il vous plaît vos demandes à notre site web car c'est le seul point de contact officiel pour moi et pour mon équipe.

    Dans l'esprit de Crazy Horse

    Leonard Peltier

    Mitakuye Oyasin (Toutes mes relations)

    Site web : www.leonardpeltier.info
    Courriel : freedom@leonardpeltier.info

    NOTE

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), il est membre des Nations lakota-sioux, anishinabé et chippewa, et a une ascendance canadienne-française. Dans les années 1970, il joua un rôle important  au sein de l'American Indian Movement (Mouvement des Indiens Américains) dans le réveil de la conscience autochtone et des revendications socio-économiques et culturelles de son peuple. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu à Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves, en 1977, à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il n'a toujours pas obtenu de révision de son procès ni sa libération : il est actuellement détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

     

    Drapeau Américain
     
    LEONARD PELTIER STATEMENT


    Coleman, Florida - Saturday, February 14, 2015

    Greetings My Friends, Relatives and Supporters:

    I know that many of you have concerns about the status of my situation and have been wanting an update about what is going on.  A lot has been happening in the last few months and I am sorry I have not written in a while.  The deaths over this last year have been hard to accept, including the recent loss of my Sister Vivian.  I want to deeply thank everyone for your loving words, prayers and also for helping my son Chauncey pay for her funeral expenses, I am humbled beyond what my words can express.  

     

    We are coming up on 40 years of my being in prisons.  Sometimes, I honestly cannot believe it, sometimes I just don’t want to believe it.  You have been here with me through many dark times.  It is not possible for me to respond to each of you personally, I sure wish I could.  
     

    The reality is that I am not getting any younger, I feel my body every day.  My hip hurts, I cannot see very well, my body aches and my diabetes makes me feel uneasy a lot of the time. I do not say these things so you’ll feel sorry for me, I just want to share because I would like for you to understand where I am at in my life. When I put the losses of my friends and family together in my mind with the way my body feels, I feel a hunger to go home like I have never felt in all these long years.  

    It is time. 

    If only for a while, to feel the grass under my feet, to paint with the wind on my face while I listen to the laughter of my grandchildren in the yard, to smell some apple pie cooking in the air.  Some simple things is all I need. 

     

    I hear there are many of my Native Brothers and Sisters who are much younger than I who are doing some great work and it gives me great peace to know that the struggles our people face will always be addressed with honor and spirit.  I know about the problems we are all facing, and I want to encourage you to never give up on the things you know are right. 

    I am not giving up either.  

    Being in prison is a lot like being given a terminal diagnosis, and with that in mind, I am pleased to announce that I have retained a new legal team to represent my needs and best interests.  Together we have developed a careful “treatment plan” to hopefully gain the freedom and balance we have allbeen working for.   

     

    I do not know what the future will hold, but you should know that I am confident I have the best team I could have ever asked for.  I want to say that I am finding hope and slowly letting it find me. Take it from this old dude, life is different at 70.

     

    I have been strongly advised, and I agree, that in order for this process to have a chance to work, the details and inner working of our plans must remain confidential. I am placing my very life in the hands of my legal team.  We cannot have any entity or person outside of my legal team speaking for me, acting on my behalf, or representing me. I am asking all of you to honor and respect this decision.  Much like a surgeon who performs a lifesaving operation, it is critical to my freedom that they be allowed to do what they are highly skilled at, without any outside interference.  

    You will still hear from me, as we all know, I am not going anywhere yet. 

    I want you to continue to support what you know is right. Be active, take an active role in our world and support the things you know need to be supported. Stand up for those that need to be stood up for, teach and take care of our children and our Mother Earth. Help one another to be strong and honorable, keep and carry on the traditions, languages and culture of our people. Be kind and caring toward each other.

     

    I will continue to need your support, prayers, your love, and your understanding as I walk on this final path toward my freedom. 

    We will share as much information as we can as the process moves forward.  In the meanwhile, if you have any questions or concerns, please direct your inquiries to the website as that is the only official point of contact for myself and my team.

    In the Spirit of Crazy Horse

    Leonard Peltier

    Mitakuye Oyasin (Toutes mes relations)

     

    Website: whoisleonardpeltier.info 
     

    E-mail: freedom@leonardpeltier.info

     

    © Leonard Peltier - Site web Leonardpeltier.info -


    votre commentaire

  • Leonard Peltier lors de son arrestation en 1975
    © 3.bp.blogspot.com

    LA LETTRE DE « L'ÉTÉ INDIEN » : « LE MONDE POURRA FINALEMENT ÊTRE UN MEILLEUR ENDROIT... »

    PAR LEONARD PELTIER

    SITE WEB LEONARD PELTIER.INFO
    (TRADUITE DE L'ANGLAIS PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Coleman, Floride, le 28 août 2014

     

    Salutations mes amis, mes parents et mes supporters,

     

    J’aimerais dire en ce moment-même quelques mots de remerciement et d’appréciation pour les dons récents que beaucoup d’entre vous ont effectués pour mes frais juridiques. Je sais que dans la période économique actuelle, il n’est pas toujours facile de trouver des fonds supplémentaires à envoyer. Je veux que vous sachiez que tous les gens qui travaillent actuellement dans mon comité sont des bénévoles, qu’aucun d’entre eux ne touche un salaire ou une paye. Tous les fonds qui ont été donnés seront exclusivement utilisés pour mes droits juridiques.

     

    C’est un tournant pour moi dans ma vie, c’est un tournant dans mes possibilités de libération. Je n’aime pas me montrer mélodramatique ou donner l’impression de me reposer sur votre sympathie mais je sens vraiment que si le président Obama ne me libère pas, je ne sortirai probablement jamais et que je mourrai ici, à l’intérieur.

     

    Il est si difficile de parler de la situation ou même d’y réfléchir, et comme on me met au courant de tous les malheurs qui arrivent encore aujourd’hui aux Premiers peuples, je me sens quelque peu coupable de parler de mes problèmes personnels. Dans tout le pays, les Autochtones, qu’ils soient jeunes ou vieux, se battent non seulement pour améliorer leur propre vie, mais pour vivre à un meilleur endroit, pour protéger notre environnement d’une manière traditionnelle, et avec un sens traditionnel des responsabilités. Nous devons TOUS reconnaître les faits scientifiques qui montrent qu’il est essentiel que TOUS les peuples de la Terre s’engagent dans cette cause, afin de la protéger pour les générations futures.

     

    Je suis presque à court de mots pour le moment. La partie de moi qui est pleine d’espoir a relevé un grand au fil des années. En exposant les violations constitutionnelles qu’on avait effectuées pour me reconnaître arbitrairement coupable, les inconsistances des témoins et la fabrication de l’évidence, j’ai gardé espoir.

     

    En regardant les nouvelles, j’entends et je vois des choses sur les brutalités de la police, sur la militarisation des forces policières, et d’ici, à l’intérieur, on se rend compte que le système judiciaire en Amérique s’est industrialisé, que tout se rapporte à l’argent. Toutes ces années, j’ai dit et redit notre nécessité d’évoluer. Il est nécessaire que nous nous levions contre ces méfaits, qui sont perpétrés contre les peuples de la Terre par les Corporations. Quand je pense à toutes les choses négatives auxquelles tant de gens font face, je suis ému par l’énormité des problèmes.

     

    Je reçois des lettres, on m’informe, et je suis au courant qu'un grand nombre de gens reconnaissent les exactions de la police et des agences gouvernementales qui nous enlèvent systématiquement nos droits constitutionnels, humains et civils ; et je suis aussi au courant qu’il y a beaucoup de gens qui ne réalisent même pas ces faits : ils pensent que cela affecte seulement quelqu’un d’autre, et pas eux.

    Nous devons faire de notre mieux pour prévenir les autres de ce à quoi nous faisons face. Nous devons faire notre possible pour nous mettre en réseau avec les gens qui tentent vraiment de faire quelque chose. Nous devons faire plus que nous asseoir devant un ordinateur et taper sur le bouton «J’aime».  Nous devons faire quelque chose de tangible et faire une différence qu’on puisse voir chaque jour. Si chacun d’entre nous choisit une petite chose et prend la responsabilité d’aider un certain nombre d’autres personnes à agir de même, nous pourrons finalement faire du monde un meilleur endroit.

     

    La Constitution des États-Unis était une copie de la Loi des Six Nations iroquoises : Thomas Jefferson, Thomas Paine, Benjamin Franklin, tous écrivirent où et d’où ils avaient tiré leurs idées et leur inspiration. Les principales prémisses de la constitution étant les suivantes : « vous avez la liberté de faire tout ce que vous voulez aussi longtemps que vous ne blesserez personne par vos actions ». Elle préconisait aussi la responsabilité communautaire et bien-sûr les droits des femmes, que la constitution originelle des États-Unis n’avait pas copiés.

     

    En parlant de liberté, je veux que vous sachiez que durant mes 39 années passées dans cette cellule, dans ces prisons, j’ai encore hâte à la liberté et que je la chéris. L’amour de la Liberté est probablement la chose la plus commune que tous les gens partagent. N'importe quelle créature maintenue trop longtemps dans une position ou dans un endroit quelconque luttera pour qu’on la laisse libre, même un bébé tenu dans les bras de quelqu’un.

     

    Être emprisonné pour quelque chose dont vous n’êtes pas coupable provoque à l’intérieur de vous une douleur que vous ne pouvez pas imaginer : ce n’est pas comme une blessure qui ne guérit pas, C’EST une blessure qui ne guérit pas, c’est une douleur qui ne part jamais.

     

    Je m’excuse de paraître aussi sombre mais c'est qu'il y a des moments où tout me pèse vraiment. Nous avons tous besoin de nous encourager les uns les autres, nous avons tous besoin de nous lever avec force, pour nos croyances et pour notre spiritualité. Nous avons besoin de chercher à l’extérieur les choses qui nous rendent plus forts, physiquement, mentalement, spirituellement, et de nous mettre en réseau avec d’autres gens qui ressentent la même chose. Nous avons besoin d’être sûrs de faire la bonne chose et de choisir prudemment nos combats. Nous avons besoin de mettre nos ressources là où elles auront l’effet le plus durable.

     

    Je sais qu’il y a beaucoup de programmes à l’extérieur, qui permettent d'être au cœur de l’action mais comme je l’ai dit tant de fois, nous avons vraiment besoin de nous pencher sur les programmes destinés à nos jeunes.

     

    Il y a besoin de comités de réclamations qui soient autonomes par rapport aux agences départementales locales, où une personne puisse faire entendre ses préoccupations et où quelque chose soit fait à leur sujet. Il y a besoin de programmes d'élèves officiers, afin que les jeunes puissent aussi faire partie du système judiciaire ; pas seulement en prison, mais en tant que policiers et défenseurs de la justice. Les forces policières de ce pays sont entraînées totalement comme des malades pour des tâches d'hommes de main, elles affichent constamment leur crainte en blessant les gens. La violence est toujours provoquée par la crainte. Dans certains cas, c’est la crainte de la violence elle-même qui la provoque. Dans d’autres cas, ces officiers ont peur de ne pas être validés par leurs propres collègues s'ils n'affichent pas leur force avec violence.

    En outre, ils ont besoin d’être entraînés à un niveau où ils aient confiance en eux-mêmes et en la responsabilité qu’ils ont envers les gens qu’ils sont supposés servir. Ils ont besoin d’être entraînés de manière à avoir une relation avec les gens qui ne soit pas celle du «NOUS CONTRE EUX».

    Les gens devraient être capables de reconnaître que ces officiers sont là pour le peuple, par le comportement responsable dont ils font preuve et par la manière dont ils se conduisent. Nous ne devrions pas avoir à craindre ceux qui sont censés nous protéger. Chaque officier devrait être entraîné pour interagir avec le public d’une manière gentille, cordiale, et cette violence, pour eux, être utilisée en dernier et en extrême recours, seulement à un niveau de nécessité appropriée.

    À nouveau, je voudrais vous encourager, tous et chacun d'entre vous, à être proactif et à trouver une voie d’engagement qui vous fasse vous sentir bien dans vos actes et qui vous fasse progresser dans votre propre vie. Il y a toujours eu des malfaiteurs, des voyous et des parasites qui s’attachent aux luttes des autres avec leurs belles paroles, mais comme Martin Luther King disait un jour : « Si un homme reste courbé, un autre essaiera toujours de le chevaucher mais si vous vous levez, il n’aura pas d’autre choix que d’être désarçonné » ; et Émiliano Zapata, un célèbre révolutionnaire autochtone sud-américain, disait aussi un jour : « Je préfèrerais mourir debout que de vivre à genoux ». Je pense même que la Bible de l’homme blanc dit : « Je préfèrerais être un lion mort que de vivre comme un mouton. »

    Peut-être vous ai-je gardé trop longtemps à lire ceci, mais j’étais juste en train de faire les cent pas dans ma cellule et de réfléchir à ces choses ; et je pensais que je devrais partager certaines de mes pensées avec vous. J’espère que demain et les jours suivants de votre vie, vous vous sentirez bien dans vos actes ; et sachez que dans vos luttes pour faire le bien, mon cœur est avec vous.

    À nouveau, je voudrais sincèrement vous remercier et je voudrais que vous sachiez que l’intérêt que vous me manifestez en m’aidant me touche profondément ; et je prie pour que votre vie soit meilleure et que la Terre soit meilleure pour les bonnes choses que vous faites. Si vous avez l'occasion de m’écrire une lettre, j’aimerais avoir de vos nouvelles : je n’ai pas toujours la possibilité de répondre car je reçois des messages de gens des quatre coins de la Terre, mais faites-moi encore savoir ce que vous pensez ; et jusqu’à la prochaine fois, gardez la foi.

     

    Votre ami, Toujours et de Toutes les façons,

    Dans l’esprit de Crazy Horse

     

    Leonard Peltier
    Mitakuye Oyasin (Toutes mes relations)

    Site Web Campaign to Free Leonard Peltier (Campagne de libération de Leonard Peltier) : http://www.leonardpeltier.info/

    NOTE

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre, auteur et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), ce membre des Nations sioux-lakota, chippewa et anishinabée, d'ascendance canadienne-française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains) dans le réveil de la fierté autochtone et les revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux, qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890) et condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).


    votre commentaire

  • «No more stolen sisters!» (Plus de sœurs volées !) © amnesty.ca

    En préparation des actions que ménera la Marche mondiale des femmes en 2015, la Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes (CQMMF) invite les coalitions régionales de ce rassemblement à organiser des vigiles avec les représentantes des nations de Femmes autochtones du Québec (FAQ) le samedi 4 octobre 2014. Elles ont pour objectif d'appeler le gouvernement fédéral à tenir une commission d’enquête nationale sur la disparition et l’assassinat de quelque 1186 femmes autochtones au pays.

    Ce communiqué nous a été aimablement adressé par M. Fabien Lec, responsable du site web Les Indiens d'Amérique du Nord : http://www.tepee17.kazeo.com/

    petite erreur sur mon prénom : Fabrice est le bon 

    Pour plus d'informations sur ce sujet, veuillez consulter la catégorie «Dossiers - Femmes disparues et assassinées» en haut à gauche dans le présent site.

     


    © Angela Sterritt

     

     

    © Coordination du Québec de la Marche Mondiale des Femmes (CQMMF)


    votre commentaire
  • UN APPEL À L’AIDE ET À L'ACTION DU PEUPLE ANISHINABÉ  DE LA FORÊT (ALGONQUINS)

    Communiqué - Une coupe à blanc illégale à grande échelle a lieu en ce moment dans la « réserve faunique La Vérendrye », à 300 km au nord-ouest de Montréal, et le peuple Anishinabé traditionnel est décidé à la stopper. Les Anishinabés invitent toutes les personnes de bonne volonté à se joindre à eux pour arrêter les coupes et protéger la forêt.

     

    Les peuples traditionnels qui habitent dans la forêt depuis des temps immémoriaux n’ont jamais vendu leur terre. La coupe a lieu tout près de leurs habitations, sur le territoire de chasse ancestral dont ils dépendent pour leur survie, ce qui bouleverse le mode de subsistance de ces peuples chasseurs et cueilleurs.

     

    La Nation algonquine du Bassin-versant de la rivière des Outaouais (Algonquin Nation of the Ottawa River Watershed) ordonne à tous ceux qui sont impliqués dans l’abattage industriel de quitter immédiatement son territoire (en date du 29 juillet 2014). La Nation prend position pour se défendre, défendre son territoire et défendre la vie de la forêt, et elle ne reculera pas !

     

    Acceptez cette invitation du peuple traditionnel Anishinabé et allez les rejoindre sur leur territoire pour les aider à protéger ce qu’il reste de la faune sauvage ici. Joignez votre voix à la sienne pour dire aux Canadiens et aux gouvernements canadiens et québécois qu’ils doivent cesser cette destruction et mettre fin immédiatement à la coupe sur le territoire Anishinabé traditionnel.

     

    Prenez le temps de vous informer sur ce qui se passe et soyez attentifs aux appels à l’action qui vous seront envoyés, faites-le pour les générations futures et pour l’environnement. 

    Meegwech ! Merci !

     

    Pour obtenir plus d’informations sur cette cause et sur les façons de vous y engager, veuillez prendre contact avec les personnes suivantes :

     

    Charles T. Ratt ou Tina Nottaway : 819-215-0477 - nottawayratt@hotmail.com

    ou Wally Thomas : 514-266-5353 - whitewolf_76@hotmail.com

    Site de solidarité avec la Nation algonquine du Bassin-versant de la rivière des Outaouais (N.A.B.R.O.) : http://solidaritenabro.org/

     

    CALL TO ACTION FROM THE PEOPLE OF THE FOREST

    The Anishinabe (Algonquin) people need your help! 

    Massive illegal clear-cutting within the “Reserve Faunique La Verendrye”, 300 km NW of Montreal, is taking place right now and the Traditional Anishinabe People are taking a stand to stop it.  They are calling out to all people to come up to their territory to stand with them to stop the cutting and protect the forest.

    The Traditional Anishinabe people who have lived live within the forest since the memorial of time have never sold their land. The cutting is occurring in their ancestral hunting grounds upon which they still depend, right near the people’s homes, directly affecting their livelihood as hunters and gatherers.

    The Anishinabe of the Ottawa River Watershed are demanding that all involved with the industrial logging leave their territory immediately (as of July 29, 2014).  They are taking a stand for themselves, their territory and all life that lives in the forest and they are not backing down!

    Please accept the  invitation of the Traditional Anishinabe people and go up to their territory to help them protect what’s left of the wildlife here and tell the Canadian people, the Canadian and Quebec officials that they must stop this destructiveness and immediately end all cutting within the Anishinabe Traditional land.

    Please take the time to understand more about what is happening and take heed of this call to action for the future generations and the environment at large.

    Meegwech!  Thank you!

    To learn more about this issue and how you can help, please contact: 

     

    Charles T. Ratt & Tina Nottaway: 819-215-0477, nottawayratt@hotmail.com

    Wally Thomas: 514-266-5353, whitewolf_76@hotmail.com

     

    © Charles T. Ratt - Tina Nottaway - Wally Thomas - 
    Photo ci-dessus : elements.nb.ca -


    votre commentaire
  • président Obama
     
    Keystone Protest Photo AP
     
    Photo: AP
     
    article concerné --> révolution 
     

     

    Quelque chose de très puissant se passe .....Les Indiens d'Amérique et les cow boys américains se sont rejoint dans en mouvement  unifié pour rejeter le projet XL Pipeline et protéger la terre .

    Les membres concernés des tribus du Dakota du Sud ,des éleveurs et des agriculteurs du Nebraska ,se sont rendus à Washington pour réveiller l'Amérique.

     

     

    Photo by Jim Dougherty
     
    Photo by Jim Dougherty
     
    à lire l' article sur --> Sierra club 
     
    keystone pipeline route
     
    photo sur radicalpress.com

    votre commentaire
  •  

    injustice

     

    LETTRE DU PRINTEMPS

    PAR LEONARD PELTIER1, SITE WEB LEONARDPELTIER.INFO

    (TRADUITE DE L'ANGLAIS PAR ISMÈNE TOUSSAINT)  

    Coleman, Floride, le 21 mars 2014 

    Salutations mes amis, mes parents, mes supporters et tous ceux qui soutiennent la cause de la liberté, non seulement pour les Autochtones d'Amérique, mais pour tous les peuples,

    Je sais qu'il est parfois difficile d'être engagé et de  le demeurer ; aussi, à tous ceux qui viennent de le faire, je tiens à vous remercier du fond de mon cœur jusqu'à la pointe de mon âme. Nous avons besoin de plus de gens, tout autour de la planète, qui se préoccupent non seulement de la liberté des autres, mais de nos générations futures et de l'état de la Terre que nous laisserons derrière nous.

    Je sais qu'il y a des prophéties, des prédictions et des croyances qui annoncent la fin de la vie telle que nous la connaissons ; et je voudrais vous dire que toutes ces affirmations ont été et sont faites pour notre bien, de manière à ce que nous choisissions un chemin différent.

    Dans le monde entier, il y a des gens qui cherchent à servir Dieu ou le Créateur ou le Grand Esprit ou peu importe le nom que vous attribuez à cette plus grande puissance qui nous donne la vie ; et je voudrais vous dire à ce point précis que notre plus grand ennemi n'est pas un quelconque être surnaturel avec des cornes et une longue queue ou quelque autre esprit macabre ; que notre plus grand ennemi à travers le monde, c'est la gourmandise, ce sont les gens qui veulent et prennent plus qu'ils n'ont besoin. Ça, c'est la cause de toutes les guerres, des invasions, des dictatures et des pollutions qui font face à l'humanité.

    Cela fait partie de notre mode de vie, à nous, les Premiers Peuples, que nous ne devrions pas prendre plus que nous n'avons besoin. Cela fait partie des enseignements des Chrétiens, des Musulmans et des Bouddhistes. Ne pas prendre plus que nous n'avons besoin est une leçon de base fondamentale à toutes les principales approches de la spiritualité dans le monde. L'on nous apprend aussi, dans notre peuple, que lorsque vous prenez quelque chose à la Terre, vous devez lui donner quelque chose en  retour. L'humanité a contracté une grande dette envers la Terre et envers la Nature, et que nous aimions cela ou non, que nous le reconnaissions ou non, cette dette sera remboursée d'une manière ou d'une autre.

    Lorsque les gens déclenchent des explosions sous la Terre, cette Terre que nous appelons notre Mère, lorsqu'ils fabriquent des poisons, des radiations et d'autres produits mortels, et qu'ils les placent à l'intérieur de notre mère, alors ils provoquent des avortements dans toute la nature, y compris chez les humains. Cela peut paraître peu scientifique et plutôt simpliste, mais c'est une vérité et cette vérité est en train d'éclore au grand jour pour toute l'humanité. Nous la voyons dans les fausses-couches que font les animaux, les poissons de l'océan, les oiseaux du ciel et les reptiles. Nous la voyons dans nos eaux et dans notre air. Nous devons trouver un moyen d'arrêter ces corporations dont les dirigeants vivent dans des penthouses et des chalets à air conditionné, dans un environnement artificiel qu'eux seuls peuvent supporter.

    Nous devons les convaincre par tous les moyens dont nous disposons de respecter notre Terre et de nous respecter, nous, et ne pas leur permettre de détruire notre Mère la Terre avec la fracturation hydraulique, des oléoducs remplis de pétrole qui traversent nos terres, des plate-formes en acier qui déversent du pétrole dans l'océan, ou des pesticides qui tuent les abeilles et suppriment la chaîne alimentaire des oiseaux. Notre Mère la Terre est une création vivante et nous faisons tous partie de ce cercle de vie, dépendants tous les uns des autres. À chaque fois que j'allume la télévision dans la pièce commune ou que j'ouvre un quelconque magazine international, je lis sur le sujet et vois l'évidence de cette destruction.

    Je sais que, parfois, nous avons l'impression qu'il n'y a rien à faire ; mais c'est faux : si chacun d'entre nous fait quelque chose, alors ensemble nous pourrons effectuer et effectuerons un changement. Cela pourra être en organisant une manifestation et en portant un signe, ou bien en écrivant à votre sénateur ou député du Congrès2, ou bien encore en votant pour une personne qui soutient l'énergie naturelle ou durable venant du vent, du soleil ou d'autres sources.

    Quoi que vous choisissiez de faire, choisissez quelque chose, faites la différence, faites que votre vie compte pour quelque chose. À l'heure actuelle, dans divers endroits des États-Unis et du Canada, il y a des gens de tous les âges et de toutes les races qui essaient d'arrêter ces oléoducs qui charrieront de la boue et cette fraction hydraulique qui déclenche des explosions sous la Terre, causant aussi des tremblements et des failles. Cela constitue un danger immédiat, il est très réel et vous pouvez faire quelque chose à son sujet.

    Je voudrais vous rappeler que si ce n'étaient pas des gens comme vous-mêmes qui s'étaient levés pour faire quelque chose, nous n'aurions pas de forêts nationales, de séquoias, il n'y aurait pas d'animaux et diverses autres formes de vie, il n'y aurait pas de Parc Yellowstone3 et beaucoup plus d'espèces animales qu'aujourd'hui se seraient complètement éteintes.

    Aussi, je vous assure que se lever fait la différence. La manière dont nous prions le Créateur pour de l'aide et dont nous le remercions pour ce que nous avons est important ; mais ce qui est vraiment plus important, c'est que vous démontriez votre foi et votre croyance. Vous les démontrez en protégeant et en respectant cette vraie nature, la Terre où il nous a été donné de vivre. Ce que vous êtes n'est pas défini par ce que vous faites lorsque tout est en équilibre, ce que vous êtes est défini par ce que vous faites quand vous vous trouvez face au déséquilibre, à un défi qui requiert un sacrifice ou une sorte de force intrinsèque que l'on appelle le courage. C'est cela qui vous définit. 

    Je ne suis pas dans cette prison pour avoir fait quelque chose de mal. Je suis en prison parce que je faisais partie d'un peuple qui a tenté de redresser un tort. Je suis dans cette prison sur la foi d'une déclaration qui avait été effectuée par les forces d'un gouvernement contrôlé par une corporation, laquelle voulait nous dire : « Abandonnez vos ressources, abandonnez votre liberté, ne vous dressez pas contre nous ! Ça, ça a été leur message pour me garder ici. »

    Je voudrais  vous dire sincèrement que la prison n'est pas un endroit facile où vivre. C'est un endroit terrible, mais le jour où j'ai choisi de répondre à l'appel des autres Autochtones, bon nombre d'entre nous ont fait le vœu de se lever, même jusqu'à la mort si c'était nécessaire. Quelques-uns d'entre eux ont été tués par balles, perdant instantanément la vie. Mais si c'était à recommencer, je choisirais encore de me lever pour mon peuple, pour votre peuple et pour les générations futures, afin de protéger nos libertés et notre Mère la Terre ; et en faisant cela, je suis honoré que vous vous souveniez de moi. Je voudrais vous remercier pour ce souvenir, pour le souvenir de tous ceux qui ont agi avant moi, qui agissent comme moi, et qui savent qu'il y en aura d'autres qui agiront dans l'avenir.

    Je ne puis vous assurer que ces choix vous rendront toujours heureux, qu'ils ne vous blesseront pas ou ne vous causeront pas de moments de dépression ou de chagrin ; mais je puis vous affirmer qu'il existe une proximité avec le Créateur qui est comme une sensation de bien-être que vous ne pourrez jamais connaître ailleurs, que  personne ne pourra vous enlever, et qui en vaudra vraiment la peine. 

    Je dis aujourd'hui ces choses-là car je reçois désormais beaucoup de lettres et  de communications provenant de groupes, dans tout le pays, qui font face à des crises à l'intérieur de leurs organisations parce qu'ils essaient d'arrêter ces pollutions et ces destructions. Comme par le passé, je voudrais vous encourager à faire de votre mieux ce qui est bien et à corriger ce qui est mauvais, à protéger ce que nous possédons et à récupérer ce que nous avons perdu.

    Je voudrais vous remercier pour votre soutien et que vous sachiez qu'aussi longtemps que je marcherai sur cette terre et aurai quelque chose à dire, ce comitéet moi-même ferons notre possible pour agir toujours de façon juste.

    Dans l'esprit de Crazy Horse,

    Très sincèrement,

    Leonard Peltier
    Mitakuye Oyasin 


    Cette lettre m'a été aimablement communiquée par Team Freedom (L'Équipe Liberté). Pour plus d'informations, veuillez consulter le site web http://www.leonardpeltier.info (en anglais), ainsi que les pages Facebook consacrées à Leonard Peltier.

    NOTES

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), il est membre des Nations lakota-sioux, anishinabé et chippewa, et a une ascendance canadienne-française. Dans les années 1970, il joua un rôle important  au sein de l'American Indian Movement (Mouvement des Indiens Américains) dans le réveil de la conscience autochtone et des revendications socio-économiques et culturelles de son peuple. En 1976, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu à Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), et condamné sans preuves éloquentes à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression exercée par de plus en plus de membres de la Justice, de militants, de personnalités et d'organisatons internationales, il n'a toujours pas obtenu de révision de son procès ni sa libération : il est actuellement détenu au pénitencier de Coleman (Floride). Dans son émouvant ouvrage, Le Combat d'un Indien - Écrits de prison (Éditions Albin-Michel, Paris, 2000), il retrace son parcours tout en clamant son innocence, son seul crime étant, selon lui, celui d'être «un Indien».  

    2. Aux États-Unis. Les députés de la Chambre des Communes au Canada.

    3. Le Parc Yellowstone est situé au nord-ouest du Wyioming, empiétant sur le Montana et l'Idaho.

    4. Le Leonard Peltier Offense Defence Committee  (le Comité de Défense offensive Leonard-Peltier).

    On peut le rejoindre sur Facebook-->Leonard Peltier Defense Offense Committee 

     

    © Leonard Peltier - Site web leonardpeltier.info - 


    votre commentaire
  •  

    justice
     
    J'ai pris cette photo sur internet,elle n'est pas de cette année mais elle reflète très bien ce qu'attendent les communautées Autochtones  " JUSTICE " et puis toutes les autres photos de manifestations sont copyrigth sur les pages de journaux,dommage il faut faire passer le message non ?
     
    ci dessous un article paru aujourd'hui
     
    vu sur ici Radio Canada

    Pas d'enquête publique sur les femmes Autochtones assassinées

    Il n'y aura pas de commission d'enquête publique sur les meurtres et la disparition de nombreuses femmes autochtones au Canada, au grand dam des libéraux, des néo-démocrates et de nombreux groupes autochtones.

    la suite de l'article --> ici Radio Canada 

     


    votre commentaire
  • 1609655_571182372974893_2119032256_n
     
    Et oui  une autre manière de marquer cette journée qui se veut celle de l'amour .Une marche organisée à Montréal en hommage à toutes ces femmes Autochtones qui disparaissent ou sont assassinées au Canada de nos jours .
     
    un lien qui en parle  -->http://rabble.ca/ 
     
    Barricade mohawk
     
    Aujourd'hui  6 Mars 2014 ,je viens de trouver cet article sur  Yahoo! actualité qui fait donc suite à mon article.
     
    Une barricade Mohawk pour une enquête sur la disparition de femmes Autochtones
     
    Ça n'est pas la première fois que des Mohawks bloquent des routes afin de manifester leur mécontentement. 
    Mais cette fois, la raison de leur colère est nouvelle, même si le problème qu'ils dénoncent ne l'est pas: la disparition et l'assassinat de femmes autochtones.
    En Ontario, des membres de la communauté Mohawk de Tyendinaga ont ainsi mis leurs menaces à exécution et commencer à ériger des barricades afin d'obliger le gouvernement Harper à créer une commission d'enquête sur cette terrible réalité.
    Selon APTN News, un groupe d'environ 80 personnes bloquent une route régionale, Shannonville, au sud de l'autoroute 401, à une vingtaine de minutes à l'est de Belleville.
    L'organisateur de la protestation, Shawn Brant, a confirmé à Yahoo leur présence. «Nous sommes venus en assez grand nombre pour démontrer que nous avons un bon soutien des membres de notre communauté», a t-il dit.
    Shawn Brant ne croit pas que les forces de l'ordre tenteront de démanteler leur barricade dans un proche avenir, même s'il avoue que sa communauté n'a pas de bonnes relations avec la Police provinciale ontarienne (OPP), l'équivalent de notre SQ. Il y a environ une douzaine de policiers présents sur le site.
    Selon M. Brant, des rallyes sont prévus à travers tout le pays pour protester contre ces disparitions, et il n'est pas exclu que de nouvelles barricades soient érigées.
    Shawn Brant a envoyé une lettre au premier ministre Stephen Harper, le 4 février. Il y souligne que selon un rapport publié à l'automne dernier, et dont la GRC a copie, quelque 824 femmes autochtones ont été portées disparues ou retrouvées assassinées depuis 15 ans.
    Si la méthode de protestation de Shawn Brant est discutable, la cause qu'il défend ne l'est pas, tant pour l'Assemblée des Premières nations, Amnesty International et les partis d'opposition à Ottawa qui tous, demandent au gouvernement une commission d'enquête.
    Mais cette requête est rejetée par les Conservateurs, qui jugent qu'une telle enquête n'est pas nécessaire. Un communiqué du bureau du ministre de la Justice, Peter Mackay, stipulait en septembre que le ministre n'est pas intéressé aux réunions, mais plutôt à prendre des mesures concrètes, qui incluent «la création d'un nouveau Centre national pour les personnes disparues, l'amélioration des bases de données et l'élaboration de plans de sécurité spécifiquement destinées aux communautés autochtones».
     
     Voilà des évènements bien tristes se passent chez nos amis Autochtones, il est temps que cela cesse et j'espère que le gouvernement Canadien agira rapidement pour mettre fin à ces assassinats qui ne sont encore que des gestes de discrimination.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique