•  

    Ce n’est pas la première fois que la police de Flagstaff poursuit des activistes pour des actions menées des semaines auparavant. En 2012, j’avais moi-même assisté à une action au bureau de Flagstaff du Service des Forêts. Il n’y avait eu aucun incident ce jour-là. J’avais filmé l’action et ma vidéo le montrait. Deux mois et demi plus tard, des participants ont été arrêtés et mis en examen sur la base des images – muettes – de la caméra de surveillance du Service des Forêts. J’étais le principal témoin, mais j’étais repartie en France. Le procureur a refusé ma vidéo prétendant qu’elle avait pu être changée. Les autres témoins n’étaient plus là, ou leurs souvenirs pouvaient être mis en doute. Il est évident que ces agissements sont délibérés et ont pour but de se débarrasser des témoignages en faveur des accusés.

    Christine Prat

     

    Par Indigenous Action Media
    Mercredi 14 novembre 2018
    Also published on Censored News
    Traduction Christine Prat

    suite de l'article sur cette page  chrisp.lautre.net

     

     


    1 commentaire
  • Le 18 janvier 2019

    Faisons passer le mot !!!! Même si vous ne pouvez pas y aller, partagez s'il vous plaît pour que les gens sachent.

     

     

     


    votre commentaire
  • Anniversaire du CSIA-Nitassinan / octobre 2018

    40 ans de solidarité avec les peuples autochtones des Amériques

    Cette année, l’American Indian Movement (AIM) célèbre ses 50 ans d’existence et de résistance pour la défense des droits des peuples et communautés autochtones en Amérique du Nord. Ce mouvement emblématique va subir la répression de la part des autorités étasuniennes. Sachant que les peuples autochtones n’obtiendraient rien des pays qui les colonisent, les dirigeants de l’AIM et de la Confédération Haudenausonee (Iroquoise) vont décider de se tourner vers la communauté internationale

    suite ici sur ► csia-nitassinan pour l'article et le programme de la journée

     et sur facebook ► facebook.com/events

     

     


    votre commentaire
  • Please share widely it's our turn to fight the black snake! If you would like to help but can't make it physically please dm us. 

    Tomorrow is the day of action against Enbridge's Line 3. Bring banners, signs, flags and drums. Indigenous land defenders and allies from the Great Plains resistance group will be meeting 8 am near the cube at old market square. Drivers are needed and we have gas cards available. Please contact me or comment below if you are able to provide a ride or if you need one. This will be a peaceful protest and we ask allies and activists to help with live-streaming and as legal observers. Indigenous women, elders and youth will be taking part and our men are needed to volunteer for peacekeeping. We expect no problems however understand media will likely be present at some point. Also location of the demonstration will be given in the morning at the rally point. Any updates will be posted here so please follow this post. Megwetch

    traduction en Français par google ▼

    S'il vous plaît partager largement c'est notre tour de lutter contre le serpent noir! Si vous souhaitez aider mais ne peut pas le faire physiquement, veuillez nous contacter.

    Demain est la journée d'action contre la ligne 3 d'Enbridge. Apportez des bannières, des panneaux, des drapeaux et des tambours. Les défenseurs des terres autochtones et leurs alliés du groupe de résistance des grandes plaines se réuniront à 8 heures du matin, près du cube, sur l’ancienne place du marché. Les pilotes sont nécessaires et nous avons des cartes d'essence disponibles. S'il vous plaît contactez-moi ou commentaire ci-dessous si vous êtes en mesure de fournir un tour ou si vous en avez besoin. Ce sera une manifestation pacifique et nous demandons aux alliés et aux militants d’aider en direct et en tant qu’observateurs juridiques. Les femmes, les aînés et les jeunes autochtones participeront et nos hommes devront faire du bénévolat pour le maintien de la paix. Nous nous attendons à aucun problème, mais comprendre les médias sera probablement présent à un moment donné. L'emplacement de la manifestation sera également donné le matin au point de rassemblement. Toutes les mises à jour seront affichées ici, veuillez suivre ce post. Megwetch

    ► facebook.com/pg/INM Winnipeg

    et voir aussi sur cette page facebook.com/groups

     

     

     


    votre commentaire
  • Cher Le....,


    Mère Terre vous remercie de ne pas soutenir les entreprises qui ne respectent pas l'environnement et le droit de tous d'accéder à l'eau potable. Lorsque vous dites non à des pratiques écologiques inadmissibles, vous vivez en votre pouvoir. Vous avez peut-être vu notre appel à #BoycottNestle grâce à notre #NestlePledge. Malheureusement, malgré ses affirmations d’entreprise responsable, Starbucks a signé un contrat de plusieurs milliards de dollars avec Nestlé, et nous avons actualisé notre engagement d’inclure le géant du café.

    Lakota People's

    Parce que la famille de produits Nestlé - la plus grande au monde - englobe autant de boissons et d'aliments, nous sommes convaincus que trouver de bonnes alternatives peut être une tâche ardue. Je suis heureux de vous dire que nous avons fait les recherches pour vous faciliter la vie.

    Nous avons trouvé et fait une courte liste de bonnes marques socialement responsables pour acheter si vous devez nourrir votre chat, cuire une pizza ou vous arrêter pour le café au bord de la route. Nous vous encourageons à l'utiliser et à le partager avec tous ceux qui, selon vous, pourraient se joindre au mouvement pour soutenir de meilleures entreprises. Pendant que vous êtes là, veuillez prendre l'engagement!

    C'est généralement bon pour Unci Maka si vous pouvez acheter des produits fabriqués localement dans les magasins locaux. Parce que ceux-ci peuvent être des articles de luxe qui ne correspondent pas au budget de tout le monde, nous avons fait en sorte d'inclure de nombreuses marques disponibles en ligne ou dans votre supermarché local - du moins jusqu'à ce que Nestlé l'achète également.

    Une autre option consiste à utiliser l'application Buycott, qui vous permet de numériser des éléments en magasin lorsque vous doutez de leur intégrité. Nous soutenons tout ce que vous faites pour retirer des dollars précieux des poches des agresseurs environnementaux.

    Saviez-vous que l’opération Starbucks était la troisième transaction la plus importante de l’histoire de 152 ans de Nestlé? Selon le rapport Global 2017 de BrandZ, Starbucks est la deuxième marque de restauration rapide la plus précieuse, avec une valeur estimée à 44 milliards de dollars. Il n’a pas besoin d’argent, mais il s’agit maintenant d’une «alliance» avec une entreprise responsable d’une dégradation massive de l’environnement et de violations des droits de l’homme.

    Merci pour votre engagement à créer un monde meilleur ensemble. Lorsque nous parlons en un avec nos portefeuilles, nous envoyons un message fort que #EveryDropCounts. Collectivement, nous pouvons augmenter la pression qui crée un changement réel et durable.

    Pilamaya - Ma gratitude pour votre solidarité.

    Projet de loi sur le peuple de Lakota, 
    conseil principal de Chase Iron Eyes


    PS S'il vous plaît assurez-vous de prendre le #NestlePledge et d'utiliser notre liste de marques alternatives socialement conscientes - puis laissez vos amis connaître ces ressources précieuses. Enfin, je sais que beaucoup d’entre nous manqueront Häagen-Dazs et Pumpkin Spice Lattes. Mais Ben, Jerry et Peet vous ont couvert - et ils sont bons du bon côté de l'histoire.

    Projet de loi populaire Lakota 
    547 Sud 7ème # 149 
    Bismarck, ND 58504-5859

    Lakota People's

      lakotalaw.org/our-actions-donate

    Le projet de loi populaire de Lakota fait partie de l’Institut 501 (c) (3) Romero, un centre interconfessionnel de droit et de politique. Tous les dons sont déductibles des impôts.

     

     


    votre commentaire
  • La Nation autochtone Secwepemc (ou Shuswap) se trouve dans la province de la Colombie-Britannique, dans la région nord et est de la ville de Kamloops.

    CANADA, 14-7-2018: KANAHUS MANUEL PLUSIEURS HEURES EN GARDE A VUE. LA LUTTE CONTRE OLÉODUC DE KINDER MORGAN ET SES ‘CAMPS MASCULINS’ CONTINUE

    On July 17, 2018, in Droits sur l'eauPétrole polluant/Oléoduc Keystone XL, DAPL, etc.Premières Nations du Canada,

    by Chris P

    Femmes guérrières SECWEPEMC

     Kanahus Manuel, activiste Secwepemc, a été arrêtée samedi 14 juillet et détenue jusqu’à ce qu’elle signe sous la contrainte, des conditions inadmissibles. Avec d’autres femmes, elle tentait de réoccuper le site de leur ancien village menacé par l’extension de l’oléoduc ‘Trans Mountain’ de Kinder Morgan. Kanahus était venue à Paris en octobre 2017, à l’invitation du CSIA-nitassinan. Vous trouverez ici le texte de son intervention à la Journée Annuelle de Solidarité du CSIA. Elle avait alors également protesté devant les sièges de banques qui financent les oléoducs et devant l’Assemblée Nationale.

    suite de l'article ► chrisp.lautre.net

     

     


    votre commentaire
  • Lakota Peoples



    Dear ..... ,


    In February, you heard from my good friend and colleague, Madonna Thunder Hawk, about our work to green Standing Rock. Today I write to you with an exciting update on that campaign, and some real talk about why this work is so important.

    First, we are so proud that more than 12,000 of you have now signed our petition telling North and South Dakota to pass legislation that will make it easier for both Standing Rock and the Dakotas to GO GREEN. Now we hope you’ll share that petition with your social media networks by using the buttons below.



    As you’ll see when you watch our video, we aren’t waiting for permission from the states or from anyone else to move ahead.

    Spurred by the NoDAPL movement and another harsh winter, we’re pressing forward with strength and determination to provide our people with affordable renewable energy as soon as humanly possible. Over the past few months alone, dozens of people at Standing Rock have had their power shut off due to nonpayment. This is a life-threatening situation because it will remain extremely cold here for another 60 days.

    Here’s the reality: Standing Rock is the third poorest community in the United States, and yet we pay some of the highest electricity rates in the Dakotas. All this, despite our incredible renewable energy potential. The wind blows and the sun shines down on us constantly. But North Dakota is dead last among the 50 states in solar development, and now many of us are literally powerless. That’s why our work to green Standing Rock is so crucial.

    In October 2015, I began fighting the Dakota Access pipeline. Later, as tens of thousands of you traveled to my homeland in solidarity with our struggle, I worked every day at the Oceti Sakowin camp as the official “tribal liaison” for Standing Rock. We may not have defeated DAPL, but our circle grew like a river in springtime, and together we changed the world. Now, the Black Snake carries oil under our sacred water, but I have no choice but to remain hopeful—and I’ll continue to promote needed, positive solutions.

    As our legal team begins to win important judgments defending our relatives, Chase Iron Eyes and HolyElk Lafferty, against the racist forces that seek to limit our freedoms, Madonna and I vow to remain focused on our mission to lead Standing Rock toward its renewable future. I firmly believe we will win on both fronts—but your voice is needed. Please continue to share our news and support our movement.

    Pilamaya—We can’t thank you enough.

    Phyllis Young
    Standing Rock Organizer
    Lakota People’s Law Project

    P.S.  You can empower our movement to bring affordable, clean energy to Standing Rock by sharing our story, and our petition, on Facebook and Twitter. By combining the strength of our voices to expand our circle, we will create new solutions. Many challenges remain, but I know we walk the right path together, and I’m grateful for your support.

    Lakota People's Law Project

     

    pour les dons ► lakotalaw.org/our-actions/lplp-donate

    Lakota People's Law Project
    Romero Institute
    210 High Street
    Santa Cruz, CA 95060
    United States

     

     

    The Lakota People's Law Project is a part of the 501(c)(3) Romero Institute, an interfaith law and policy center. All donations are tax-deductible.

     

     

     


    votre commentaire
  • j'ai noté directement la traduction google

    Nous, le Secwepemc, n'avons jamais cédé, cédé ou abandonné notre titre souverain et nos droits sur la terre, les eaux et les ressources au sein de Secwepemcul'ecw. Nous n'avons jamais fourni et ne fournirons jamais notre consentement collectif, préalable, libre et éclairé - la norme internationale minimale - au projet pipelinier Kinder Morgan Trans Mountain ou aux camps Man Kinder Morgan. 

    Kinder Morgan fait une demande pour un campement Blue River de 1000 travailleurs sur 16 hectares de nos terres où nous récoltons des baies. Nous sommes également opposés aux tapis anti-fraie de Kinder Morgan. Même si Kinder Morgan a reçu l'ordre d'arrêter d'installer ces tapis, nous avons trouvé et retiré des tapis anti-fraie de nos eaux. Le saumon est notre ligne de vie sacrée à travers les générations et nous ne compromettrons pas la santé de notre saumon.

    Kinder Morgan et tout autre projet colonial d'entreprise qui cherche à traverser et à détruire notre nation et notre terre se verront refuser le passage.

    Nous sommes résolument unis contre toutes les menaces qui pèsent sur nos peuples, nos femmes, nos deux-esprits, nos enfants, nos terres, la faune, le saumon, les cours d'eau.

    Les camps pour hommes fournissent des logements temporaires à des milliers de travailleurs masculins, pour la plupart non autochtones, qui sont légalement interdits de faire venir leurs familles dans le secteur des ressources. C'est un modèle cohérent de l'état des colons au cours du siècle dernier. La Compagnie de la Baie d'Hudson a interdit aux femmes européennes d'accompagner et d'inonder les terres autochtones avec des hommes non autochtones qui ont kidnappé, exploité sexuellement, réduit en esclavage et vendu des femmes autochtones.

    Aujourd'hui, partout où les camps d'hommes sont établis, nous faisons face à une augmentation exponentielle de la violence sexuelle. Au fur et à mesure que le développement entraîne la destruction de notre assise territoriale et notre souveraineté alimentaire, il fait également grimper les prix de l'alimentation et du logement. Ceci intensifie encore notre insécurité économique et nous sommes forcés dans des conditions encore plus vulnérables.

    Comme l'a noté James Anaya, ancien Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, «les femmes autochtones ont signalé que l'afflux de travailleurs dans les communautés autochtones à la suite de projets extractifs a également entraîné une augmentation du harcèlement sexuel et de la violence. viol et agression. "

    La réserve indienne de Fort Berthold dans le Dakota du Nord, par exemple, est l'épicentre du boom pétrolier de Bakken - l'une des plus importantes sources d'extraction pétrolière aux États-Unis. Les taux de violence contre les femmes à Fort Berthold ont triplé. un ans. Le Dakota du Nord a maintenant le huitième taux de viol le plus élevé aux États-Unis. Au plus fort de l'essor des sables bitumineux en Alberta en 2009, la région affichait le taux de violence familiale le plus élevé au pays.

    Il y a actuellement une enquête nationale sur des milliers de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées pour enquêter sur les causes systémiques de la violence. Nos femmes, filles et bispirituels disparus et assassinés sont des vies individuelles qui représentent la violence coloniale en cours. Le taux national d'homicides chez les femmes autochtones est sept fois plus élevé que chez les femmes non autochtones au Canada.

    Nous savons que cette violence horrible ne prendra pas fin tant que durera le pillage de nos terres. L'eau de nos terres et l'eau de nos corps créent et soutiennent nos nations. Le système colonial d'extraction des ressources repose sur les violences liées à la destruction de nos terres et à la violation de nos corps.

    L'année dernière, Amnesty International a publié un rapport demandant que l'enquête nationale examine spécifiquement la violence liée au développement des ressources: «En promouvant activement le développement intensif dans le nord-est, les autorités fédérales et provinciales ont mis l'accent sur les avantages, sans tenir compte des conséquences inattendues. pour le bien-être et la sécurité qui ont un impact disproportionné sur la vie des peuples autochtones qui y vivent, en particulier les femmes et les filles autochtones. "

    Nous, en tant que femmes Secwepemc, déclarons que nous ne consentons pas! Nous ne consentons pas à la profanation de notre terre sacrée; nous ne consentons pas aux transgressions sur nos corps sacrés!

    Nous construisons actuellement dix minuscules maisons solarisées sur notre terre pour bloquer Kinder Morgan. Ce faisant, nous fournissons des logements aux familles de Secwepemc, rétablissons nos sites villageois et affirmons notre responsabilité Secwepemc envers nos terres et nos eaux.

    Nous vivons sur nos terres de 180 000 kilomètres carrés de territoire non cédé depuis des temps immémoriaux. Nous détenons collectivement le titre et la gouvernance concernant Secwepemcul'ecw et le consentement collectif du Secwepemc est requis pour tout accès à nos terres, eaux et ressources. Nous nous engageons à maintenir notre compétence collective à l'égard de la terre, de la langue et de la culture de notre peuple, ainsi que de la sécurité et du bien-être de nos femmes, de nos deux-esprits et de nos enfants.

    Nous invitons toutes les femmes, les enfants et les personnes bispirituelles à ajouter votre nom à cette déclaration. 
    https://www.secwepemculecw.org/no-man-camps


    votre commentaire
  •  

    je vous partage ce message reçu ces derniers jours

    Cher Lecaër,


    Mars est le mois de l'histoire des femmes. Comme c'est approprié, étant donné que le mouvement prend forme autour de notre nation. L'effusion de validation pour les femmes aux Golden Globes et aux Oscars est emblématique. Avec "Time's Up" et #metoo, la hausse est réelle et nous ne reviendrons pas. Nous, les femmes Lakota, sommes fières de nos sœurs à travers le pays. Nous célébrons tout le temps parce que nous connaissons et vivons dans notre propre pouvoir depuis des générations.

    Nous, les femmes Lakota, avons longtemps pris la tête de l'activisme autochtone. Ma bonne amie Phyllis Young et moi avons dirigé le Mouvement des Indiens d'Amérique et co-fondé Women of All Red Nations (WARN). Nous, les femmes Lakota, avons commencé et combattu à Standing Rock, où Phyllis a servi de liaison tribale officielle au camp NoDAPL d'Oceti Sakowin. Plus récemment, vous avez entendu parler du travail de Phyllis pour apporter de l'énergie renouvelable à Standing Rock.

    Maintenant, je continue à agir pour le compte de mon peuple. Deux de mes chers amis seront présents en août à Bismarck, pour leur position courageuse contre le pipeline Dakota Access. Ferez-vous don de leurs défenses légales et montrerez votre solidarité? Nous, en tant que femmes autochtones et chefs d'orchestre de ce mouvement, ne pouvons que continuer à diriger avec votre soutien continu.

    Je suis fier d'avoir servi de liaison tribale pour le projet de loi populaire Lakota au cours des 15 dernières années. Je suis fier de tout ce que nous avons accompli en tant qu'organisation, de la protection des enfants et des familles à la protection de la terre. Et je suis fier du travail que nous avons fait, en tant que femmes des tribus, pour inspirer et guider ce travail.

    La culture lakota a toujours été matriarcale. Les grands-mères ont toujours fourni le tissu dur qui tisse nos maisons et nos tribus ensemble. Nous n'avons aucun plan pour arrêter de sitôt. Nous avons démontré un véritable leadership encore et encore. S'il vous plaît soutenir notre capacité à continuer à le faire.

    Wopila - Je vous remercie,

    Madonna Thunder Hawk
    Liaison tribale
    Projet de loi populaire de Lakota

    P.S. Nous continuerons à défendre notre terre et les générations futures, mais nous avons besoin de votre aide. Vous pouvez aider à assurer le leadership fort de Lakota, avec votre soutien financier. Un don ponctuel ou récurrent de tout montant que nous pouvons contribuer à notre plan pour 2018 et au-delà. S'il vous plaît donnez-nous, afin que nous puissions continuer à donner à ceux qui en ont le plus besoin.

    Lakota People's Law Project
    547 South 7th Street #149
    Bismarck, ND 58504-5859
    United States

    Lakota People’s Law Project is a project of the 501(c)(3) Romero Institute, a nonprofit interfaith law and policy center.

     


    votre commentaire
  • Article de The Guardian

    (traduction en Français par Google) 

    Un appel pour des efforts continus pour protéger notre eau et notre Terre

    Portrait du chef Arvol Looking Horse, en utilisant le processus photographique de collodion de plaque humide.  La plaque originale est conservée au Heard Museum en Arizona.

     

     

      Portrait du chef Arvol Looking Horse, en utilisant le processus photographique de collodion de plaque humide. La plaque originale est conservée au Heard Museum en Arizona. Photographie: Shane Balkowitsch

    Un an après la fermeture du camp à la réserve de Standing Rock, Standing Rock est partout. Notre eau collective a été attaquée pendant de nombreuses générations au point possible de non-retour.

    Nos aînés ont prédit un serpent noir et comment l' eau de la vie - "Mni Woc'oni", qui est notre premier médicament - serait affectée si nous n'arrêtions pas ce désastre imminent. Mni Woc'oni fait partie de notre histoire de création, et la même histoire qui existe dans de nombreuses histoires de création autour de la Terre Mère.

    Quand nous disons "Mni Woc'oni" - Eau de Vie - les gens du monde entier commencent à comprendre que c'est un esprit vivant: il peut guérir quand vous priez avec et mourez si vous ne le respectez pas. Nous voulions que le monde sache qu'il y a eu des avertissements dans nos prophéties et, comme nous le voyons, ces avertissements sont en train de se produire. On disait que l'eau serait comme de l'or. On a dit que notre esprit d'eau commencerait à nous quitter.

    Nous sommes à la croisée des chemins.

    suite ici sur la page (mais en Anglais bien sur)

    ► the guardian.com

     

     


    votre commentaire
  •  ▲
    Autoportrait de Leonard Peltier

     AIDEZ-MOI À GAGNER MA LIBERTÉ !

    PAR LEONARD PELTIER1, PRISONNIER POLITIQUE AUTOCHTONE AUX ÉTATS-UNIS (6 FÉVRIER 2018)

    (TRADUIT DE L'AMÉRICAIN PAR AURÉLIE JOURNÉE, CSIA-NITASSINAN/GROUPE DE SOUTIEN À LEONARD PELTIER EN FRANCE - RÉVISION : ISMÈNE TOUSSAINT)

    Le 6 février 2018

    Chère famille, chers amis et soutiens,

    Je suis bouleversé car aujourd’hui débute ma 43e année d’emprisonnement.

    J’ai eu de si grands espoirs, durant ces années, d'être libéré et de pouvoir retourner auprès de ma famille dans le Dakota du Nord. Et en 2018, je suis toujours ici à lutter pour ma liberté en raison des événements qui se sont déroulés en 1973.

    Je ne veux pas paraître ingrat auprès de mes soutiens, qui sont restés à mes côtés durant toutes ces années. Je vous aime de tout mon cœur et je vous respecte ; et je vous remercie pour l’amour et le respect que vous m’avez donnés.

    Mais la vérité est que je suis fatigué et que souvent, mes maladies me font souffrir presque sans répit durant des jours. Je viens de subir une opération du cœur et j’ai d’autres problèmes de santé qui nécessitent des traitements : mon anévrisme de l’aorte, qui pourrait éclater à tout moment, ma prostate et mon arthrose de la hanche et des genoux.

    Je ne pense pas vivre dix années de plus, et ce qu'il me reste comme temps, je voudrais le passer avec ma famille. Rien ne pourrait m’apporter plus de bonheur que de pouvoir serrer dans mes bras mes enfants, mes petits-enfants et mes arrière-petits-enfants.

    Je ne suis pas venu en prison pour devenir un prisonnier politique. J’ai fait partie de la résistance autochtone dès l’âge de neuf ans. Ma sœur, ma cousine et moi avons été kidnappés et emmenés dans une école résidentielle. Cet incident et la manière dont il affecte ma cousine Pauline ont un énorme impact sur moi. Ce même sentiment me hante, alors que je repense à mes 42 dernières années de détention arbitraire.

    La détention arbitraire me fait le même effet que lorsque j’ai entendu la fausse déclaration créée de toute pièce par le FBI sur la présence de Myrtle Poor Bear2 à Oglala (Dakota du Nord), la nuit de la fusillade.

    Un document fabriqué utilisé pour m’extrader illégalement du Canada en 1976.

    Je sais que vous savez que les dossiers du FBI sont pleins d’informations qui prouvent mon innocence. D'ailleurs, on refuse toujours à mon équipe juridique l'accès à plusieurs de ces dossiers.

    Durant mon pourvoi, avant la Cour d’appel fédérale « 8th Circuit », l’ancienne procureure Lynn Crooks a dit au Juge Heany : « Votre honneur, nous ne savons pas qui a tué ces agents. Nous ne savons pas davantage quelle a été la participation là-dedans, s’il y en a eu une, de Monsieur Peltier ».

    Cette déclaration me disculpe et j’aurais dû être relâché. Mais je suis là, 43 ans plus tard, à continuer de lutter pour ma liberté !

    J’ai plaidé mon innocence depuis si longtemps maintenant, dans tant de cours de justice, à travers tant de déclarations émises par le Comité de défense international de Leonard Peltier, que je ne vais pas débattre ici. Mais je vais répéter que JE N’AI PAS TUÉ CES AGENTS !

    Dans l'immédiat, j’ai besoin que mes soutiens, ici, aux États-Unis et à travers le monde, m’aident. Nous avons besoin de dons, grands ou petits, pour aider à payer mon équipe juridique, afin qu’elle cherche ce qui pourra me conduire à nouveau devant une cour ou me rapprocher de mon chez moi ; ou bien d'un communiqué compatissant à l'égard de mon pauvre état de santé et de mon âge. S'il vous plaît, aidez-moi à rentrer à la maison, aidez-moi à regagner ma liberté ! 

    Une nouvelle pétition, que mes frères et sœurs canadien(ne)s font circuler internationalement, sera attaché à ma lettre. S’il vous plaît, téléchargez-là et emmenez-la avec vous à votre travail, à votre école ou à votre lieu de culte. Obtenez autant de signatures que possible, un MILLION serait génial !

    Je suis un guerrier depuis l’âge de neuf ans. En 1973, je suis resté un guerrier. Je suis là depuis trop longtemps. Le début de cette 43e année, ajoutée à près de 20 ans de remise de peine pour bonne conduite, constitue plus de 60 ans passés derrière les barreaux.

    J’ai besoin de votre aide. J'ai besoin de votre aide aujourd'hui. Une journée en prison pour moi est une vie entière pour ceux qui sont à l'extérieur, car je suis isolé du monde. 

    Je reste fort uniquement grâce à votre soutien, à travers vos prières, votre activisme et vos dons, qui maintiennent ma défense en vie.

    Dans l’Esprit de Crazy Horse

     

    Doksha (À plus tard),

    Leonard Peltier

    NOTE

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), ce membre des Nations lakota-sioux, anishinabée et chippewa, d'ascendance métisse canadienne française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), dans le réveil de la fierté autochtone et des revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

    2. Myrtle Poor Bear (Myrte la pauvre ourse) est une Autochtone américaine reconnue pour souffrir de graves troubles mentaux. En 1976, en tant que principal témoin dans le procès d'extradition de Leonard Peltier du Canada, elle avait déclaré sous serment que le FBI l'avait forcée à signer de faux affidavits indiquant qu'elle avait vu ce dernier tuer de de ses agents. Elle se rétracta par la suite.

    NOUVELLE PÉTITION EN LIGNE : INTERNATIONAL DEMAND FOR THE IMMEDIATE FREEDOM OF INDIGENOUS POLITICAL PRISONER LEONARD PELTIER #89637-132 WRONGFULLY IMPRISONED 42 YRS !

    Pour suivre l’activité du Groupe de soutien à Leonard Peltier en France (rattaché à « International Leonard Peltier Defense Committee » - ILPDC)  : www.csia-nitassinan.org/spip.php?rubrique3

    Pour contacter l’International Leonard Peltier Defense Committee - ILPDC aux États-Unis : http://www.whoisleonardpeltier.info

     

    © Leonard Peltier -
    CISN/Mistassinan, Groupe de soutien à Leonard Peltier en France -

     

     


    votre commentaire
  • Du site A.V.A.Q

    Association des Vétérans Autochtones du Québec

    Les Pow Wow sont sacrés et ancrés profondément dans les traditions des Premières Nations, et régi par de nombreux protocoles. Le respect de ces traditions et de ces protocoles requièrent une compréhension de base, mais il est aisé, même à un novice, d’éviter de faire des erreurs qui pourraient être irrespectueuses. Malgré le fait que les Pow Wow soient des célébrations de cérémonies qui ont des racines profondes dans la culture autochtone, un Pow Wow est aussi une célébration vivante de la culture.

    suite ici ► NAVAQC

     

     


    votre commentaire
  • Ornans reporte son Pow Wow à 2018

    photo de F.L  COPYRIGHT

    Le Pow wow Amérindien "Danse avec la Loue" devait avoir lieu en juin  2017. Pour des questions d'organisation, de sécurité et de calendrier, l’événement est reporté. 

    suite ici ► france3 regions france tv info fr bourgogne franche-comte doubs

     

     


    votre commentaire
  • Cher Supporter, 

    Notre combat contre le pipeline Dakota Access est pas terminée. Oil n'a pas encore commencé à couler, de nouvelles informations ont émergé, et il est pas trop tard pour arrêter la trajectoire du pipeline à travers nos terres sacrées. Comme notre combat se déplace devant les tribunaux de droit et de l'opinion publique, nous avons reconsacré nos ressources à l'arène juridique et strictement ciblée, no-holds-barred campagne médiatique.

    Nous avons commencé la production sur une série d'annonces visant à maintenir la pression sur le pouvoir de faire la bonne chose et d'arrêter DAPL par tous les moyens juridiques disponibles. Nous sommes heureux d'annoncer l'achèvement de la première de ces spots puissants! Jetez un oeil et s'il vous plaît le partager avec votre réseau.

    Maintenant plus que jamais, nous devons rester fermes dans notre esprit de résistance. Nous devons continuer à faire pression sur nos élus d'insister sur un examen environnemental complet et équitable, et l'application régulière de la loi. Notre équipe Lakota Law Project populaire ne renoncera pas à la bataille pour protéger notre eau, et nous avons identifié le chemin de la victoire.

    Notre place a fait ses débuts à la télévision lors de nouvelles émissions pour ce matin à Washington, DC, et de notre mars le vendredi mettra le point d'exclamation sur son message. S'il vous plaît joindre à nous pour garder les yeux du monde sur Standing Rock. Cette lutte reste le vrai, en temps opportun intersection de la justice environnementale et la préservation de nos droits inhérents. Nous prévoyons de l'emporter.

    Pilamaya! (Je vous remercie)

    Chase fer Yeux
    Law Project de Lakota de conseil principal

    PS: S'il vous plaît aider à partager notre message aussi largement que possible, et de garder l'œil du public fermement axée sur notre stand importante. Le mouvement #NoDAPL est pas fini, et nous ne prévoyons concéder ce combat. Notre coalition doit rester forte et active, et en tant qu'individus, nous devons rester vigilants.

    Projet de Loi de Lakota
    Un projet du Romero Institute
    740 , rue Front Suite 265 Santa Cruz, Ca
    info@lakotalaw.org - (831) 459-6135

    ce message à été traduit par internet .

     


    4 commentaires
  • je suis abonné à la Newsletter de LAKOTA  PEOPLE'S et je vous partage cette information que j'ai fait traduire en Français et le texte n'est peut être pas tout à fait juste , mais assez compréhensible pour agir vous aussi .
     

    Lakota People's


     

    Cher Supporter, 

    Salutations de Standing Rock. Nos craintes sont devenues réalité ce matin lorsque le président Trump a signé un décret pour relancer et accélérer la construction du pipeline Dakota Access. La bonne nouvelle est que nous avons encore le pouvoir de résister à Trump. Il ne peut empêcher une déclaration d'impact environnemental du Corps d'ingénieurs de l'Armée de terre qui a le potentiel d'arrêter le pipeline. La déclaration est ouverte aux commentaires du public, et nous facilitons l'ajout de votre voix. 

    S'il vous plaît cliquez sur pour dire au Corps de génie de l'armée d'arrêter DAPL avant qu'il  n'endommage les terres sacrées et  l'eau. N'hésitez pas à personnaliser le commentaire par défaut et à ajouter vos propres mots de pouvoir et de résistance! 

    cliquez ici ► dapl-Action

    Maintenant, plus que jamais, nous devons nous tenir debout et nous battre. Plus de 1000 protecteurs d'eau dédiés restent campé, résistant au «serpent noir» au milieu des températures de congélation. Nous nous sommes engagés à rester jusqu'à ce que nous gagnons ce combat. Notre équipe du projet Lakota People's Law est en train de former le terrain, d'organiser les approvisionnements et de rendre compte aux médias. 

    C'est la première salve de l'administration Trump dans son plan d'attaque sur notre planète. Créons un rempart inamovible contre son assaut. C'est le temps de faire ou de mourir dans la lutte DAPL, et c'est à nous tous d'inspirer l'action juste de l'Armée de Corps d'Ingénieurs. Faites-leur savoir ce que vous pensez aujourd'hui! Restez à l'écoute et nous vous fournirons des mises à jour et des mesures urgentes que vous pouvez prendre dans les prochains jours.

    Pilamaya! (Je vous remercie)

    Chase Iron Eyes
    Dakotas Avocat pour le projet Lakota People's Law

     

    PS Chief Sitting Bull a déclaré: " Comme les doigts individuels, nous pouvons facilement être brisé, mais tous ensemble nous faisons un poing puissant. "Agissons ensemble pour arrêter DAPL aujourd'hui.

    Lakota People's

     

    Lakota People's Law Project
    Un projet de l'Institut Romero
    740 Front St. Suite 265 Santa Cruz, Ca
    info@lakotalaw.org - (831) 459-6135

     

     

     


    votre commentaire

  • © rinf.com

    18 JANVIER 2017 : LE PRÉSIDENT OBAMA REJETTE LA DEMANDE DE GRÂCE DE LEONARD PELTIER1

     PAR CHRISTINE PRAT,  CSIA-NITASSINAN, GROUPE DE SOUTIEN À LEONARD PELTIER EN FRANCE

    Le 20 janvier 2017 - Mercredi 18 janvier 2017, nous avons été atterrés d’apprendre que Barak Obama avait rejeté la demande de grâce de Leonard Peltier. Compte-tenu de son état de santé, cela équivaut à une condamnation à mort, peine à laquelle Leonard Peltier n’a jamais été condamné. Lorsque l’interview ci-dessous a eu lieu (voir lien), l’avocat de Leonard ne savait pas encore que la demande était officiellement rejetée, seulement que le nom de Leonard Peltier ne figurait pas sur la liste des prisonniers graciés. La terrible confirmation est venue un peu plus tard.

    Au cours de ses deux mandats, Barak Obama a gracié 207 prisonniers, dont deux prisonniers « politiques » : Chelsea Manning et Oscar Lopez-Rivera. Selon certains commentateurs, Chelsea Manning a bénéficié du fait qu’elle avait plaidé « coupable » (aux États-Unis, les gens qui plaident coupable d’emblée obtiennent souvent une peine beaucoup plus légère que ceux qui clament leur innocence mais sont condamnés), et qu'elle avait « regretté » ses actes devant le tribunal. Oscar Lopez-Rivera, qui a 74 ans et a passé la plus grande partie de sa vie en prison, avait été arrêté et condamné en tant que membre d’un mouvement pour l’indépendance de Porto Rico, lequel avait commis des actions violentes au début de son existence et avait été considéré comme « terroriste ». Oscar Lopez-Rivera avait été condamné comme membre du mouvement, sans être accusé de crime personnel. C’est évidemment la même situation que celle de Leonard Peltier, qui a été condamné pour le meurtre de deux agents du FBI, mais dont il a été prouvé par la suite qu’il ne pouvait pas être le tireur. Cependant, les autorités ont refusé de réviser son procès sous le vague prétexte qu'il était « complice de l'un ou l'autre des siens ». Mais le procès de Leonard n’ayant jamais été révisé, il est toujours condamné pour deux meurtres d’agents du FBI, même si tout le monde sait qu’il n’était pas le tireur.

    Dans une vidéo, Martin Garbus a rappelé que grâce à son passage sur Democracy NOW !, un procureur et un ancien agent du FBI se sont décidés, après 40 ans, a écrire toute la vérité et à demander la grâce de Leonard Peltier, dans deux lettres transmises à M. Obama.

    Et mardi 17, une lettre du Vatican demandant la grâce de Leonard est parvenue à la Maison Blanche.

    M. Obama termine donc sa carrière « en brisant l’espoir d’un geste de réconciliation avec les peuples amérindiens en libérant Leonard Peltier », comme le souligne Lenny Foster (Diné/Navajo), conseiller spirituel de Leonard Peltier.

    Christine Pratmembre du Conseil d’Administration du CSIA-Nitassinan, Groupe de soutien à Leonard Peltier en France, affilié au International Leonard Peltier Defense Commitee aux États-Unis)

    Article et vidéo : http://www.chrisp.lautre.net/wpblog/?p=3909

    NOTE

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), ce membre des Nations lakota-sioux, anishinabée et chippewa, d'ascendance métisse canadienne française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), dans le réveil de la fierté autochtone et des revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

     

    © Christine Prat, CSIA-Nitassinan

     

    cette info a déjà été envoyé aux inscrits à la newsletter et republier ici pour informer tout ceux qui soutiennent Léonard Peltier

     


    votre commentaire
  • Mon blog c'est axé pour le moment sur la lutte des Sioux et de toutes les autres Nations qui se sont joint au mouvement dans le Dakota du Nord .

    Il est important de le savoir et de partager ces infos. Nos amis de cœur ,se battent actuellement pour préserver " l'eau " des rivières qui traversent leurs territoires. Mais c'est notre problème à tous  " l'eau c'est la vie ". La pollution redoutée avec ces pipelines est réelle comme cela s'est déjà produit.

    soutenons les.....parlez en autour de vous, il y a aussi une pétition en ligne à signer.

     

    texte pris sur la page de Radio Kili et traduit en ligne mais compréhensible quand même

    Bon après-midi Oyate

    Le traitement des manifestants par les autorités est jamais plus clair alors ce.

    Je sais que les protecteurs de l'eau ne seront pas acquittés et recevront la plus dure peine prévues par la loi. Lorsque les cas va au tribunal, après tous les témoignages, la preuve est présentée.

    Le jury ne sera pas délibérément 6 heures pour arriver à un verdict, le jury prendra probablement moins d'une heure pour trouver les protecteurs de l'eau coupable.

    Continuez à prier, partager les nouvelles parce que le côté des protecteurs de l'eau ne sera pas racontée par tous les médias.

    Je vous rajoute cette vidéo ou l'on voit le camps de protestations attaqué par la police et les militaires et y constater les exactions de ceux ci sur des manifestants pacifiques.

    c'est incroyable et une honte pour un tel pays  .

     

     


    votre commentaire
  • Suite de l'article (en Français )

     


    votre commentaire
  • Pipeline dans le Dakota

    L'eau c'est la vie..

    suite à la construction de pipeline dans le Dakota mettant en péril l 'approvisionnement en eau dans les réserves Amérindiennes 

    Une pétition à été mise en ligne que je vous demande de signer en soutient 

    ► petitions.whitehouse.gov

     Les Sioux s'opposent à cette  construction et de nombreuses autres Nations les ont rejoint dans la lutte.

     

     

    Des centaines d'Amérindiens ont manifesté pour que les autorités bloquent la construction d'un pipeline pétrolier près de leur réserve de Standing Rock.
    Les Amérindiens de Standing Rock, dans le Dakota du Nord (Etats-Unis), sont prêts à en découdre pour protéger leur réserve. Ils se battent contre la construction d'un oléoduc de 3,8 milliards de dollars qui passe sur leur territoire. "Cela va porter préjudice à mon peuple, mais cela va aussi polluer l'eau de la rivière Missouri, qui est une des plus propres et sûres des Etats-Unis", explique le président de cette réserve sioux, David Archambault II, cité par The Huffington Post (en anglais). En outre, l'oléoduc traverse des sites sacrés pour les Amérindiens.

    La contestation est croissante depuis quelques jours et a rassemblé des centaines de manifestants. Les habitants de la réserve veulent que les autorités bloquent la construction de ce pipeline. Ce dernier devrait acheminer l'équivalent de 500 000 barils de brut par jour du Dakota du Nord à l'Illinois.

     voici la liste des Nations qui ont rejoint la lutte

    standing-rock-river-of-support

     

    la  police est obligée de reculer  .... hoka hey 

     

    le service de sécurité de la société de construction des pipelines intervient avec des chiens d'attaques et des gaz au poivre contre des femmes ,les enfants et même contre les chevaux... c'est un scandale

     

     


    2 commentaires
  • vu sur Orange Actu Orange

    Une juge amérindienne va diriger, de septembre jusqu'à fin 2018, une vaste enquête sur les centaines de meurtres et disparitions de femmes autochtones au Canada au cours des trois dernières décennies, a annoncé mercredi le gouvernement.

    La mise en place de cette commission d'enquête fait suite à 18 séances de consultations publiques, au cours desquelles plus de 2.000 femmes autochtones ont été entendues depuis décembre, afin d'établir le cadre des travaux des enquêteurs.

    L'enquête sera présidée par la juge autochtone Marion Buller, qui sera assistée par quatre autres commissaires, dont un homme.

    "Ce que nous avons entendu était sans ambages et très personnel. Il ne fait aucun doute qu'il y a un besoin urgent d'examiner les causes sous-jacentes et profondément systémiques de cette violence, y compris le racisme, le sexisme et l'impact continu du colonialisme", a souligné en préambule la ministre fédérale des Affaires autochtones, Carolyn Bennett.

    Réclamée depuis des années par les responsables autochtones, cette investigation avait toujours été refusée par le précédent gouvernement conservateur.

    Souvent accusée de ne pas enquêter avec le même soin ou la même célérité sur ces disparitions, la police a recensé près de 1.200 femmes autochtones disparues ou assassinées entre 1980 et 2012, soit trois à quatre fois plus en proportion que dans le reste de la population canadienne.

    Les Amérindiens, Inuits et Métis représentent 4,3% de la population canadienne, soit 1,4 million de personnes.

    L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées débutera donc ses travaux le 1er septembre et devra rendre ses conclusions et recommandations le 31 décembre 2018.

    Les enquêteurs n'auront pas le pouvoir de déférer d'éventuels suspects devant la justice. Ils auront cependant l'autorité et les moyens pour faire comparaître des témoins et exiger la remise d'éléments de preuve.

    La commission d'enquête devra "se concentrer sur les causes des taux de violence démesurés contre les femmes et filles autochtones", a déclaré, très émue, la ministre fédérale de la Justice Jody Wilson-Raybould, première Amérindienne à ce poste.

    "Nous devons identifier les causes de ces disparités et agir maintenant pour y mettre fin", a-t-elle dit, assurant que "le gouvernement du Canada est engagé à faire mieux".

    Pour ce faire, Ottawa a prévu un budget de près de 54 millions de dollars (37 millions d'euros) pour cette commission d'enquête, en complément des 16 millions de dollars pour aider les familles de femmes disparues ou assassinées à rassembler les preuves et organiser leurs démarches pour faire la lumière sur ces affaires non résolues.

    "L'enquête ne pourra pas réparer les injustices subies par les peuples indigènes depuis des décennies, mais nous pouvons étudier ce qui s'est passé dans le passé, comment cela se traduit aujourd'hui, et dessiner une voie d'avenir", a estimé la ministre de la Justice.

    article de l'AFP

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique