• fresque
     
    Quand l'art s'installe dans les rues de Miami
     
    Street Art par  Reinier Gamboa
     
     

    2 commentaires
  • JE MARCHE SUR LE CHEMIN FINAL VERS MA LIBERTÉ...

    PAR LEONARD PELTIER

    SITE WEB LEONARD PELTIER.INFO
    (TRADUIT DE L'ANGLAIS PAR ISMÈNE TOUSSAINT)

    Coleman, Floride, le 14 février 2014

     

    Salutations mes amis, mes parents et mes supporters,

     

    Je sais que bon nombre d'entre vous se soucient de l'état de ma situation et attendent la mise à jour de ce qu'il se passe. Beaucoup de choses se sont déroulées ces derniers mois et je suis désolé de ne pas avoir écrit depuis un moment. Les décès survenus au cours de l'année dernière ont été difficiles à accepter, ainsi la disparition récente de ma sœur Vivian. Je voudrais remercier profondément chacun d'entre vous pour vos messages d'affection, pour vos prières, et d'avoir également aidé mon fils Chauncey à couvrir les dépenses funéraires ; je suis ému au delà de ce que mes mots peuvent exprimer.

     Nous arrivons à ma 40e année d'emprisonnement. Parfois,  je ne puis honnêtement y croire, parfois, je ne veux seulement pas y croire. Vous avez traversé avec moi beaucoup de périodes sombres. Il ne m'est pas possible de répondrepersonnellement à chacun d'entre vous ; pourtant, je vous assure que je souhaiterais le faire. 

    La réalité est que je ne rajeunis pas, je le sens chaque jour dans mon corps. Ma hanche me fait mal, je ne vois pas très bien, mon corps est douloureux et mon diabète ne me rend pas l'existence facile. Je ne dis pas ces choses pour que vous vous désoliez pour moi : je veux seulement partager cela afin que vous compreniez où j'en suis arrivé dans la vie. Lorsque je rassemble dans mon esprit les décès de mes amis et des membres de ma famille avec les maux de mon corps, je ressens une faim d'aller chez moi telle que je n'en ai jamais ressentie durant toutes ces longues années.

    Il est temps.

    Si seulement je pouvais, pendant un moment, sentir l'herbe sous mes pieds, peindre avec le vent sur mon visage tout en écoutant le rire de mes petits-enfants dans la cour, humer la cuisson d'une tarte aux pommes dans l'air. Quelques choses simples, c'est tout ce dont j'ai besoin.

    J'entends dire que bon nombre de mes frères et sœurs autochtones, beaucoup plus jeunes que moi, font un grand travail et cela m'apporte une grande paix de savoir que les luttes auxquelles notre peuple fait face seront toujours menées avec honneur et esprit. Je connais les problèmes auxquels nous sommes tous confrontés et je veux vous encourager à ne jamais abandonner les choses que vous savez être justes.

    Je n'abandonne pas non plus.

    Être en prison, c'est comme si on vous posait un diagnostic de phase terminale et, tout en ayant cela en tête, j'ai le plaisir de vous annoncer que j'ai retenu les services d'une nouvelle équipe juridique pour représenter mes besoins et mes meilleurs intérêts. Ensemble, nous avons élaboré un «projet de traitement» soigneux afin d'obtenir, espérons-le, la liberté et l'équilibre pour lesquels nous travaillons tous.

    J'ignore ce que l'avenir me réserve mais je tiens à ce que vous sachiez que je suis confiant : j'ai la meilleure équipe que je n'aurais jamais pu demander. Je tiens à dire que je trouve l'espoir et que je laisse celui-ci lentement me trouver. Croyez-en votre vieux copain, la vie est différente à soixante-dix ans.

    Afin que ce processus ait une chance de marcher, l'on m'a fortement conseillé, et j'approuve cela, que les détails et le travail interne à nos projets demeurent confidentiels. J'ai placé toute ma vie entre les mains de mon équipe juridique. Aucune entité ou personne, en dehors de cette dernière, ne peut parler pour moi, agir en mon nom ou me représenter. Je vous demande à tous d'honorer et de respecter cette décision. Exactement comme un chirurgien pratiquant une opération pour sauver une vie, il est essentiel pour ma liberté que l'on permette à cette équipe d'effectuer ce pour quoi elle est hautement qualifiée, sans aucune interférence extérieure.

    Vous entendrez encore parler de moi : comme nous le savons tous, je ne pars encore nulle part.

    Je tiens à ce que vous continuiez à soutenir ce que vous savez être juste. Soyez actifs, jouez un rôle actif dans notre monde et soutenez les choses que vous savez avoir besoin d'être soutenues. Levez-vous pour ceux qui ont besoin qu'on se lève pour eux, enseignez et prenez soin de vos enfants et de votre Mère Terre. Aidez-vous les uns les autres afin d'être forts et honorables, gardez et promouvez les traditions, les langues et la culture de notre peuple. Soyez gentils et tendres les uns envers les autres.

    Je continuerai à avoir besoin de votre appui, de vos prières, de votre amour et de votre compréhension, tandis que je marche sur le chemin final vers ma liberté.

    Nous partagerons autant d'informations que possible lorsque le processus aura avancé. Pour le moment, si vous avez des questions ou des préoccupations quelconques, adresses'il vous plaît vos demandes à notre site web car c'est le seul point de contact officiel pour moi et pour mon équipe.

    Dans l'esprit de Crazy Horse

    Leonard Peltier

    Mitakuye Oyasin (Toutes mes relations)

    Site web : www.leonardpeltier.info
    Courriel : freedom@leonardpeltier.info

    NOTE

    1. Leonard Peltier (1944-). Leader, artiste-peintre et prisonnier politique autochtone. Né à Grand Forks (Dakota du Nord, États-Unis), il est membre des Nations lakota-sioux, anishinabé et chippewa, et a une ascendance canadienne-française. Dans les années 1970, il joua un rôle important  au sein de l'American Indian Movement (Mouvement des Indiens Américains) dans le réveil de la conscience autochtone et des revendications socio-économiques et culturelles de son peuple. En 1975, il fut accusé du meurtre de deux policiers fédéraux qui avait eu lieu à Pine Ridge (Dakota du Sud), lors de la commémoration du massacre des Sioux de Wounded Knee (1890), puis condamné sans preuves, en 1977, à deux peines d'emprisonnement à perpétuité. Malgré la pression internationale, il n'a toujours pas obtenu de révision de son procès ni sa libération : il est actuellement détenu au pénitencier de Coleman (Floride).

     

    Drapeau Américain
     
    LEONARD PELTIER STATEMENT


    Coleman, Florida - Saturday, February 14, 2015

    Greetings My Friends, Relatives and Supporters:

    I know that many of you have concerns about the status of my situation and have been wanting an update about what is going on.  A lot has been happening in the last few months and I am sorry I have not written in a while.  The deaths over this last year have been hard to accept, including the recent loss of my Sister Vivian.  I want to deeply thank everyone for your loving words, prayers and also for helping my son Chauncey pay for her funeral expenses, I am humbled beyond what my words can express.  

     

    We are coming up on 40 years of my being in prisons.  Sometimes, I honestly cannot believe it, sometimes I just don’t want to believe it.  You have been here with me through many dark times.  It is not possible for me to respond to each of you personally, I sure wish I could.  
     

    The reality is that I am not getting any younger, I feel my body every day.  My hip hurts, I cannot see very well, my body aches and my diabetes makes me feel uneasy a lot of the time. I do not say these things so you’ll feel sorry for me, I just want to share because I would like for you to understand where I am at in my life. When I put the losses of my friends and family together in my mind with the way my body feels, I feel a hunger to go home like I have never felt in all these long years.  

    It is time. 

    If only for a while, to feel the grass under my feet, to paint with the wind on my face while I listen to the laughter of my grandchildren in the yard, to smell some apple pie cooking in the air.  Some simple things is all I need. 

     

    I hear there are many of my Native Brothers and Sisters who are much younger than I who are doing some great work and it gives me great peace to know that the struggles our people face will always be addressed with honor and spirit.  I know about the problems we are all facing, and I want to encourage you to never give up on the things you know are right. 

    I am not giving up either.  

    Being in prison is a lot like being given a terminal diagnosis, and with that in mind, I am pleased to announce that I have retained a new legal team to represent my needs and best interests.  Together we have developed a careful “treatment plan” to hopefully gain the freedom and balance we have allbeen working for.   

     

    I do not know what the future will hold, but you should know that I am confident I have the best team I could have ever asked for.  I want to say that I am finding hope and slowly letting it find me. Take it from this old dude, life is different at 70.

     

    I have been strongly advised, and I agree, that in order for this process to have a chance to work, the details and inner working of our plans must remain confidential. I am placing my very life in the hands of my legal team.  We cannot have any entity or person outside of my legal team speaking for me, acting on my behalf, or representing me. I am asking all of you to honor and respect this decision.  Much like a surgeon who performs a lifesaving operation, it is critical to my freedom that they be allowed to do what they are highly skilled at, without any outside interference.  

    You will still hear from me, as we all know, I am not going anywhere yet. 

    I want you to continue to support what you know is right. Be active, take an active role in our world and support the things you know need to be supported. Stand up for those that need to be stood up for, teach and take care of our children and our Mother Earth. Help one another to be strong and honorable, keep and carry on the traditions, languages and culture of our people. Be kind and caring toward each other.

     

    I will continue to need your support, prayers, your love, and your understanding as I walk on this final path toward my freedom. 

    We will share as much information as we can as the process moves forward.  In the meanwhile, if you have any questions or concerns, please direct your inquiries to the website as that is the only official point of contact for myself and my team.

    In the Spirit of Crazy Horse

    Leonard Peltier

    Mitakuye Oyasin (Toutes mes relations)

     

    Website: whoisleonardpeltier.info 
     

    E-mail: freedom@leonardpeltier.info

     

    © Leonard Peltier - Site web Leonardpeltier.info -


    votre commentaire
  • justice2
     
    sans commentaire tout est dit
     
     

    votre commentaire
  • Dans deux jugements attendus en Cour du Québec, chambre criminelle et pénale, l’un. écrit, au Palais de justice de New-Carlisle, le second, verbal, rendu sur le banc au Palais de Rivière-du-Loup, les Métis de la Gaspésie et du Bas Saint-Laurent l’ont emporté coup sur coup le vendredi 3 mai dernier contre le Procureur général du Canada et le Procureur général du Québec qui demandaient au tribunal de rejeter leurs avis de contestation constitutionnelle des lois sur la chasse et la pêche, ce qui aurait eu pour effet de couper les jambes à leur mouvement de revendication.

    Rappelons que Jacinthe Marchand, son fils Stéphane Oakes et Éric Parent font face à des accusations de chasse et pêche illégale. Parent est accusé d’avoir pris et gardé plus de poissons de fond que la limite quotidienne permise dans les eaux du golfe Saint-Laurent, en face du quai de Paspébiac ; Marchand est accusée de chasse et de pêche illégale dans le Témiscouata ; Oakes est accusé de l’avoir incitée à chasser en dehors des périodes prescrites.

    Les défendeurs opposent des droits ancestraux métis de chasse et pêche à l’année pour s’alimenter. Entre-temps, ils ont avisé les procureurs généraux du Canada et du Québec de leur intention de faire déclarer inconstitutionnelles à leur égard les dispositions des lois sur la pêche et sur la chasse. Les procureurs généraux du Canada et du Québec demandaient le rejet de leurs avis. Le tribunal a rejeté leurs requêtes en irrecevabilité.

    «Excellents jugements», a déclaré Me Pierre Montour qui a plaidé avec passion qu’on ne peut empêcher les Métis de contester l’application des lois à leur égard et que l’obligation d’en aviser les procureurs généraux du Canada et du Québec doit recevoir une application souple.

    Dans un jugement étoffé fondé sur une jurisprudence abondante soumise par les défendeurs, dont La Reine contre Caplan en 1994, le juge Richard Côté s’est déclaré satisfait de la preuve à première vue d’une communauté métisse historique composée de 17 familles formée de Normands et de Métis à Listuguj en 1760.

    Ces Métis, allègue Parent dans son Avis, sont les descendants des femmes Micmacs, Etchemins, Malécites, Abénaquis, Pentagouets et Passamaquoddy unis à des Européens. Ils occupent le même territoire que les Premières Nations de la région, notamment la Baie des Chaleurs en 1760.  

    Parent a également fait état dans son Avis d’un article paru dans le journal La Presse en 1885 traitant «du soulèvement des Métis de Paspébiac».

    Le juge Richard Côté a précisé que l’Avis de Parent permet d’identifier à première vue une communauté historique provenant de ces 17 familles. Le défendeur pourrait toutefois être requis de fournir plus de précisions à leur sujet.

    «Le généalogiste gaspésien Réjean Martel les fournira avant la prochaine audience prévue au Palais de justice de New-Carlisle le 12 juin prochain», a précisé Me Montour.

    Éric Parent descend du pionnier Guillaume Caplan uni à une Amérindienne vers 1700. On retrouve aujourd’hui une partie de leurs descendants chez les Micmacs, comme en témoigne le jugement La Reine contre Caplan. Les autres, comme Parent, sont des Métis privés de leurs droits.

    Le juge Côté écrit que des précisions devront être apportées sur les limites du territoire occupé par la communauté contemporaine. On se souviendra que les membres de la communauté réunis en assemblée générale annuelle et spéciale le 25 août 2012 ont précisé que leur territoire ancestral englobe au Québec toute la région située au sud-est de la Ville de Québec, à partir de la Pointe de Lévis, incluant le territoire du Bas Saint-Laurent, la rive nord et la rive sud de la péninsule gaspésienne.

    Deux autres jugements sur requête en irrecevabilité d’Avis sont attendus en Cour supérieure, chambre civile, Palais de justice de Percé. En effet, Luc Vallée, de Chandler, et Gilles-Marie Côté, de Grande Rivière, font face à des requêtes en dépossession d’emplacements qu’ils occupent. Ils opposent aux dispositions de la Loi sur les terres du domaine de l’État des droits ancestraux métis de chasse à l’année et celui, accessoire, d’occuper des emplacements et d’y ériger des camps – ou abris - pour les exercer.

     

    article du portail de la Gaspésie de Mai 2013

     


    votre commentaire
  • 8 èmme marche
     
    8ème Marche commémorative annuelle à Winnipeg pour toutes les femmes disparues et assassinées 
    info sur la page --> Winnipeg 

    votre commentaire
  • no more

    votre commentaire
  • Ornans Pow wow
     
     

     

    gif 8
     
    le 26-27-28 Juin 2015 
     
    gif 8
     
     
    Ornans 2015
     
    Du site --> 4winds
     
    La Ville d’Ornans et l’Association Four Winds s’associent une nouvelle fois pour rendre hommage à la culture amérindienne à travers le « POW WOW – Danse avec la Loue », plus grand rassemblement amérindien organisé en Europe 
     
    A l'affiche cette année :   Le célèbre groupe "Northern Cree" 
     
    Plusieurs fois nominé au Grammy Music Awards, le groupe est reconnu comme le meilleur groupe de tambour, musique et chants traditionnels amérindiens aux Etats-Unis et au Canada. Les 9 membres du group "Northern Cree" ponctueront le rassemblement de leurs chants puissants. 
     
    la suite ici --> 4winds info 
     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires