•  
    peinture de Quincy Tahoma ( Navajo )
     

     

    Apres le tambour ou Drum , le plus important instrument de musique des États-Unis a été la flûte. Ironiquement, la flûte des États-Unis parce que la construction était sensiblement différent de celui de la construction des pays africains, asiatiques et européens, des flûtes, il est désormais quasiment impossible de trouver une flûte qui a été sculpté par un vrai Native Américain. 

    site sur les flûtes  Cedar flute 


    The Art of the Native American Flûte

     
    Ce livre est une addition des années de R. Carlos Nakai en tant qu'un éducateur, un interprète et étudiant de la musique Native Américans



    La photo ci dessus du site ► Littleleaf Native Américan flute gallery
     

    Légende de la première flute.....

    Il y a très longtemps, il y avait un jeune homme qui était très intéressé par une belle jeune fille. Il essayait toujours d'obtenir son attention, mais elle n'a jamais semblé le voir. Toutes les fois qu'elle était présente, il montait son cheval fièrement, mais ce qu'il faisait ne servait a rien , car rien ne semblait attirer son regard. Un jour quand toutes les filles étaient parties chercher de  l'eau, le jeune homme est descendu au fleuve et a commencé à plonger des roches pour lui montrer à quel point il était habile , mais encore une fois rien ni fit . Avec tristesse le jeune homme est entré dans la vieille forêt voisine  et s'est assis à la base d'un long arbre de cèdre mort. Il s'est reposé et a penser à cette fille. Un pivert s'était posé sur une branche creuse qui était au-dessus de sa tête. La branche avait été creusé avec le souffle du vent et aussi de vieillesse. Le pivert a commencé à picoter des trous….tapez, tapez, tapez ......... sur la longueur de la branche ........ tapez, tapez ....... a force que le pivert a picoté, la branche c'est rompue et est tombée à côté du jeune homme, et quand le vent a soufflé dans  cette branche  creuse  avec les trous dedans, il a entendu des voix musicales venir d'elle , Il l'a prise et a constaté que quand il  souffle dans cette branche  et couvre les trous,qu' il pourrait faire une belle musique pour montrer les sentiments de son coeur. Il s'est assis là pendant longtemps composant des mélodies de tristesse. La jeune fille a entendu cette musique venir de la vieilleforêt de vieille, et c'était un son si émouvant,qu'elle l'a suivi dans les bois. Elle l'a vu assis là ,à la base de cet arbre de cèdre jouant sa musique, et pendant qu'elle écoutait elle est tombée amoureuse de sa musique et est tombée amoureuse aussi de lui. Ensuite ils sont partis au loin main dans la main vivre longtemps heureux . Une des utilisations plus populaires pour la flute  indigène était de jouer devant les gens, afin d'attirer une compagne. La légende indique également qu'une fois que vous aviez obtenu une compagne, qu'il fallait ranger la flute et ne plus jamais en jouer , parce que si vous vous en serviez encore, vous pourriez attirer quelqu'un d'autre !!!

    Ours de Phillip Brown

     

     

     


    2 commentaires
  • Un petit site tres sympa pour les enfants qui veulent connaitre diverses choses sur les Autochtones .Ce site est géré par le musé Glenbow .

    Légende trouvé sur le site

     

    Iniskim (les pierres à bisons)

    Bien que nos gens aient commencé à vivre comme les makoyi (loups) leur ont montré, la vie est encore très difficile et ils souffrent souvent de faim. Un jour, un iinni (bison) a pitié d'eux.

    Une dame nommée Weasel Woman est en train de puiser de l'eau à la rivière près de son campement lorsqu'elle entend quelque chose l'appeler depuis les buissons. En regardant de plus près, elle se rend compte que c'est une pierre qui lui parle. La pierre lui explique comment elle pourrait être utilisée au cours d'une cérémonie qui permettrait d'attirer les bisons vers un pisskan (précipice à bisons).

    Weasel Woman rapporte l' iniskim (pierre à bisons) au campement. Elle parle aux chefs spirituels de la cérémonie permettant d'attirer les bisons. Les gens suivent ses instructions et, bientôt, ils ont de la viande à profusion et de nombreuses peaux pour recouvrir leurs huttes à neuf.

    Il y a un grand nombre d' iniskims dans les Prairies. Beaucoup de nos gens les conservent comme ballots sacrés. Nous invoquons les iniskims pour qu'elles nous aident à réussir notre vie.

    Lien du site cliquez sur --> Musée de Glenbow


    votre commentaire
  •  

    3 commentaires
  • 5ème jour du Ride, étape de 36 miles. De North Fork Bad River à River à Big Foot Pass,
    dans le comté de Haakon. Au bord de la route, lundi 24 décembre.
    ©. Guy Le Querrec/Magnum Photos
     

    Aix en Provence
    Du 5 février au 14 mars
    Cité du Livre - Galerie Zola
    mardi, jeudi, vendredi 12h-18h, mercredi, samedi 10h-18h

    entrée libre
    P
    hotographies de Guy Le Querrec

    Cent ans après le massacre de Wounded Knee en 1890, où l'armée américaine assassina le chef indien Big Foot et les siens, les cavaliers Lakotas repartent sur les traces de leurs ancêtres. L'exposition, réalisée par Magnum Photos, est le récit photographique de cette épopée commémorative dans les montagnes du Dakota. Elle est accompagnée d'un livre, avec un texte signé par Jim Harrison

    Né en 1941, Guy Le Querrec achète son premier appareil photo Fotax d'occasion en 1955. Puis, avec l'argent de ses heures supplémentaires dans une société d'assurance, il achète un Leica en 1962.
    Il débute sa carrière de photographe professionnel en 1967, est embauché par l'hebdomadaire Jeune Afrique en 1969 puis rejoint l'agence Magnum en 1976.
    À la fin des années 1970, il a co-produit deux films avec Robert Bober, dirige le premier Atelier donné dans un lycée français de la Ville de Paris au lycée Henri lV. En 1980 et 1983, il coordonne l'exposition "Photo et Jazz" et la présentation des Rencontres internationales de la photographie d'Arles.
    Les nombreux reportages de Le Querrec incluent le Concert Mayol à Paris, la Chine, l'Afrique, les Indiens nordaméricains tout en poursuivant parallèlement sa passion pour le jazz. Il intervient fréquemment dans des ateliers et des classes et expose régulièrement en Europe et aux États-Unis. En 1988, il reçoit le Grand Prix de la Ville de Paris.

    Du site de la Mairie d'Aix en Provence

    Le livre  de Guy Le Querrec

    Le Mot de l'éditeur : "Sur la piste de Big Foot"

    " Ces photos allumeront un feu dans votre esprit, un feu qui durera toujours, si vous êtes un être humain digne de ce nom " - Jim Harrison.
    Cent ans après le massacre de Wounded Knee en 1890, où l'armée américaine assassina le chef Big Foot et les siens, les cavaliers lakotas (Sioux) repartent sur les traces de leurs ancêtres.
    Guy Le Querrec, entraîné par Jean Rochard, fait partie de la troupe. Il a suivi la totalité de cette chevauchée par un froid polaire dans le décor de neige des montagnes du Dakota : " J'ai appris deux mots, froid et courage. " Voici le récit photographique
    de cette splendide épopée.
    "Aux éditions textuel "


    1 commentaire
  •  
     
     
    PHOTO ET TEXTE DU SITE --► Distantligths
     
    SYNOPSIS

    Une station de radio, isolée sur une petite colline située dans le Dakota du Sud. KILI RADIO - «Voice of the Lakota Nation».

    Un endroit oublié entre le combat et l’espoir, entre le mythe américain et le quotidien dans la réserve la plus pauvre des Etats-Unis. Mais il y a Roxanne Two Bulls, qui veut prendre un nouveau départ sur la terre de ses aïeux. Il y a le jeune DJ Derrick, qui découvre son don pour la musique à KILI. Ou alors Bruce, l’avocat blanc, qui tente depuis 30 ans d’obtenir la libération d’un activiste indien. Et voilà qu’apparaît soudain John Trudell, l’ancien rebelle, qui a fait carrière à Hollywood en tant que musicien. A KILI RADIO, tout converge. En lieu et place de signaux de fumée,  KILI envoie ses signaux à travers l’immensité du paysage avec un mer- veilleux mélange d’humour et de mélancolie. Hip hop indigène et pare-brises brisés : la fierté est de retour, it really is ok to be Lakota.          (Kili = Lakota: cool, génial)

     

    Les Sioux appellent leur peuple: au milieu du paysage aride de la réserve des Sioux Lakota de Pine Ridge (dans le Dakota du Sud), ils gèrent une station radio avec les moyens les plus simples. Le personnel modeste, habité d'un engagement parfois chaotique, émet quotidiennement nouvelles, divertissement et reportages. Loin des signaux de fumée, la station est à la fois vecteur identitaire et canal privilégié d'information pour cette communauté, permettant une approche réaliste et sans désespoir de la vie actuelle des Sioux Lakota.

     

     

     


    votre commentaire
  • Chaque hiver, Mike Mease et ses amis bravent le froid pour sauver les derniers bisons d'Amérique.

    Près de deux cents volontaires de l'association "Buffalo Field Campaign" sillonnent Yellowstone pour empêcher les bisons de s'aventurer hors des limites du parc. Car, à l'extérieur, ils sont chassés par les propriétaires de ranch. Les éleveurs prétendent qu'un bison sur deux est atteint de la brucellose, ce qui représente un danger pour leurs pâturages...
    En vérité il n'y a pas de brucellose mais les éleveurs sont prêt à tout pour s'approprier les pâturages de la réserve de Yellowstone.

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  •  
    Photo du site -->rockymountainroads

    Le nom du parc ( Yellowstone, signifiant « pierre jaune ») provient des rochers que l'on peut voir dans le Grand Canyon de Yellowstone qui a été formé par les dernières glaciations, suivies de l'érosion de la rivière Yellowstone. Contrairement aux apparences, la couleur des pierres provient de l'altération hydrothermique du fer qu'elles contiennent, et non du soufre qui est également présent. 

     

    Le parc national de Yellowstone se trouve au nord-ouest des Etats Unis . Il est à cheval sur trois Etats ( Idaho , Montana et Wyoming ), même si la plus grande partie du parc se trouve au nord-ouest du Wyoming. Le centre du parc se situe à 110°30'03'' de longitude  ouest et 44°36'53'' de latitude nord, soit la même latitude que la ville de Bordeaux . Des terres publiques (Federal Lands) entourent le Yellowstone et le Parc National  de Grand Tettonse trouve à quelques kilomètres au sud.

    Le parc de Yellowstone s'étend sur 8 983 km² (898 317 hectares), dont 96 % se trouvent dans l'État du Wyoming ,  3 % sur le Montana et 1 % en Idaho ; le parc mesure 102 km du nord au sud, et 87 km d'est en ouest.

     

     


    1 commentaire
  •  

    -- When Blackfoot and Sioux Meet -- Peinture de Charles Marion Russell

    Bien que les Amérindiens ne soient pas organisés en Etats, les guerres entre tribus sont fréquentes. Par exemple, à l’est, les Sénécas (une tribu Iroquoise ) affrontent régulièrement les Cherokees  Dans les Hautes Plaines, les Sioux massacrent les Mandans et les Apaches s’attaquent fréquemment aux Puéblos dans le Sud-Ouest. Au début du XVII siècle, les colonisateurs français prennent part aux attaques des Algonquins  et des Hurons contre leurs ennemis iroquois. Ces derniers répliquent au milieu du XVIIe siècle et finissent par affaiblir la confédération des Hurons. Les guerriers les plus redoutables sont les Indiens des Plaines.

     

    Tous ces conflits sont des guerres de territoire, d’honneur, de pillage ou de vengeance. Le courage et la bravoure sont des principes fondamentaux chez les Indiens. Le combattant valeureux tient ainsi une place importante au sein de la tribu. Les traités d’alliance sont discutés autour du feu du grand conseil. La paix est annoncée par le calumet, la guerre par la hache. Aucun document n’est signé car la parole d’honneur suffit.

    Les cérémonies qui précèdent la bataille consistent en des danses de guerriers en armes. Avant l’attaque, les Indiens lancent leur cri de guerre qui doit effrayer l’ennemi et souder le groupe.

    En général, les femmes et les enfants sont épargnés lors des attaques. Certains prisonniers sont adoptés (chez les Iroquois) d’autres sont torturés ou frappés à coups de bâton. Certains guerriers mangent les organes des vaincus ou gardent des trophées (doigts ou scalp ). Avant l’arrivée des Européens, les Indiens ne disposent que d’armes rudimentaires : hache, Tomahawk, flèches et arc, massue, couteau...

    source wikipédia

     

    Les Lakotas pensaient qu’il était plus honorable de porter un coup à son adversaire que de le tuer. (représentation ci dessus )

    For Supremacy

    For supremacy - by charles marion russell

     

     


    votre commentaire

  • 1 commentaire
  • Voila il est terminé ,des petits défauts mais je suis content du résultat ,et j'ai réussi la bordure stitch sur la languette

     

     


    6 commentaires
  •  de Jay Wertz

    Voila donc après avoir survolé ce superbe livre ,car il y a tellement a lire et à découvrir 

    ci dessous quelques vues du contenu

     
    Comme vous le voyez sur cette photo ,ce livre est trufé de documents :
    Un numéro du Cherokee Phoenix
    quotidien datant de 1828
    Une carte du 18 eme siècle traçée d'après les voyages de Chegeree ,un Amérindien
    La lettre de pardon manuscrite que le président Lincoln envoya à 38 guerriers du Dakota
    Des documents originaux sur le code secret utilisé par les soldats Navajo pendant la seconde guerre mondiale
    Une reproduction en taille réelle du tableau d'América Meredith,"Dieu offrit le monde aux enfants Dakota"
    et pleins d'autres documents .......
     
     
    Ce livre couvre des premières migrations de l'ère glacière vers les terres de l'ouest jusqu'a l'époque moderne en passant par les temps forts de l'Ouest Américain
    ► Les premiers contacts
    ► La ruée vers l'or
     Les différentes Nations
    Les soldats Amérindiens
    ► La littérature et l'Art Amérindien
    etc....la liste est longue
     
    Vous pouvez me faire confiance si je vous dis que ce livre vous apprendra tout sur l'histoire des Indiens d'Amérique alors !!!!! et je sais que déja quelques uns d'entre vous l'ont dans leur bibliothèque
    Les Indiens d'Amérique aux  Editions Tredaniel
     
     
     

    5 commentaires
  •  
     

     

    Vous voyez ainsi l'avancement du perlage étape par étape

    Voila le plus dur est fait


    2 commentaires
  •  

     

    La bande perlée transversale est faite.....

     


    3 commentaires
  •  

     

    LEONARD AGRESSÉ EN PRISON 


                   -Alors que Leonard Peltier était déjà dans un état de santé inquiétant il vient de subir  un incident alarmant pour sa famille et son réseau de soutien. 
                    - Leonard a en effet été agressé  par d’autres détenus dès son arrivée au pénitencier fédéral de haute sécurité de Canaan à Waymart en Pennsylvanie où il venait d’être transféré. Sa famille avait pourtant reçu l’assurance des autorités pénitentiaires qu’il  conserverait ses privilèges téléphoniques ainsi que la  possibilité de poursuivre son traitement contre le diabète. Les coups portés ont laissé Léonard ensanglanté avec une grosse bosse et probablement un choc à la tête, une cage thoracique endolorie, un majeur enflé, et de nombreuses contusions. Leonard a depuis été placé en cellule d‘isolement et ne reçoit qu’un seul repas par jour, régime habituellement imposé aux victimes refusant de dénoncer leurs agresseurs. Il est difficile de ne pas voir derrière cet incident une manœuvre du FBI destinée à discréditer Leonard  alors que ce prisonnier modèle est en attende de passer devant une audience de libération conditionnelle en mars prochain, audience qui alimente  beaucoup d’espoirs si il ne fallait compter avec de tels contrecoups. On se souviendra que Leonard avait fait l’objet  en prison d’une tentative d’assassinat déjouée en 1978.
                                -Pour exiger la sécurité de Leonard Peltier et un traitement digne, vous pouvez envoyer le modèle de lettre qui suit aux adresses indiquées. 
                    - Dans le cadre de la campagne de demande de la libération conditionnelle de L. PELTIER, n'hésitez pas à signer la pétition en ligne sur le site du CSIA-NITASSINAN 

                    - cliquez sur ce lien --> 
    csia-Nitassinan
                    -Vous pouvez également vous joindre Mercredi 4 Février au rassemblement Mumia , Place de la Concorde à 18H.
                   


                    - Dear Sirs,
                     
                   
     - I was OUTRAGED to hear that Mr. Leonard Peltier, #89637-132, a greatly respected member of our society, and a model prisoner was severely beaten upon his arrival at the Canaan Federal Penitentiary. When he went into population after his transfer, some inmates assaulted him. The severity of his injuries is that he suffered numerous blows to his head and body, receiving a large bump on his head, possibly a concussion, and numerous bruises! Also, one of his fingers is swollen and discolored and he has pain in his chest and ribcage.
                    >
                    > I'm writing you today seeking consideration for Mr. Leonard Peltier, as the Bureau of Prisons is accountable for his safety and wellbeing, and you should know that the public will hold your offices accountable in that regard. Please, also note that Mr. Peltier was placed in solitary confinement and only given one meal, this is generally done when you won't name your attackers, whose names he doesn't know; and being only given one meal seriously jeopardizes his health, because of his diabetes.
                    >
                    > As well, to insure that he is receiving adequate medical attention for his injuries, prison officials are releasing information on him to his family, and that he is not being discriminated against, institutionally abused, nor, being treated without dignity and respect. Certainly, your administration must be aware of what high esteem, and with what regard Mr. Leonard Peltier, is held and viewed in the world community, and your, as well as humanities' responsibility to insure his safety and wellbeing are preserved.
                    >
                    > Thank you for your attention, time, and all your efforts.
                    >
                    > Sincerely,
                    > (mettre vous noms, prénoms, addresse)
                    >
                    >
                    > Warden Ronnie R. Holt
                    > USP-Canaan
                    > U.S. Penitentiary
                    > 3057 Easton Turnpike
                    > Waymart, PA 18472
                    > Phone: 570-488-8000
                    > Fax: 570-488-8130
                    > E-mail address:
    CAA/EXECASSISTANT@BOP.GOV
                    >
                    > D. Scott Dodrill,
                    > Director Northeast Regional Office
                    > Federal Bureau of Prisons
                    > 2nd & Chesnut Streets, 7th Floor
                    > Philadelphia, PA 19106
                    > Phone: 215-521-7301
                    > E-mail:
    NERO/EXECASSISTANT@BOP.GOV
                    >
                    > Harley G. Lappin,
                    > Director Bureau of Prisons
                    > U.S. Department of Justice
                    > 320 First Street, NW, Room 654
                    > Washington, DC 20534
                    > Phone: 202-307-3250
                    > Fax: 202-514-6878
                    >
                    > Ask President Obama to investigate this incident:
                    >
                    > The Honourable Barack H. Obama
                    > The White House
                    > 1600 Pennsylvania Avenue NW
                    > Washington, DC 20500
                    > Comments: 202-456-1111
                    > Switchboard: 202-456-1414
                    > Fax: 202-456-2461
                    > E-mail:
    comments@whitehouse.gov
            


    1 commentaire
  • Pétition

    Une pétition importante pour les artistes autochtones que l'on m'a signalé .réagissez en nombre svp

     
    A l'attention des radios
     
    Les radios du Québec refuse des faire passer des chansons d'auteurs amérindiens, tel que Samian, Shauit, ainsi que Florent Vollant, pour la simple et bonne raison que leurs chansons ne comportent pas assez de paroles françaises. Alors que les radios diffusent la plus part du temps, des chansons ANGLAISES et parfois même d'une toute autre langue, comme l'espagnol. Donc j'ai décidé de faire cette pétition pour que les artistes autochtones puissent chanter dans leur langue au lieu de devoir se conformer à notre langue si ils veulent que leurs chansons soient diffusées à la radio.

    Le gouvernement nous dit qu'il respect la culture amérindienne, le Canada a même fait des excuses officielle cet été, pour ce qu'on leur a fait subir et disait qu'il allait faire de quoi pour les aider à préserver ce qui les rend unique. Or, cette règle qui les oblige à chanter en français, enfin le plus que possible en français, va contre ce qu'ils ont dit.

    Cette pétition va se rendre au CRTC qui fait les règles pour les chansons qui peuvent être passé à la radio, mais si elle ne se rend pas là, je vais essayer de tout faire pour qu'elle soit entendu partout et qu'elle se rende jusqu'au gouvernement.

    Venez signez en grand nombre cette pétition et faites la découvrir à vos amis
     
    Cliquez sur ce lien-->Page de la pétition

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires