• Le scalp

     
     

    Ce petit texte trouvé sur courrier international.com , plutôt surprenant !!!

    La loi fixant la récompense offerte aux chasseurs de primes pour un scalp indien, en vigueur depuis deux cent quarante-quatre ans, devrait être abrogée prochainement par les autorités de Nouvelle-Ecosse, au Canada.

    Kiowa Scalp Dance--> Stephen Mopope

    aquarelle sur papier

    collection du Philbrook Muséum of art

    photo : Don Wheeler

    LÉGENDE DE LA COURSE AU PIN SOLITAIRE

    Bertha Weston Price
    (traduit du livre Legends of Our Lakes and Rivers, 1937)

    Le feu du Conseil projetait des ombres étranges sur les arbres et les flots reflétaient ses éclats. Le chef de la tribu Abénaquis, grand et autoritaire, aux yeux étincelants mais de physionomie calme et immuable, se tenait debout au milieu du cercle de feu. S'adressant aux hommes de sa tribu, le chef parla ainsi : "Les dés sont jetés. Nos ennemis, les Iroquois, ont réclamé le droit sur la vallée du Saint-François pour leur territoire de chasse. Nous savons que cette contrée est la nôtre." Il avait étendu ses mains et pointait vers le nord et le sud, vers l'est et l'ouest afin d'accentuer ses paroles.

    High-Brow (Front-Étroit), chef des Iroquois, sauta sur ses pieds. "Mon frère, Tall-Feather (Longue-Plume), a parlé. La course d'endurance va avoir lieu. Celui qui gagne donnera à sa tribu la possession des terres aujourd'hui contestées. Ma parole est donnée."

    Les bandes ennemies des Abénaquis et des Iroquois se rejoignirent à Skaswantegon (signifiant, en langue indienne, Endroit où l'on fume), sur la pointe de terre à la jonction des rivières Magog et Saint-François dans les limites de la ville de Sherbrooke, près du pont du Canadien National qui enjambe la rivière.

    La possession des terres de chasse dans la vallée du Saint-François, riche et couverte de forêts, était contestée depuis longtemps. Mais maintenant la décision était prise : on allait régler la question. Deux guerriers furent choisis, un de chaque tribu, afin de régler la dispute de manière traditionnelle quoiqu'un peu spectaculaire. Les braves s'avancèrent et se tinrent dans la clarté du feu, attendant tranquillement les derniers ordres de leurs chefs respectifs.

    La tâche qui leur fut désignée consistait courir autour du rocher qui se tenait seul, excepté pour un pin qui s'y accrochait, jusqu'à ce que l'un des deux devienne le vainqueur. Celui qui aurait le plus d'endurance réclamerait le scalp de la victime et obtiendrait pour sa tribu la suprématie sur la vallée. C'était une course vers la mort, mais la vitesse et l'endurance représentaient pour eux une compétition que le meilleur homme gagnerait

    À l'aube du jour, Tall-Feather, l'Abénaquis, et High-Brow, l'Iroquois, accompagnés de leurs guerriers, descendirent au bord de la rivière à une distance d'un peu plus d'un demi-mille (0,8 km) du confluent des deux rivières. À cet endroit, ils s'assemblèrent, chaque tribu faisant face à l'emplacement d'où les guerriers attendaient l'ordre de commencer leur course. Leurs corps, de profil sur le ciel maintenant éclairé par le soleil du matin qui se levait au-dessus des montagnes de Stoke, offraient une scène dramatique

    Tout à coup, et sans brouhaha, deux formes, agiles et brunes, bondirent de parmi leurs compagnons, s'élancèrent dans la rivière, puis débutèrent leur course autour du rocher sur la petite île. Silencieux et tendus, les Indiens regardaient les adversaires. Ah, l'un était tombé! Mais déjà il était déjà debout et courait. L'autre tombe... et la course se poursuit jusqu'à ce que l'Iroquois trébuche, se relève, se repose une seconde, puis roule dans les eaux peu profondes. L'Abénaquis saisit sa victime, se procure le scalp, puis se tient debout les bras croisés, les yeux étincelants et l'allure triomphante, sous des cris de joie et de désarroi entremêlés. Aucune parole n'est prononcée par le vainqueur : nul besoin. Lui, comme tous les Indiens, se tient coi au moment du triomphe autant qu'au moment de la souffrance. Or, le guerrier a gagné pour sa tribu la magnifique vallée de la rivière Saint-François!

    Source : Bertha Weston Price, Legends of Our Lakes and Rivers, Lennoxville, 1937, p. 17-19.

    Du site -->Gyner magazine patrimoine des Cantons

     

     

    Le scalp

    ici le Portrait du chef Pikuni Big Mouth Spring vers 1910 de Edward Curtis avec sur sa chemise "un scalp "

     

    Le scalp

     

    « Sneack upCollier ou chokers »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :