• 26 JUIN 2015 : DÉCLARATION DE LEONARD PELTIER, PRISONNIER POLITIQUE AUTOCHTONE AUX ÉTATS-UNIS


    Leonard Peltier (à droite) 

    DÉCLARATION DE LEONARD PELTIER1 À L'OCCASION DU 40E ANNIVERSAIRE DE «L'INCIDENT D'OGLALA»2

    (TRADUITE ET ANNOTÉE PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Coleman, Floride, le 26 juin 2015

    Salutations à vous, mes parents et mes amis,

    C'est la première fois que ma chère sœur Roselyn ne sera pas présente pour moi, mais je sais qu'elle est là en esprit puisqu'elle est partie pour son grand voyage. J'ai vu des photos des rencontres qui ont eu lieu au fil des années et je la vois encore assise sous les arbres avec nos proches... Elle me manquera toujours et je lui serai toujours reconnaissant de ce qu'elle a fait pour moi et pour notre peuple. 

    Cette année, je suis concerné au plus haut point par nos enfants et par la prise en charge de leurs propres vies. C'est très triste pour moi, comme cela l'est pour vous, et je sais qu'ils ont maintes raisons de se sentir aussi désespérés et sans espoir. Je peux seulement vous demander et vous encourager tous à redoubler d'efforts pour leur montrer votre amour et votre soutien, à leur faire savoir que nous prendrons toujours soin d'eux et que nous les protégerons. Cela implique de demander aux grands frères et aux  grandes sœurs de s'occuper des plus jeunes. Ils sont notre futur, ils doivent être protégés et apprendre à être eux-mêmes des protecteurs. Ce n'est pas quelque chose avec laquelle nous pouvons vivre, nous devons tous travailler pour changer cela.

    Et cette année, il est encore plus urgent que nous nous rassemblions pour protéger notre souveraineté. Il y a tant de problèmes auxquels nous sommes confrontés et que nous devons combattre. Nous continuons à nous battre pour nos Black Hills(Collines Noires) afin d'empêcher un pipeline démesuré d'empoisonner notre eau, et nous nous tenons debout aux côtés des Nations Lakota, Dakota, Nakota, et de tous les gens qui partagent le même état d'esprit dans cette lutte.

    Après tout ce que j'ai vu en quarante ans passés derrière les barreaux, je suis encore choqué de voir ce qu'on essaie de faire aux Apaches de Oak Flat4. C'est intolérable. Il ne s'agit pas seulement d'un vol financier flagrant, commis aux frais du site sacré d'une tribu, mais d'un effort effectué pour nous faire reculer dans la direction d'une mise à mort, en ignorant nos droits en tant que nations souveraines. Cela, nous ne le tolérerons pas. Il n'y a rien de sacré pour ces gens et ils continueront à nous ôter du chemin à coups de bulldozers si nous ne continuons  pas à nous lever et à nous opposer à eux. Nous devons être prêts à tout ou bien nous perdrons tout ce que nous avons gagné ces quarante dernières années.

    L'utilisation continuelle de mascottes racistes est également quelque chose que nous n'accepterons jamais en qualité de peuples Autochtones : nous devons continuer à faire pression pour mettre fin à cette pratique raciste.

    En ce qui me concerne, le temps est quelque chose dont j'ai beaucoup appris durant ces années d'enfermement. À présent, je vois que ce temps s'écoule hors de moi et je sais que si je ne sors pas sous le mandat du Président actuel, je mourrai probablement ici, en prison.

    J'ai pu survivre avec l'espoir que vous m'avez donné, avec vos prières, et je vous suis reconnaissant du soutien que vous m'avez tous apporté.

    Je continue à prier pour la famille de mon frère Joe Stuntz5 et pour tous ceux qui ont payé le prix fort en ces temps amers d'il y a quarante ans.
    Et je prie pour les familles de tous nos gens qui ont tant souffert et qui continuent à souffrir.

    Je remercie tous ceux qui sont venus aujourd'hui : je sais comme il fait chaud là-bas. Et j'offre spécialement ma gratitude à tous les coureurs et les marcheurs. 

     

    J'envoie mon Amour aux gens des Nations Lakota et à toutes les Nations Autochtones.

    Dans l'Esprit de Crazy Horse, Doshka (salutations)

    Leonard Peltier

    Joe Stuntz, 24 ans, victime emblématique de la tuerie d'Oglala en 1975
     

     

    NOTES

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre, auteur et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), ce membre des Nations lakota-sioux, anishinabée et chippewa, d'ascendance canadienne française, joua un rôle important dans les années 1970 au sein de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), dans le réveil de la fierté autochtone et des revendications des siens. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves en 1977 à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il est toujours détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

    2.  Oglala est situé dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud). Le 26 juin 1975, suite au meurtre de deux agents fédéraux, une fusillade y éclata entre le FBI et les Autochtones venus commémorer le massacre des Sioux de Wounded Knee (1890). Ce drame est connu sous le nom d'«Incident d'Oglala». La tuerie fit 76 victimes dans la réserve et mena à la condamnation arbitraire de Leonard Peltier à la prison à perpétuité.

    3. Les Black Hills (Collines noires ou Paha Sapa en lakota) sont des terres sacrées pour les Indiens lakotas, qui les revendiquent depuis 1775, année  d'une bataille qu'ils avaient gagnée contre les Cheyennes. En 1868, le traité de Fort-Laramie, qui mit fin à la guerre du chef Red Cloud (Nuage Rouge, 1824-1910) contre l'armée américaine, les intégra dans la grande réserve sioux. Mais six ans plus tard, le général George Custer (1839-1870) viola l'entente en les ouvrant à la ruée vers l'or, provoquant de nouvelles batailles, dont celle de la Little Big Horn (26 juin 1876) qui fut remportée par le chef Crazy Horse (1839-1877). Cependant, après la défaite de ce dernier dans les Wolf Mountains, puis son emprisonnement et son assassinat, le gouvernement détruisit la réserve sioux et s'empara des terres, qu'il vendit aux colons à des prix dérisoires. En 1980, il proposa un dédommagement financier aux Lakotas, qui le refusèrent afin que leurs terres sacrées ne deviennent pas propriété américaine.

    4. En 2014, le Congrès des États-Unis a fait passer un acte privatisant les terres sacrées desApaches de Oak Flat, en Arizona, qui étaient protégées depuis 1950, et y autorisant l'implantation d'une mine de cuivre.

    5. Joe Stuntz (dit «Little Joe» ; 1951-1975). Militant des droits des Indiens Américains. Né dans la réserve Lapkai (comté de Nez-Perce, Idaho), ce membre des Premières Nations Cœur d'Alene fut contraint d'entrer à l'âge de sept ans dans un pensionnat pour Amérindiens en Indiana, puis adopté par un couple du nom de Stuntz. Devenu un militant de l'American Indian Movement (AIM, Mouvement des Indiens américains), il fut abattu le 26 juin 1975 par un sniper au camp d'Oglala, dans la réserve de Pine Ridge (Dakota du Sud), où, suite au meurtre de deux policiers fédéraux, une fusillade avait éclaté entre le FBI et les Autochtones venus commémorer le massacre des Sioux de Wounded Knee (1890). Il fut enterré au cimetière de Little Oglala et sa mort ne fit l'objet d'aucune enquête.

    26 JUIN 2015 : DÉCLARATION DE LEONARD PELTIER, PRISONNIER POLITIQUE AUTOCHTONE AUX ÉTATS-UNIS

     
    26 JUNE 2015 - STATEMENT OF LEONARD PELTIER ON THE OCCASION OF THE 40TH ANNIVERSARY OF THE INCIDENT OF OGLALA

     

    Greetings to you, my relatives and friends.

    This is the first time that my dear sister Roselyn will not be there for me, but I know she is there in spirit as she has gone on her journey. I have seen pictures of the gathering over the years and can still see her sitting there under the trees with our relatives... I will always miss her and be grateful to her for all she did for me and for our people.

    This year I am most concerned with our children and the taking of their own lives. This is very sad to me, as it is to you, and I know there are many reasons for them to feel such despair and hopelessness. But I can only ask and encourage all of us to double our efforts to show them love and support, and let them know that we will always look after them and protect them. That includes asking big brothers and sisters to look after the younger ones. They are our future and have to be protected and to learn to be the protectors. This is not something we can live with, we need to all work to change this.

    And this year it is even more urgent that we come together to protect our sovereignty. There are so many issues to face and fight. We continue to fight for our Black Hills and to stop the XL pipeline from poisoning our water and our land, and I stand with the Lakota, Dakota and Nakota Nations, and all people of like mind in this fight.

    The destruction of our Mother Earth by the heavy and toxic Tar Sands oil, fracking, gas and oil drilling and uranium mining is unacceptable to me and to us. We are supposed to be protecting these things even as others try to push us aside. I honor all of our relatives who are on the front lines of this fight.

    And after all that I have seen in these 40 years behind bars, I was still shocked to see what they are trying to do to the Apache people at Oak Flats. This cannot be tolerated. It is not only a blatant money grab at the expense of a tribe's Sacred site, but it is an effort to push us back in the direction of termination by ignoring our rights as sovereign nations. This we will not tolerate. Nothing is sacred to these people and they will continue to try to bulldoze us out of the way without even a single thought to our coming generations if we do not continue to stand up and oppose them. We must be ready for anything or we will lose all that we have gained in the last 40 years.

    The continued use of racist mascots is something that we can never accept as Indigenous peoples and we need to all continue to push to end that racist practice.

    As for me, time is something I have learned a lot about in these years in prison. And now I can see that time is slipping away from me and I know that if I do not get out under this President I will almost certainly die here in prison.

    I have been able to survive with the hope you have given to me and your prayers and I am grateful for that support from all of you.

    I continue to pray for the family of my brother Joe Stuntz and for all those who paid such a dear price in those bitter times 40 years ago. 
    And I pray for the families of all our people who have suffered so much and continue to suffer now.

    I thank all of you for coming today and I know how hot it can be there. And especially to all the runners and walkers I offer my gratitude.

    I send my Love to the people of the Lakota Nations and to all Native Nations,

    In the Spirit of Crazy Horse... Doksha,

    Leonard Peltier  

     

     

    © Leonard Peltier

    « Flagretrait des drapeaux »

  • Commentaires

    1
    White Northman
    Samedi 1er Août 2015 à 18:49
    Être libre, c'est aussi avoir le choix de pouvoir aller dans toutes les directions,même de rebrousser chemin... O'bama ne fera rien pour Mr Peltier ,ou alors , il serait déjà libre. Je salue le courage des hommes qui ont perdues leur vies pour faire comprendre à tout les peuples du monde entier, qu'un territoire ne se vole pas, qu'une famille de se désolidarise jamais face à l'injustice, que les hommes sur Terre ,ne sont pas tous corrompus, et qu'il y a toujours de l'espoir pour ceux et celles qui croient en leur monde intérieur. Merci à ses hommes qui nous auront donnés de l'espoir, qu'ils reposent en paix. Le combat, doit continuer.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :